Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 17:55

 

 

 

 













NEW YORK (Nations Unies), 25 septembre (Xinhua) -- Le président centrafricain François Bozizé a souhaité, mercredi sur la tribune des Nations Unies, que la Mission de l'ONU en Centrafrique et au Tchad (MINURCAT) dépasse le cadre actuel de sa compétence pour devenir une force opérationnelle.

Lors du débat général de la 63e Assemblée générale des Nations Unies, il a souligné la nécessité de réviser la mission et d'élargir la dimension de la MINURCAT, avec la fin du mandat de la Force de l'Union européenne (EUFOR) en mars prochain, car la situation reste fragile dans le nord-est et l'insécurité se développe dans le sud-est de la Centrafrique.

Plus de 3.300 soldats de l'EUFOR sont déployés depuis six mois, avec le mandat du Conseil de sécurité de l'ONU, au Tchad et en Centrafrique en proie à la guerre. L'EUFOR a mis en oeuvre, au profit des organisations humanitaires, des mesures de protection pour améliorer l'accès humanitaire et stabiliser l'Est du Tchad ainsi que le Nord de la Centrafrique.

M. Bozizé a réaffirmé l'importance de la MINURCAT pour " restaurer les conditions de sécurité nécessaires au retour volontaire et durable des réfugiés et des personnes déplacées par les conflits dans la région des Trois frontières à cheval entre la Centrafrique, le Tchad et le Soudan".

Il a exprimé son inquiétude à l'égard des effets de la crise du Darfour et des conflits au Tchad sur l'instabilité interne de son pays, les incursions de bandes armées dans le nord et celles des rebelles ougandais de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) dans la partie méridionale frontaliere avec le Soudan et la RDCongo.

M. Bozizé a accusé ces bandes armées de commettre des pillages, des viols, des déportations et l'enrôlement d'enfants de moins de dix ans.

"Les crise militaro-politiques récurrentes ont aggravé la pauvreté et l'insécurité alimentaire, en particulier dans les zones rurales et agricoles" en Centrafrique, marquée par 15 millions d'hectares de terres arables et une disponibilité en eau douce estimée à 37.000 m3 par habitant, a-t-il dit.



Ndlr Centrafrique-Presse : Selon des informations dignes de foi en provenance du siège des Nations unies à New York, pendant l'intervention de Bozizé à la tribune, plusieurs membres de délégations dans la salle se contentaient plutôt de lire et se passer la scandaleuse lettre qu'il a adressée à Ban Ki Moon pour demander que le Conseil de sécurité intervienne pour que la CPI ne puisse pas ouvrir une enquête sur les crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par sa soldatesque dans plusieurs préfectures du Nord de la République centrafricaine rappelés  par le procureur Ocampo de la CPI dans sa lettre du 10 juin dernier envoyée à Bozizé. Cette lettre a la particularité de mettre le trouillomètre de Bozizé à zéro.
S'agissant des compétences de la MINURCAT que Bozizé veut voir élargir, faut-il lui rappeler que lors du débat au Conseil de sécurité, le représentant du Royaume uni avait émis des réserves sur la nécessité de déployer des casques bleus onusiens en Centrafrique.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique