Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 00:55






La République centrafricaine chute de deux places à mesure que sa performance continue à décliner dans le dernier Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique

Les données publiées récemment démontrent que deux tiers des pays d’Afrique subsaharienne ont amélioré leur performance de gouvernance et ont enregistré une progression notable en termes de participation et de droits de l’homme

 ADDIS ABABA, ÉTHIOPIE : l’Indice Ibrahim 2008 de la gouvernance en Afrique publié aujourd’hui par la Fondation Mo Ibrahim indique qu’entre 2005 et 2006 l’indice de performance de la République centrafricaine diminué pour atteindre  43,6 sur 100 ce qui la conduit à perdre deux places pour se classer 43ème sur les 48 pays de l’Afrique subsaharienne.

 En référence aux mesures complètes de la performance de gouvernance réalisées via l’Indice Ibrahim, la République centrafricaine s’améliore légèrement dans trois domaines sur cinq : développement humain ; participation et droits de l’homme ; développement économique durable. Le score de la République centrafricaine a sensiblement régressé dans les catégories application de la loi, transparence et corruption ainsi que sécurité et protection.

           

Catégorie

2007 Score (sur 100)

2008 Score (sur 100)

2008 Classement (sur 48)

Sécurité et protection 

51,6

46,7

46

Application de la loi, transparence et corruption

45,4

42,7

39

Participation et droits de l’homme

59,5

60,2

29

Développement économique durable

33,1

34,9

38

Développement humain

33,2

33,2

42 (ex æquo)

 La régression la plus forte est enregistrée dans la catégorie sécurité et protection, avec une diminution de 4,8 points.

 Dans la sous-région, la moitié des membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont amélioré leur performance par rapport à l’an dernier. Toutefois, seuls trois membres de la CEEAC (Burundi, Cameroun et Gabon) ont désormais un meilleur classement par rapport au reste du continent. Seuls deux membres du groupe (Gabon ainsi que São Tomé et Príncipe) se positionnent dans la première moitié du classement de l’Indice Ibrahim. Au sein de la CEEAC, la République centrafricaine se classe septième sur dix.

L’Indice Ibrahim révèle que les deux tiers des pays de l’Afrique subsaharienne ont amélioré leurs performances en matière de gouvernance au cours de l’année écoulée. Le Liberia, le pays qui a réalisé l’ascension la plus rapide, se place au 38e rang après avoir gagné 10,4 points pour atteindre cette année le score de 48,7.

 La catégorie Participation et droits de l’Homme est la catégorie qui a connu les plus grandes améliorations avec 29 pays en progression. Un grand nombre d’entre eux ont su améliorer la participation à travers des élections qui, dans l’ensemble, ont été considérées comme libres et justes par les observateurs internationaux. Malgré cela plusieurs problèmes persistent sur cette partie du continent, tout particulièrement en ce qui concerne les droits de la femme. Une majorité de pays a aussi réalisé des progrès dans les catégories Respect des lois, transparence et corruption ; Développement humain ; et Développement économique durable entre 2005 et 2006.

 Pour la deuxième année consécutive, c’est l’île Maurice qui caracole en tête de l’Indice Ibrahim avec cette année un score de 85,1. Les membres du club des cinq meilleurs pays restent inchangés et se composent, outre l’île Maurice, des Seychelles, du Cap-Vert, du Botswana et de l’Afrique du Sud qui obtiennent tous des scores supérieurs à 71,0.

 L’indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique est un classement complet des pays de l’Afrique subsaharienne établi en fonction de la qualité de leur gouvernance. Pour évaluer la gouvernance nationale, l’Indice Ibrahim s’appuie sur 57 critères qui jaugent la qualité des services que les gouvernements assurent à leur population. L’accent est mis sur les résultats tels que les ressentent les citoyens du pays. Ces critères sont divisés en cinq catégories globales qui, prises dans leur ensemble, représentent les obligations fondamentales des gouvernements envers leurs citoyens.

 Le conseil d’administration de la Fondation Mo Ibrahim s’est réuni au grand complet à Addis Ababa, le siège de l’Union africaine, pour faire l’annonce officielle ce matin. Mo Ibrahim, le fondateur et président de la Fondation a déclaré :

 « Éclipsée par les nombreux titres de l’actualité des derniers mois, la véritable histoire qui émerge actuellement de l’Afrique est que, dans une large majorité des pays africains, les performances de la gouvernance sont en progression. Au vu de cette analyse circonstanciée s’appuyant sur divers critères de gouvernance clés, il ressort que des progrès se font sentir sur tout le continent. J’espère que les citoyens d’Afrique se serviront de ces résultats comme d’un outil leur permettant d’engager la responsabilité de leurs gouvernements et de stimuler le débat sur les performances de ceux qui gouvernent en leur nom. »

 Mary Robinson, membre du conseil d’administration de la Fondation Mo Ibrahim et ancienne Présidente de la république d’Irlande qui a aussi occupé les fonctions de Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, a eu ces mots :

 « Il est particulièrement intéressant de constater que pour le soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme les améliorations les plus remarquables dans le domaine de la gouvernance se produisent dans la catégorie de la participation et des droits de l’Homme. Plus de pays de l’Afrique subsaharienne que jamais organisent des élections démocratiques, et j’ai bon espoir que cela va contribuer à former un tremplin à partir duquel les progrès continueront à se propager à travers le continent. » 

 

 

Catégorie

2007 Score (sur 100)

2008 Score (sur 100)

2008 Classement (sur 48)

Sécurité et protection 

51,6

46,7

46

Application de la loi, transparence et corruption

45,4

42,7

39

Participation et droits de l’homme

59,5

60,2

29

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation