Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 05:22






Diverses sources fiables ont informé la Conférence des Bâtonniers de France et d’Outre Mer des menaces proférées à l’encontre de Maître Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO, avocat au Barreau de Centrafrique et Président de la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme (LCDH.), en juin dernier, et de sa rétention dans les locaux de la section de recherches et d’investigation (SRI.) d’où il est ressorti après 11h sans qu’aucune charge n’ait été retenue contre lui.

 

Les menaces de mort dont il a fait l’objet semblent liées aux activités de ce confrère en faveur des victimes auprès de la Cour Pénale Internationale (CPI.) et, en particulier, à la procédure qu’il a fait ouvrir devant cette juridiction contre Monsieur Jean-Pierre BEMBA, ancien Vice-Président du Congo.

 

La Conférence des Bâtonniers de France et d’Outre Mer entend rappeler que les Principes de base adoptés par les Nations Unies en septembre 1990 (règle n°16) font obligation aux autorités nationales de s’assurer que les avocats sont en mesure d’exercer leurs fonctions, à l’abri de toutes menaces, et de les protéger, si nécessaire (règle n°17).

 

La Conférence des Bâtonniers de France et d’Outre Mer estime donc qu’il appartient aux autorités centrafricaines de prendre les mesures nécessaires pour assurer la protection de Maître GOUNGAYE WANFIYO, et plus généralement des défenseurs des victimes devant la CPI., et de ceux qui oeuvrent pour la défense des droits de l’homme.

 

A Paris le 11 octobre 2008

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse