Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 21:41











     Mme Laure Olga Gondjout MAE du Gabon

Libreville, Gabon
- 16/09/2008 (Pana) - La capitale gabonaise, Libreville, a accueilli ce lundi la première réunion du Comité de suivi de l'Accord de Paix global, signé entre le gouvernement centrafricain et les mouvements politico-militaires, selon un communiqué du ministère gabonais des Affaires étrangères.

La rencontre a été présidée par la ministre gabonaise des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l'intégration régionale, Laure Olga Gondjout, précise le communiqué.

La réunion devait examiner l'évolution de la situation en Centrafrique, ainsi que les modalités d'application des dispositions de l'Accord, et permettre au Comité de suivi de lancer un appel solennel à l'ensemble des acteurs, afin qu'ils persévèrent dans ce processus de paix, appelé à déboucher sur un Dialogue politique inclusif.

Se félicitant du retour de l'APRD dans le processus de paix, la Comité a recommandé l'application de toutes les dispositions de l'Accord, "notamment celles relatives à l'amnistie générale", précise le communiqué.

Le Comité a également sollicité l'étroite collaboration de la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique (MICOPAX), ainsi que celle de la communauté internationale, invitée à davantage d'efforts "pour accompagner ce processus de paix".




L’APRD regagne le processus de paix en Centrafrique




APA-Libreville (Gabon)
2008-09-16 -  L’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) de Jean-Jacques Demafouth, mouvement rebelle centrafricain actif dans le nord-ouest du pays, à décidé lundi à Libreville de regagner le processus de paix qu’il boudait suite à l’adoption par le gouvernement de Bangui d’un projet d’amnistie peu conforme à l’accord global de paix signé dans la capitale gabonaise le 21 juin.

«Nous avons décidé de retourner à la table des négociations. Nous ne pouvons rester insensibles aux souffrances du peuple centrafricain», a déclaré M. Demafouth, à l’issue de la première réunion du comité de suivi de l’accord de Libreville.

L’APRD avait suspendu sa participation au processus devant conduire à la tenue du dialogue politique inclusif en août dernier. Après avoir annoncé son retrait des accords du 9 mai 2008 et du 21 juin de Libreville au Gabon, le parti de M. Demafouth avait interpellé le président Bongo Ondimba pour lui faire constater la volonté manifeste du gouvernement centrafricain de ne pas tenir ses engagements.

Dans le communiqué final publié à l’issue de la réunion du comité de suivi présidée par la ministre gabonaise des Affaires étrangères, Laure Olga Gondjout, «le comité de suivi se félicite du retour de l’APRD dans le processus de paix».

Face à l’enlisement du processus, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Centrafrique, François Lonseny Fall, avait appelé, en août dernier, à une nouvelle médiation du président gabonais Omar Bongo Ondimba, président du comité ad hoc de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) pour les affaires centrafricaines.

L’appel des Nations unies avait été appuyé par l’Union européenne, la CEN SAD, l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique (MICOPAX). Autant d’organisations membres du comité de suivi qui ont ainsi facilité la tenue de la réunion de Libreville en vue de la relance du dialogue entre le gouvernement de François Bozizé et les mouvements rebelles centrafricains.

Second mouvement rebelle présent dans la capitale gabonaise, l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) a demandé à la communauté internationale d’aider la Centrafrique à financer le processus de cantonnement des mouvements rebelles avant de parvenir au dialogue inter centrafricain tant attendu par les populations.

 

Centrafrique : A Libreville réunion de suivi de l'Accord de paix global en vue dune sortie définitive de crise

 Gabonews (Libreville) 16 Septembre 2008

Désiré Clitandre Dzonteu

Les signataires des Accords globaux de paix de Libreville du 9 mai et du 21 juin derniers, sur la République centrafricaine (RCA), ainsi que les acteurs représentatifs de la mise en place de ce cadre de réconciliation (ONU / BONUCA, UE, CEEAC/MICOPAX, OIF, CEN-SAD), conformément à l'article 7 de l'accord de paix global, se réunissent depuis lundi matin à l'Hôtel du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l'Intégration régionale du Gabon, en vue de l'aboutissement au respect de ces Accords et à un cadre d'échange et de dialogue mutuel qui préviendrait toute escale de conflit dans ce pays.

Prenant la parole au nom du gouvernement, le président de cette réunion de Libreville, le ministre gabonais des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l'Intégration régional, Laure Olga Gondjout, a rappelé que le Chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, fournit des efforts inlassables pour permettre à ce pays frère de revenir à la paix.

C'est à ce titre, indique-t-elle, que le Gabon a été « le cadre, le 9 mai et le 21 juin de cette année, de la signature de deux accords importants visant à renouer les fils du dialogue entre l'ensemble des acteurs politiques de la République centrafricaine ». Dès lors, ajoute-elle, « ces accords, et en particulier l'accord global de paix du 21 juin 2008, ont constitué un réel espoir dans le dénouement de la crise dans ce pays ».

Ainsi, avant de clore son propos, revenant sur la nécessité du peuple centrafricaine à bénéficier d'un climat de paix, de tolérance, de concorde et de dialogue, le ministre des Affaires étrangères a souligné que cette réunion était fondée sur deux objectifs « clairs » :« - Réaffirmer la volonté ferme de l'ensemble des partenaires à la paix à respecter l'esprit et la lettre des accords de Libreville;- mettre en place un cadre concret d'échange et de dialogue mutuel qui préviendrait toute escale au conflit ».

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans DIALOGUE INCLUSIF