Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 00:17






Bangui, 9 novembre 2008 (C.A.P) – Le célèbre avocat français Jacques Vergès se trouvait ces derniers jours à Bangui à la demande du président François Bozizé. On ignore l’objet et le but véritables de la présence du ténor du barreau parisien dans la capitale centrafricaine mais on peut aisément le deviner.

Ce n’est un secret pour personne que le président Bozizé a très peur et est fortement préoccupé ces derniers temps par la perspective de délivrance par la Cour pénale internationale  (CPI) d’un mandat d’arrêt international contre lui.

Le procureur de cette institution, l’Argentin Luis Moreno Ocampo, lui avait en effet adressé en date du 10 juin dernier, une lettre faisant état de sa grande préoccupation quant aux nombreuses violations de droits de l’homme et graves exactions commises depuis 2005 par la garde présidentielle de Bozizé dans plusieurs préfectures du Nord de la République centrafricaine, crimes de guerre  au sujet desquels la CPI est en train d’enquêter.

Suite à ce courrier qui a plongé Bozizé dans un profond désarroi, celui-ci, sur avis de ses prétendus conseillers juridiques, a cru devoir adresser dès le 1er août dernier au Secrétaire général des Nations unies Ban Ki Moon, une lettre qu’une source onusienne désirant conserver l’anonymat, juge incompréhensible et contradictoire et qui est allée de ce fait droit à la poubelle.

Après quoi, Bozizé a cru également dépêcher à la CPI à La Haye ses minables conseillers que sont son piètre ministre de la justice Thierry Maléyombo et son parent le procureur de la République de Bangui Firmin Feindiro. Ces deux émissaires qui sont en fait les initiateurs du courrier de Bozizé à Ban Ki Moon - ce qui prouve à suffisance leur incompétence - sont revenus de La Haye le rassurer en lui disant qu’il n’a rien à craindre de la CPI, ce qui est faux.

De sources bien informées à la CPI,  le déplacement de ces deux émissaires de Bozizé à La Haye n'aura aucun effet sur la procédure. D'ailleurs, de source onusienne de haut niveau, le Conseil de Sécurité ne donnera aucune suite à la demande de BOZIZE visant à dessaisir la CPI de l’enquête car si les poursuites par la CPI risquent de remettre en cause la paix comme Bozizé le dit, les prétendues poursuites au niveau national par le Tribunal Militaire Permanent auraient aussi les mêmes effets.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique