Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 17:15



Dakar - 11/08/2008 - Sénégal – (PANA) - Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno Ocampo, a appelé lundi à Dakar les dirigeants africains à mettre fin à la guerre civile au Darfour, dans l'ouest du Soudan, soulignant que son mandat à la tête de la juridiction internationale est "strictement judiciaire et non politique".

S'exprimant à l'issue d'une audience avec le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, il a estimé que "le président (sénégalais Abdoulaye) Wade et les autres leaders africains ont des responsabilités politiques immenses au Darfour".

"Nous avons chacun notre rôle à jouer et nous partageons les mêmes objectifs, à savoir mettre fin aux crimes, mettre fin à l'impunité et protéger les victimes", a dit M. Ocampo, soulignant que "la Cour pénale internationale est une Cour africaine".

M. Ocampo a affirmé que son "devoir est de révéler la vérité et la vérité, ce sont les femmes africaines qui sont violées au Darfour, ce sont les enfants africains qui sont tués et ce sont des soldats africains de la paix qui meurent au Darfour".

"Ce sont les pays de la région qui doivent résoudre ce problème", a soutenu le procureur de la CPI, ajoutant que son devoir était de poursuivre le président soudanais, Omar El Béchir, sur la base des preuves dont il dispose.

Interrogé sur l'exécution d'un mandat d'arrêt international contre le président Béchir, M. Ocampo a souligné qu'il a émis le vœu le 14 juillet dernier de lancer un mandat d'arrêt contre le président soudanais.

"Cela va prendre trois à quatre mois avant que les juges ne décident de le mettre en application ou pas", a-t-il dit.

Evoquant la situation en Centrafrique, le procureur de la CPI a souligné qu'il détenait des preuves sur la base desquelles il a entrepris des poursuites contre Jean Pierre Bemba, leader du Mouvement de libération du Congo (MLC).

Il a souligné qu'il ne détenait pas encore de preuves contre le président centrafricain, François Bozizé.

"Les crimes commis en Centrafrique semblent avoir été commis en 2002- 2003", a rappelé le procureur de la CPI.

Le bureau du procureur "continue de suivre avec attention les allégations de crimes commis depuis la fin de 2005", indique un document de la CPI.

Arrivé lundi à Dakar en milieu de journée, le procureur de la CPI a été reçu en début de soirée par le président Abdoulaye Wade et s'est entretenu avec le chanteur Youssou Ndour qui a participé à plusieurs campagnes internationales de sensibilisation sur la crise au Darfour.

La CPI, qui compte 108 pays membres, a été créée en 1998 par les Nations unies et est entrée en vigueur le 1er juillet 2002 après la ratification de son traité par 60 Etats.
 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE