Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 17:48





Source: Humanitarian and Development Partnership Team - Central African Republic (HDPT CAR) Date: 10 Nov 2008


Points saillants

- La ville de Sam Ouandja dans le nord-est attaquée le samedi 8 novembre par une quarantaine d'hommes armés

- Village Oumba dans le sud-ouest du pays attaqué par des présumés réfugiés centrafricains en RDC et Congo.

- Trois véhicules transportant des vivres du PAM interceptés par la population du quartier Boro à Bossangoa.

Contexte et sécurité

Attaque perpétrée à Sam Ouandja

Le samedi 8 novembre, la ville de Sam Ouandja située dans le nord-est a fait l'objet d'une attaque perpétrée par une quarantaine d'hommes armés.

C'est aux environs de 3 heures du matin que les assaillants ont lancé leur attaque, visant la mairie et les bases des éléments des Forces armées centrafricaines (FACA) et de l'Union des Forces Démocratique pour le Rassemblement (UFDR).

Les assaillants seraient venus d'Am Dafock et voulaient prendre la localité pour s'emparer de l'aérodrome de la ville. Les FACA et l'UFDR se sont mobilisés pour apporter une réplique et vers 5h30 du matin les assaillants ont battu en retrait en direction de la frontière soudanaise.

Dans le camp des assaillants, il y aurait deux morts et un prisonnier. Du coté des forces loyalistes, on a enregistré un blessé.

Le village Oumba dans le sud-ouest attaqué

Selon les policiers de la capitale, Oumba, village situé au sud-ouest du pays et à une soixantaine de kilomètres de Bangui aurait été attaqué le 4 novembre par un groupe de centrafricains refugiés en République Démocratique du Congo et au Congo voisins. Les assaillants se seraient emparés des armes et matériels de communication appartenant aux FACA.

Un contingent de la garde présidentielle appuyé par des gendarmes se serait rendu sur les lieux afin de mener des enquêtes, mais aucun détail n'a pu clairement être élucidé.

Certains observateurs politiques, qui requièrent l'anonymat, pensent que ce reliquat de refugiés centrafricains venus des deux Congo veulent à travers ces actes s'inviter au dialogue politique inclusif qui s'annonce dans le pays.

Des vivres du PAM interceptés à Bossangoa

Le 5 novembre, trois gros véhicules chargés de produits alimentaires du Programme Alimentaire Mondial (PAM) à destination de Paoua ont été arrêtés par la population du quartier Boro de la ville de Bossangoa.

Selon, le témoignage recueilli auprès de la population, la faim est la raison qui les a conduits à vandaliser ces véhicules. Un des trois camions a été presque entièrement pillé et les deux autres ont pu être mis à l'abri grâce à l'intervention de la gendarmerie.

Document stratégique d'intervention en RCA

La mission de la Commission de la Consolidation de la Paix qui a séjourné en Centrafrique du 30 octobre au 6 novembre et dirigée par l'Ambassadeur Jan Grauls, le Représentant permanent de la Belgique auprès des Nations Unies et Président du Comité Spécifique de la Commission pour la RCA a tenu à s'adresser à la presse locale le jour de son départ. Ainsi, Jan Grauls a annoncé l'élaboration d'un document stratégique d'intervention des Nations Unies en RCA.

Ce document devrait permettre de cibler les priorités du pays, à évaluer les efforts des Nations Unies en termes de financement et à identifier les lacunes en vue d'une intervention plus efficace dans le pays.

D'autre part, l'ambassadeur a expliqué que ce document devrait également servir de plateforme au travail de négociation et de plaidoyer de la Commission à l'endroit des bailleurs de fonds et les partenaires en vue de les convaincre à s'engager davantage ou à se réengager en faveur de la consolidation de la paix en Centrafrique.

Réaffirmant l'entière disponibilité de la communauté internationale à accompagner la RCA dans sa reconstruction, Jan Grauls a fait remarquer que les efforts des Nations Unies ne pourraient réussir que si elles bénéficient d'un soutien inconditionnel des autorités du pays.

Actualités

Première visite de Joel Madden en RCA

En visite en République Centrafricaine, le chanteur du groupe de rock américain Good Charlotte et ambassadeur de bonne volonté du Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), Joel Madden, a exprimé son inquiétude pour les milliers d'enfants centrafricains dont la vie est menacée par des maladies liées à la consommation d'eau impure. « Venir ici et voir ces enfants qui meurent juste parce qu'ils n'ont pas accès à l'eau propre pour boire, je ne peux accepter ça. », a déclaré Joel Madden.

Pendant une semaine, avec l'appui de l'UNICEF RCA, l'ambassadeur de bonne volonté, en compagnie de son frère Benji également membre du groupe de rock, ont sillonné Bangui et des villages dans l'arrière pays.

Les frères Madden ont eu l'opportunité de parler à de nombreux enfants et familles dont la vie est menacée par l'eau sale, vecteur de maladies mortelles. A Sam Ouandja, ville frontalière au Darfour, 47% des enfants succombent chaque année de maladies liées à la consommation d'eau sale et à de mauvaises conditions d'hygiène.

En 2007, l'UNICEF a soutenu des dizaines de projets liés à l'eau et l'assainissement, notamment pour restaurer et creuser des puits à l'usage des populations vivant dans le nord, particulièrement affectées par le conflit. Grace à ces efforts, toutes les préfectures touchées par la violence peuvent désormais bénéficier de programmes en faveur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène. Cependant beaucoup reste encore à faire.

Bien que militant depuis des années pour le droit des enfants, cette visite était la première entreprise en RCA et sa première en tant qu'ambassadeur de l'UNICEF. A la fin de son séjour, M. Madden a appelé le gouvernement centrafricain à investir davantage dans le secteur de l'eau. Il a également demandé aux responsables des pays développés et aux jeunes générations de s'impliquer davantage dans la recherche de solutions afin que des maladies que l'on peut éviter ne puissent plus exister.

« Chaque jour les enfants de Centrafrique meurent de maladies que l'on peut prévenir, causées par un manque d'accès à l'eau propre », a-t-il dit. « La bonne nouvelle, c'est que nous pouvons arrêter ça maintenant », a-t-il conclu.

Pour plus d'informations : aboher@unicef.org

Extraits du rapport annuel d'IMC

Depuis le mois de juin 2007, l'ONG International Medical Corps (IMC) a mis en place des programmes de soins de santé primaires dans les préfectures de la Vakaga et la Haute Kotto.

Ces programmes comprennent des consultations curatives et préventives, en particulier la lutte contre le paludisme, les diarrhées, la tuberculose, le VIH/SIDA et la médecine communautaire.

Les soins obstétricaux d'urgence et néo natal, le programme élargi de vaccination et de la santé de la reproduction, sont aussi intégrés dans ces programmes.

Les formations sanitaires soutenues par IMC dans les villes et villages des deux préfectures ont été rénovées, équipées et sont régulièrement dotées de médicaments et de matériel médical. Les centres de santé d'Ouadda, Ouadda-Djalle et de Sam Ouanda disposent chacune d'une ambulance et sont désormais des centres de référence pour les urgences médicales, chirurgicales et autres soins hospitaliers.

Par ailleurs, les secteurs de la nutrition et de l'eau et l'assainissement sont aussi pris en compte par IMC. Le suivi de la croissance pour les enfants de moins de 6 mois, la prise en charge de la malnutrition aigüe sévère dans des centres nutritionnels thérapeutiques et à domicile pour les enfants de 6 à 59 mois sont pris en charge par l'ONG.

Pour ce qui est de l'eau et l'assainissement, IMC fait la promotion de l'hygiène et le traitement de l'eau destinée à la consommation, lutte contre les ordures et fait de la prévention des maladies oro-fécales.

La présence et les activités d'IMC ont redonné un sens de la mobilisation et de la participation communautaire des populations affectées par le conflit dans le nord-est du pays. Les populations ont un accès gratuit à des services de santé et de nutrition de qualité.

Enfin, le coût total des projets de IMC en RCA de juin 2007 à juin 2008 s'élève à 4 millions 137.468 de dollars américain.

Pour plus d'informations : gyogo@imcworldwide.org

Pour toutes informations, veuillez contacter: UN OCHA RCA
Nancy Snauwaert, snauwaert@un.org|+236 75 54 22 78
Gisèle Willybiro, willybiro@un.org|+236 75 54 90 31

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société