Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 16:57



APA Bangui 2008-08-22 (Centrafrique) Les six Centrales syndicales centrafricaines ont décidé d’apporter leur soutien au syndicat autonome des télécommunications qui a déclenché une grève le 11 août pour réclamer notamment le paiement de trois mois d’arriérés de salaires et l’achat des équipements techniques pour la mise en œuvre d’un projet de téléphonie mobile.

La satisfaction de ces revendications nécessite le versement à la société centrafricaine des télécommunications (SOCATEL) d’une somme d’un milliard de FCFA par le gouvernement.

Au cours d’une assemblée générale, jeudi à Bangui, la Confédération chrétienne de Centrafrique (CCTC), la Confédération nationale des travailleurs de Centrafrique (CNTC), la Confédération syndicale des travailleurs de Centrafrique (CSTC), l’Organisation syndicale libre du secteur public (OSLP), l’Union générale des travailleurs de Centrafrique (UGTC) et l’Union syndicale des travailleurs de Centrafrique (USTC) ont menacé de mobiliser leurs adhérents pour un débrayage général, pour réclamer le paiement immédiat des cinq mois d’arriérés de salaires dus aux travailleurs par l’actuel régime du président François Bozizé, le déblocage des avancements dans la fonction publique et le paiement de la somme de un milliard de FCFA réclamée par les grévistes de la SOCATEL.

Outre l’apurement des trois mois d’arriérés de salaires dus au personnel, la somme est aussi destinée à acheter des terminaux pour le projet ZTE, des câbles pour réaménager le réseau filaire pour l’Internet haut débit et niveler les comptes de la SOCATEL dans les différentes banques de la place.

Le limogeage jeudi du directeur général de la SOCATEL, Marcel Ngaïssio, soutenu par les syndicats et le personnel pour les efforts de redressement qu’il déploie depuis sa prise de fonction, est venu aggraver la crise.

Les six centrales syndicales centrafricaines avaient déclenché une grève générale le 2 janvier dernier pour réclamer le paiement de sept mois d’arriérés de salaires dus aux travailleurs centrafricains. Le mouvement a été levé le 25 février suite au paiement de deux mois d’arriérés de salaires et le gouvernement s’était engagé à verser deux autres mois en juillet dernier, ce qui n’a pas été fait.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société