Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 13:39




Comme nous l’avons annoncé dans son agenda du mois de septembre courant, sur le chemin de son retour de New York, Bozizé est attendu jeudi prochain 25 septembre à Bruxelles. On croyait savoir qu’il avait initialement l’intention de demander quelques comptes à propos des 300 milliards promis l’année dernière lors de la table ronde de Bruxelles des partenaires au développement et amis de la République centrafricaine. Le seul résultat probant de cette réunion on le sait, est d’avoir permis à Sylvain Maliko, ministre de l’économie et du plan  qui l’avait organisée avec Elie Doté PM à l’époque, d’être nommé par Bozizé ministre d’Etat. Etant actuellement à New York, le commissaire au développement de l’Union européenne l’ancien premier ministre Belge Louis Michel  ne pourra certainement pas recevoir Bozizé qui voudrait être reçu par le roi des Belges ainsi que par le président de la commission européenne Barroso.

Aux dernières nouvelles et selon des informations crédibles provenant de son propre entourage, Bozizé insiste pour rencontrer le ministre belge de la défense M. Pieter De Crem, afin de lui demander son accord pour que la Belgique puisse désormais assurer la formation de ses officiers et commandos. Bozizé est-il maintenant fâché avec la France ? S’il l’a oublié, il faut rappeler à Bozizé que la Belgique a été élue à la Présidence de la Commission pour la Consolidation de la Paix des Nations unies pour la République Centrafricaine. Pour mémoire, voici quelques extraits du communiqué de presse publié par le ministère belge des affaires étrangères en date du 16 juin 2008 à ce sujet :

« La Belgique attache une grande importance à la consolidation de la paix en situation post-conflit. « Nous devons éviter que les pays qui sortent d'une situation de violence retombent dans des conflits. Le fait que la situation en RCA soit traitée à la CCP est un signal clair que la communauté internationale entend unir ses efforts et est résolue à continuer à soutenir le dialogue politique en RCA» indique le Ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht.

Le Ministre est particulièrement satisfait de la désignation de la Belgique à la Présidence des réunions pays pour la RCA. « Ceci constitue une reconnaissance de l'implication belge aussi bien au Conseil de sécurité qu'à la CCP. Le fait que la Belgique soit disposée à assurer cette Présidence est une conséquence de notre intérêt croissant pour ce pays dans lequel j'ai encore effectué une visite en février». Voilà qui est clair. Il y a pourtant lieu de rappeler que ce même ministre belge des affaires étrangères avait refusé en février dernier à Bangui, la cravate de commandeur de l’ordre de la reconnaissance centrafricaine que Bozizé voulait lui remettre. Pour Karel De Gucht, cela aurait représenté un signe de reconnaissance et de légitimation d’un régime qui pose question et un soutien implicite qu’il ne voulait pas apporter.

Il ne pouvait pas être si bien inspiré. Bozizé est à l’heure actuelle le principal obstacle et celui-là même qui bloque par différentes manœuvres, la tenue du dialogue politique inclusif en Centrafrique. Chaque fois, il faut nécessairement faire un tour à Libreville pour que comme par enchantement, le processus soit débloqué juste pour un laps de temps.

Le gouvernement belge qui s’honore de présider actuellement la commission de consolidation de la paix en Centrafrique doit continuer à faire preuve d’une grande fermeté à l’égard d’un régime dictatorial, corrompu et sanguinaire tel que celui de Bozizé pour qui le respect des droits de l’homme est le dernier des soucis. Il se rend une fois encore à Bruxelles pour en réalité, vendre ses diamants, Anvers, haut lieu international du diamant étant juste à côté. Les relations de la RCA avec la Belgique ne sont toujours pas au beau fixe. Il n’y a toujours point d’ambassadeur centrafricain à Bruxelles depuis le brutal et arbitraire limogeage de l’ambassadeur Guy Zounguéré Sokambi en 2007. Un certain Abel Sabonou a été désigné chargé d’affaire mais il habite en région parisienne et en réalité, c’est un véritable garçon de courses pour Bozizé. Un homme d'affaire franco-libanais qui se dit ami de Bozizé  à qui ce dernier a délivré passeport diplomatique et mandat a été nommé conseiller économique et financier mais, est très peu visible sur Bruxelles.

 

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique