Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 03:15




APA Bangui 2008-08-21 (Centrafrique) Le Directeur général de la Société centrafricaine des télécommunications (SOCATEL), M. Marcel Ngaïssio, a été limogé jeudi avec quatre cadres de la société, dont le directeur de la comptabilité, M. Dimbélé Yangapou, sur décision du président du conseil d’administration, pour «manquements graves à leurs obligations», a appris APA de source informée le même jour à Bangui.

Interrogé par APA, le président du conseil d’administration de la SOCATEL, M. Lévys Yakité, a déclaré que «les responsables de la société qui sont sanctionnés ont commis une faute lourde».

«Si le droit de grève est reconnu à tout le monde par notre constitution, il n’en demeure pas moins qu’une catégorie de responsables administratifs ne sont pas autorisés à observer un mouvement de grève selon nos propres textes. Or, pour le cas de la SOCATEL qui, d’ailleurs est une société d’Etat, ce sont les premiers responsables de cette société qui sont à la base de l’arrêt de travail du personnel», a expliqué M Yakité.

Le Conseil d’administration de la SOCATEL «ne peut se permettre de laisser perdurer cette situation qui a des conséquences incalculables sur l’ensemble du pays», a-t-il dit, soulignant que les dégâts seraient irréparables si cette société est paralysée pendant plusieurs semaines.

Le licenciement de M. Ngaïssio fait suite au mouvement de grève déclenché le 11 août par le personnel pour réclamer le paiement de trois mois d’arriérés de salaires et l’achat des équipements techniques pour la mise en œuvre d’un projet de téléphonie mobile. La satisfaction de ces revendications nécessite le versement à la SOCATEL d’une somme de un milliard de FCFA par le gouvernement.

Unique société nationale des télécommunications, la SOCATEL jouit du monopole du téléphone fixe très utilisé dans l’administration publique centrafricaine. C’est également le principal fournisseur d’accès au réseau Internet. Depuis la grève du personnel de la SOCATEL, la connexion au réseau Internet est devenue difficile aussi bien pour les opérateurs privés que publics dépendant de la SOCATEL.

 

Ndlr Centrafrique-Presse : Décidément, rien ne va plus en bozizie. Depuis la « libération » du  15 mars 2003, les Centrafricains attendent toujours  le  changement que le prétendu « sursaut patriotique » était censée apporter. Ca fuit de partout ! C’est la faillite partout ! Ceux des bozizistes qui hier se bombaient le torse en prétendant révolutionner tout déchantent aujourd’hui. Après avoir fait le pitre pendant longtemps et vanter ses costards griffés à 1800 euros, le bouffon corrompu de Ngouandjika et son obligé, le PCA de la SOCATEL, sont obligés de recourir au bâton pour briser une grève fondée et  légitime dans cette société. En réalité la santé de cette entreprise est le dernier de leur souci. Ngouandjika est actionnaire d’Orange Centrafrique. Le sort et l’avenir de SOCATEL lui importe en définitive très peu.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société