Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 01:20

 

 

 Central African Republic is not well indicated to welcome the National Inclusive Dialogue in its territory. So that to avoid confusion, compromission, ambiguity;  violence, intimidation, murder on some of participants and then failure of the forum. Serenity, trust and transparency are required to emerge from this forum. Those having a faith in this talk as a tool to spread out means to solve this crisis must opt for good. It supposes that National Inclusive Dialogue should gather all political entities which perform in Central African Republic. It means that rebels as well as civil society, political parties have right to participate in this forum. This crisis deserves to be treated with wisdom, by discerning between  what constitutes Common Good and personal interest.

 

For that, it is to propose that this National Inclusive Dialogue should take place in Libreville, capital of Gabon. Whose President Mr Omar Bongo Odimba have given substantial support to Bozize ousting the legal president of Central African Republic. By organising this forum in this country, it will be a significant sign to Mr Odimba  that he was wrong and is come to correct himself accepting democracy, legitimacy, freedom and alternance on Power of  State without coup. By  organising this forum in Libreville-Gabon, it means that Central African Republic should avoid"irrational optimism"which prevails in mind and heart of government ruling party members and its coalition.

 

Politicians, elites and  those whom believe in peace, peace building, peace consolidation, security,  economic perspective revival, social cohesion and prosperity in this country do not hesitate to weigh on the setting of this forum abroad. Central African republic at the heart of its crisis has no alternative that of getting out of it.  Reason, conviction, vertue and the sense of doing what is useful and good for the country must culminate this national issue. Never Bozize ruling government party can establish transparency in this National talking.

 

For him, it is better to set National Inclusive Dialogue in Central African Republic. Thus  he has means to spueeze opposition parties reducing them as carpet on which he cleans its shoes. And the country will enter in everlasting cyclical crisis. This is : "irrational optimism".  Central African Republic objects to such kind of optimism. Because it is not representative of national interest defence, but personal interest. If, this National Inclusive Dialogue takes place in Central African Republic, it will be a mess, a failure and a great mistake in politiics.

 

There is no gain for the country. It is a political stagnation with economic damnation as consequences and gloom among democrats those making freedom, democracy and Human Rights respect in the core of their political conviction. At that stage, it depends on republicans to emphasise on rational optimism which could be intervened by setting National Inclusive Dialogue outside of Central African Republic. Here resides the relevant political profile of this country. 

 

  ******************************************************************************************************************************

 

 

C'est raisonnable pour la Centrafrique que le Dialogue National Inclusif se réalise. Là n'est pas tout. Faut-il savoir où se déroulera ce forum? C'est une question pertinente. Personne ne sait où le dialogue pourrait se tenir. S'il y a des personnalités qui savent déjà le lieu de ce débat, qu'il faille leur dire en toute franchise que la Centrafrique n'est pas le lieu sûr pour accueillir ces critiques de la politique de l'économie, des finances, de l'éducation, de la démocratie, de la légitimité et de l'alternance au Pouvoir de l'Etat. La Centrafrique ne réunit pas les conditions appropriées pour organiser un forum de telle envergure surtout qu'il porte sur des questions sensibles des Droits de l'Homme, de la démocratie, de l'Etat de Droit et la liberté. La dictature  de Bozizé ne pas être un terreau dans lequel peuvent émerger des idées neuves pouvant transformer la Centrafrique.

 

Cela dit, le politicien et l'élite doivent se convaincre de la nécessité d'organiser ce forum à l'étranger, notamment à Libreville au Gabon du Président Omar Bongo Odimba qui a porté Bozizé au Pouvoir de l'Etat. Ce, pour dire que, lui Mr Odimba a commis une erreur qu'il faille la rectifier : la légitimité et la démocratie doivent se réaliser en Centrafrique. Ceux qui  croient à la tenue de ce forum national en Centrafrique sont ceux qui sont ses prédateurs. Ils sont nombreux. Ils veulent perpétuer la dictature, la confusion, l'ambigüité et la compromission. Ils veulent préserver que leurs intérêts particuliers. Et le meilleur moyen, c'est d'organiser le Dialogue Inclusif en Centrafrique. Là, ils auront la mainmise sur les débats.. Et les vraies questions de la République ne seront pas traitées. 

 

C'est le voeu de Bozizé. C'est un piège dans lequel l'opposition politique ne doit pas y tomber. Car ce voeu traduit un"optimisme irrationnel" Il est dangereux parce qu'il ne concerne pas la Centrafrique. Il détruit les intérêts de la république. il privilégie ceux du régime Bozizé. Voilà pourquoi c'est un "optimisme irrationnel" et la Centrafrique      entraînera avec elle toujours ce chapelet de crises. C'est la stratégie de l'incompétence. Un système dans lequel tout est pourri. Ce qui prévaut, c'est la préservation des intérêts de ceux qui constituent l'épine dorsale du système. Comprendre qui pourra. La démocratie n'est pas du côté de Bozizé.

 

C'est dire, la Centrafrique doit débattre de ses crises à l'extérieur. C'est la voie de la sagesse et de la liberté. Ici la Centrafrique se réconciliera avec la dignité perdue. Mieux vaut un optimisme rationnel qui défend les intérêts communs qu'un "optimisme irrationnel" aux contours mal définis et dangereux pour la nation. Ainsi tenir le Dialogue Inclusif National en Centrafrique est synonyme d'échec et au principe de l'éternel retour du même à la senteur moribonde. Les démocrates doivent y réfléchir. Il faut opter pour la liberté.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion