Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 21:49





Bangui 16 sept 08 (C.A.P) – Un gendarme en poste à la brigade de la ville de  Carnot dans la préfecture de la Mambéré-Kadéi répondant au nom de Adoum, se fait arrêter dans la journée du lundi 15 septembre 2008 à Damara (80 km de Bangui) en train de convoyer une cargaison peu banale constituée de 27 fusils mitrailleurs AK 47 appelés encore Kalachnikov et 2000 munitions qui vont avec.

On est encore plus effaré d’apprendre que tout cet arsenal a été récupéré à bord d’un véhicule du Programme des nations Unies pour le Développement (PNUD) en partance vers le Nord ou l’Est du pays. Selon les informations parvenues à notre rédaction, le gendarme en question se serait approvisionné directement auprès de l’armurerie du camp militaire de Roux et du camp Beal à Bangui.

Il aurait vraisemblablement été balancé par le taximan qui l’aurait aidé à charrier tout ce matériel transbordé ensuite dans le véhicule du PNUD. Munis de plaques d’immatriculation diplomatiques, les véhicules de cet organisme ne sont généralement pas l’objet de fouille par les services de sécurité aux différents check-points de la capitale et en dehors. C’est l’astuce que ce gendarme a cru devoir utiliser pour convoyer jusqu’à destination son singulier matériel.

Toujours selon nos informations, Bozizé serait dans tous ses états en apprenant que la précieuse cargaison provenait de l’armurerie du camp de  Roux et du camp Beal et serait, sauf s’il s’agit d’un montage des services du pouvoir, sans nul doute destinée à approvisionner un mouvement armé quelconque ou des groupes de grand banditisme genre coupeurs de route (zaraguinas) à travers le pays.

En effet, si cette affaire n’est pas un grossier montage du pouvoir de Bozizé pour faire croire qu’une certaine opposition véhicule des armes dans le pays, cela voudrait simplement dire que le système de sécurité de l’important stock d’armes dont dispose Bozizé dans le pays est une passoire et est fragile. Si on peut se procurer des Kalachnikov et des munitions idoines avec autant de facilité, on peut comprendre que des mouvements armés puissent pousser comme des champignons dans le pays.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation