Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 21:03

L’ancien PM Elie Doté recasé à la présidence par Bozizé





Bozizé ne pouvait pas le laisser tomber purement et simplement. Il vient de le nommer aux termes d’un décret, aux fonctions pompeuses de ministre d’Etat, conseiller spécial à la présidence pour les investissements. Il avait été le chercher à Tunis où il travaillait à la BAD pour faire de lui son PM post élection en juin 2005. Présenté à l’époque comme grand technocrate et homme providentiel qui allait permettre à la RCA de décoller enfin, l’avènement de Elie Doté a déçu plus d’uns et même été plutôt un désastre pour le pays.

Il s’est très vite révélé être un grand cupide et un dépensier hors pair des finances publiques. Sur son exigence, Bozizé lui a permis de cumuler ses fonctions de premier ministre avec celle de ministre des finances mais quelque temps après, il lui a retiré le portefeuille des finances et décidé de présider lui-même le comité de trésorerie, ce qu’il continue de faire jusqu’à ce jour d’ailleurs.

Elie Doté entre temps, s’est d’emblée octroyé un salaire de premier ministre que ses prédécesseurs auraient envié et augmenté aussi le plafond de ses fonds spéciaux, porté à un niveau sans précédent dans le pays. Il est devenu vers la fin, un grand complice de Bozizé pour avoir cosigné avec lui, des documents maffieux de prétendus hommes d’affaires louches qui allaient investir plusieurs centaines de milliards en RCA mais en réalité, c’était pour pomper le trésor national.

Puis avec le concours de Sylvain Maliko, Elie Doté a orchestré deux table-ronde à Bruxelles censées également déverser d’autres centaines de milliards sur le pays. Le seul résultat probant de ces brassages de vent est qu’ils ont permis à Sylvain Maliko de devenir ministre d’Etat, Bozizé ayant été mystifié par ces numéros d’illusionnisme à Bruxelles. Le pays attend toujours ces milliards sans doute coincés en route…

 

Avec Bozizé  la direction générale de la police nationale est bicéphale




Il n’y a pas longtemps, Bozizé a limogé, on ne sait trop pour quelles raison d’ailleurs, le directeur général de la police nationale, le commissaire Ernest Latakpi. Il a été officiellement remplacé par Jérôme Ngbissiatoulou lequel est secondé par un certain Yves Gbéyoro, commissaire de police, ex directeur de l’Office central de répression du banditisme (OCRB), pour qui a été crée spécialement le poste de directeur général adjoint de la police, fonction qui n’existait pas jusqu’ici dans l’organigramme de ce corps. C’est cet office (OCRB) qui vient à nouveau d’être épinglé dans le rapport des Nations unies (BONUCA) concernant les nombreuses exécutions sommaires extrajudiciaires.

Autre difficulté dont souffrent les responsables officiels de la police nationale centrafricaine, c’est l’existence à la présidence, précisément au cabinet de Bozizé, d’une autre direction générale parallèle de la police. En réalité, c’est même cette direction générale de la police qui se trouve à la présidence qui gère réellement les choses et prend les décisions. Elle est patronnée par l’ineffable Joël Sinfei Moidomsé, ancien directeur général de la police à l’époque du président Patassé devenu depuis le coup d’Etat du 15 mars 2003 chef de cabinet particulier de Bozizé. C’est ce monsieur qui centralise les multiples fiches de renseignement, dont on sait à Bangui que la plupart ne font que colporter des fabulations et des mensonges mais dont s’en sert néanmoins le pouvoir en place.  

 

Bozizé fait retarder les obsèques du commissaire Trépassé





Froidement assassiné dans la nuit précédant le départ de Bozizé de Bangui pour le Québec, le défunt commissaire Hervy Setté Trépassé devrait initialement être inhumé le samedi 25 octobre mais selon des informations émanant d’une source proche de la famille, Bozizé qui s’invite à ses funérailles, a souhaité qu’elles fussent reportées, le temps qu’il revienne de Ndélé où il devrait célébrer en différé la journée mondiale de l’alimentation déjà passée le 16 octobre dernier.

Pourquoi Bozizé tient-il à prendre part aux obsèques du commissaire Trépassé ? Allez-y savoir ! N’a-t-il pas la conscience tranquille ?  Depuis qu’il a été abattu comme un chien, le pouvoir observe un silence assourdissant sur ce crime. Pas un mot de condamnation ; pas un communiqué quelconque du ministère de l’intérieur ni de la direction générale de la police, rien, absolument rien ! Tout cela est lourd de signification et tend à montrer que les commanditaires de cet odieux assassinat ne doivent pas se trouver ailleurs que dans les cercles mêmes du pouvoir. Comme par hasard, du côté de l’enquête, rien n’avance non plus !

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation