Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 00:10




Alors que les Centrafricains et la communauté internationale attendent impatiemment du pouvoir de Bozizé l’annonce d’une quelconque initiative ou décision de nature à débloquer la situation ou susceptible de nous sortir de l’impasse totale dans laquelle le pays se trouve après le retrait de tous les mouvements politiques tant armés que non armés du processus du dialogue inclusif à la suite des projets de lois scélérates du régime de Bangui, on a assisté le samedi 30 août dernier, aux festivités mégalomaniaques du mariage du député KNK de Carnot très proche de Bozizé, Ibrahim Paco avec Mlle Annette Ngaibona.  

Puisqu’il s’agissait pour Ibrahim d’épouser sa troisième femme, aucune mairie française ne pouvait célébrer un tel mariage polygamique. Après une grandiose cérémonie traditionnelle de demande de main célébrée il y a quelques mois à Bangui, c’est donc dans les locaux de la chancellerie centrafricaine à Paris que celle du mariage a eu lieu, présidée par l’ambassadeur Jean Willybiro Sako lui-même, obligé le pauvre, d’écourter ses vacances tunisiennes pour rentrer à Paris la veille.

C’est à bord de grosses et longues limousines américaines toutes blanches, dignes des stars hollywoodiennes (Cadillac pour la mariée et Lincoln pour le marié) que les mariés se sont rendus en début d’après midi à l’ambassade de Centrafrique, 33 rue des Perchamps dans le 16ème arrondissement à Paris.  A noter qu’un des témoins du marié n’était autre que l’ancien bras droit et ministre d’Etat de Bozizé, Karim Meckassoua désormais en disgrâce et replié depuis à Paris qui, quoiqu’encore convalescent d’une opération du genou et obligé de s’aider de béquilles, a cru ne pas devoir manquer l’événement.  

Après les formalités et la cérémonie du mariage proprement dit, les nombreux convives dont la sœur de Bozizé Joséphine Kéléfio, qui sont venus spécialement de Bangui, se sont rendus dans une immense salle de fêtes à Corbeil Essone pour le vin d’honneur où le champagne a coulé à flots.  C’est tard dans la nuit que la soirée de gala a eu lieu dans un terrain de golf toujours dans l’Essone avec feu d’artifices, force beuverie, grande bouffe constituée de poisson frais de l’Oubangui (« kpètê » notamment et autres capitaines), viande fraîche de cabris, ngounza frais, acheminés depuis Bangui et arrivés par le vol Air France de la veille. C’est vers 6 heures du matin le dimanche que certains convives fatigués de ces festivités hollywoodiennes sont rentrés chez eux.  

Ibrahim Paco est le fils d’un célèbre et riche diamantaire de Carnot, Aoudou Paco. Député KNK de Carnot. En réalité, le trafic du diamant est son trait d’union avec Bozizé. C’est par lui que ce dernier procède à l’évacuation de ses pierres vers la Chine, Taiwan et Hong-Kong. En retour, c’est par l’adresse d’Ibrahim Paco que sont acheminées à Bangui les armes chinoises pour Bozizé. Quand on sait qu’Ibrahim Paco est un député de la nation, on ne peut que se poser des questions.

En 2006, deux gros Antonov avaient débarqué à Bangui Mpoko. De leurs énormes soutes, on a déchargé deux jours durant au vu et au su de tout le monde, des tonnes et des tonnes d’armes et munitions de guerre en provenance de Chine qui étaient directement convoyées vers Bossembélé, Bézambé et autres cachettes. Sur les caisses, on pouvait lire : Destinataire : Député Ibrahim PACO - Assemblée nationale Bangui - République centrafricaine. Voilà à quoi peut au moins servir l’immunité parlementaire des députés KNK de Bozizé.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers