Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 00:51




Jean Serge Wafio alias « mo ouara mo tè biani » a dû quitter son portefeuille de ministre des logements, de l’urbanisme et des édifices publics. Bozizé l’avait fait nommer à la CEMAC comme commissaire chargé du programme du marché commun lors du dernier sommet des chefs d’Etat de cette institution CEMAC à Yaoundé début juillet. Avant de prendre ses nouvelles fonctions à la CEMAC, Jean Serges Wafio a dû se rendre à N’djaména afin de prêter serment auprès de la cour de justice communautaire de la CEMAC dont le siège se trouve dans la capitale du Tchad. A N’djaména, Wafio retrouve un certain Gaston Ouéfio fonctionnaire centrafricain détaché auprès de cette même cour de justice de la CEMAC qui lui propose de traverser le pont Nguéli bien connu des N’djaménois afin d’aller faire un tour à Kousséri la ville camerounaise.

Le problème est que la traversée de ce pont est soumise à une circulation alternée des automobilistes qui l’empruntent. Des éléments de sécurité du Tchad veillent au respect de cette circulation alternée que Wafio et son compagnon Ouéfio n’ont pas voulu respecter. Ils ont donc eu à faire avec le zakawa de service qui leur a demandé de refaire demi-tour. Devant le refus de ces messieurs qui se prenaient pour de grands diplomates de la CEMAC, les choses ont dégénéré et nos  promeneurs ont été malmenés par les éléments zakawa. Résultats : « Mo ouara mo tè biani » a été roulé par terre et s’est retrouvé avec sa veste salie et déchirée ainsi que son conducteur et compagnon Gaston Ouéfio.

Alertés, des renforts de la représentation de la CEMAC sont arrivés sur les lieux pour consoler les deux malheureux diplomates. Wafio qui était inconsolable aurait menacé de saisir Bozizé à Bangui mais que peut faire ce dernier vis à vis des zakawa et leur chef Déby ! Toute honte bue, nos randonneurs ont tout de même été conduits à Kousséiri avant de regagner N’djaména se remettre de leurs émotions.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers