Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 02:51



APA Bangui 2008-08-21 (Centrafrique) L’Association centrafricaine de protection des droits des minorités (ACPDM) s’est engagée, jeudi à Bangui, à appuyer le gouvernement dans son programme de protection des droits de la communauté peuhl, souvent bafoués en Centrafrique, a appris APA de source proche de cette organisation.

Lancé en 2002, dans le cadre du mouvement mondial en faveur des minorités, ce programme qui vise à améliorer l’accès aux services de base de la minorité ethnique peuhl dans les trois régions de Bossembélé, Bouar, et Bozoum, n’a pas permis d’obtenir les résultats escomptés, à savoir la création d’une synergie d’actions des multiples partenaires pour maximiser les efforts convergents mettant l’accent sur la protection des droits des peuls.

Au cours d’un atelier organisé à Bossembélé, localité située à environ 270 km au nord-ouest de Bangui, l’ACPDM a décidé de s’approprier le projet intersectoriel initié par le gouvernement dans le cadre de la protection des droits des groupes minoritaires en associant les communautés peuls elles-mêmes dans le processus en cours en vue de leur émancipation et du respect de leur dignité et de leur liberté.

«Il faut qu’ils expriment leurs propres préoccupations», a indiqué le secrétaire exécutif de l’ACPM, Moussa Dahouri. «Nous allons les encourager à y adhérer, car il ne s’agit pas d’imposer une intégration ou une insertion, il s’agit de discuter avec eux pour trouver ensemble les points à développer dans le cadre de l’accès au service de base», a expliqué M. Dahouri.

Les éleveurs peuls constituent, avec les pygmées, qui vivent surtout de chasse et de cueillette, les deux principaux groupes minoritaires en Centrafrique. Considérés par les autres groupes comme des sous hommes, ils habitent la brousse et ne bénéficient d’aucune infrastructure éducative ou sanitaire.

Toutefois, depuis 2002, d’importants efforts sont déployés dans les domaines de la santé et de l’éducation dans les localités de Bozoum (nord), Bouar et Bossembélé (nord-ouest) où l’ACPDM a construit des postes de santé communautaires pour les peuhls.

Au plan éducatif, le projet a permis, entre autres, d’inscrire 650 enfants peuhls à l’école alors que d’autres membres de cette communauté ont été formés aux petits métiers. C’est ainsi que grâce à l’ACPDM, 108 femmes peuhls ont été formées dans la préparation du lait de vache naturel. L’organisation entend également profiter du programme de lutte contre le SIDA en milieu peuhl pour se lancer dans la lutte contre les violences sexuelles et la promotion des relations inter communautaires.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société