Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 23:37



La forte dégradation de la situation nationale, marquée par l’effondrement des productions agro pastorales, la généralisation de l’insécurité, l’accumulation des arriérés de salaires (41 mois), de pensions et de bourses, et l’incapacité du Président BOZIZE à y faire face, exigeait du Chef de l’Etat qu’il mette tout en œuvre afin, qu’à travers le Dialogue Politique Inclusif, les centrafricains transcendent leurs divergences politiques, en vue de trouver une thérapeutique radicale capable de sortir nos populations de l’enfer de la misère.

Mais force est de constater que, face à cette dramatique situation, le Président BOZIZE et son gouvernement continuent de faire preuve d’un laxisme criminel, renvoyant toute amélioration des conditions de vie des populations aux décaissements d’aides financières extérieures, dans ce pays riche en diamant, or, fer, pétrole, uranium, coton, café, tabac et sans pression démographique.

Derrière ce cynisme du pouvoir, il s’est développée une vaste entreprise d’enrichissement illicite et rapide au bénéfice du clan présidentiel.

Outre la main mise de la famille et du clan sur tous les rouages de l’Exécutif, des Entreprises et Offices Publics, les principales Institutions Démocratiques de l’Etat et celles politiques et financières de la CEMAC, les Finances Publiques, le racket des sociétés minières avec les bonus de signatures non inscrits au Code Minier, les revenus de la Forêt et des licences de téléphonie mobiles restent leur chasse gardée.

L’Assemblée Nationale et la Cour Constitutionnelle qui ont le pouvoir de porter un coup d’arrêt à une telle dérive de gestion ont démissionné devant leurs responsabilités pour servir d’instruments de règlement de compte politique du Président BOZIZE.

Aussi, ne restait-il comme unique voie de sortie pacifique de crise que le Dialogue Politique Inclusif.

Malheureusement, malgré la mobilisation nationale et internationale en faveur du Dialogue Politique Inclusif, le Président BOZIZE continue de tergiverser, cherchant à réduire ce Grand Rendez-Vous de la dernière chance en une réédition du Dialogue National de médiocre qualité, en vue d’écarter tout obstacle à sa réélection programmée au premier tour de la présidentielle de 2010.

C’est pourquoi, la Coordination Politique de l’A.F.D.C. lance t-elle un Appel à l’Action de toutes les Forces Vives Centrafricaines afin d’exiger, par tous les moyens, la convocation immédiate de la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif, à même d’imposer un changement qualitatif au sommet de l’Exécutif, en remédiant au déficit de compétence dans la gouvernance politique et économique du pays, à l’origine des mauvais choix politiques du pouvoir, de la corruption et de l’inefficacité de l’action gouvernementale.

Dans l’objectif de garantir le succès du Dialogue Politique Inclusif, l’A.F.D.C. pose comme préalable, son organisation à l’extérieur de la République Centrafricaine.

En conséquence, la Coordination Politique de l’A.F.D.C. sollicite-t-elle du Haut Médiateur de la crise centrafricaine, Son Excellence El Hadj Omar BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise, l’organisation, au GABON, de la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif, avec un quota de participants limité aux personnalités représentatives de chaque entité.

Enfin, l’A.F.D.C. invite tous les Centrafricains à considérer comme un devoir patriotique le boycott de tout Dialogue Politique organisé à BANGUI et à se donner les moyens d’imposer la tenue des Assises Nationales, avec des Résolutions immédiatement exécutoires.

Fait le 29 septembre 2008
Pour la Coordination Politique
Le Coordonnateur Général,



Colonel Charles MASSI

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans DIALOGUE INCLUSIF