Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 23:54




Source: United Nations Development Programme (UNDP)

Date: 08 Aug 2008

Un atelier de présentation et de planification des activités du Projet ALPC a été organisé les 30 et 31 juillet 2008 à Bangui par le Comité national pour le désarmement et la réinsertion (CNPDR) avec le soutien du PNUD. Deux membres du gouvernement ont pris part aux cérémonies d’ouverture et de clôture: Le Général Raymond NDOUGOU, Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique et Madame Marie-Solange PAGONENDJI-NDAKALA en charge des Affaires Sociales, de la Famille et de la Solidarité Nationale.(V.c-contre)

Avec cet atelier, le Projet ALPC aborde une nouvelle phase de son vaste programme qui doit déboucher entre-autre sur la réduction et le contrôle des armes légères et de petit calibre, le renforcement des capacités de la Commission nationale pour le désarmement et la réinsertion et celles des services de sécurité. La sensibilisation du public constitue également un objectif spécifique du Projet. La stratégie pour y aboutir est celle du concept « Armes contre développement ».

Monsieur Léon DIBERET, représentant le PNUD, a rappelé que « le Projet ALPC est conçu pour promouvoir la paix, la stabilité, la sécurité humaine et le développement socioéconomique dans le pays à travers l’appui aux communautés de base, aux organisations de la société civile et aux institutions nationales en aidant à créer des conditions favorables à la restitution volontaire des armes et au relèvement des communautés ». En effet, la sécurité et la protection des populations permettent de favoriser un environnement propice à la poursuite du relèvement post-conflit et à la lutte contre la pauvreté.

Selon une étude de « Small Arms Survey » menée en 2005, plus de 50.000 ALPC circulent sur le territoire centrafricain avec des conséquences néfastes pour le développement du pays. Cette présence massive est en grande partie la conséquence de l’impact des conflits récurrents aux frontières centrafricaines (TCHAD, SOUDAN, RDC). L’insécurité s’accroit dégradant ainsi les indicateurs liés à la sécurité des populations. Le Général NDOUGOU a d’ailleurs déclaré que « ces armes utilisées de manière illégale par des personnes non autorisées sèment la mort et la désolation au sein de la population, source de braquage à mains armées et les phénomènes des coupeurs de route et de grand banditisme » .

La prolifération d’armes a annihiler certaines opportunités de développement notamment dans les régions de forte production agricole (coton, arachide, mil) où les rendements ont chuté et les récoltes abandonnées du fait de la présence des zaraguinas ou coupeurs de route. L’agriculture et l’élevage constituant les principales sources de revenu, les populations s’appauvrissent davantage.

Les représentants de toutes les unités des forces de défense et de sécurité, les parlementaires, les responsables des administrations ministériels, la société civile et les médias ont participé à cet atelier. Un plaidoyer a été fait à l’intention des députés de la Nation pour l’adoption d’une nouvelle loi sur la détention d'armes en RCA.

Cette approche communautaire et mobilisatrice constitue une stratégie gagnante pour aborder d’une manière durable et sereine ce programme de réduction et de contrôle des ALPC dans le contexte de relèvement et de développement à long terme, notamment la mise en œuvre du DSRP

Le Projet ALPC a reçu le soutien financier du gouvernement du Japon de près de 2 millions de dollar US. La phase préparatoire du projet a été financé par la Suède à hauteur de 500.000 dollars US qui ont permis en 2005 d’organiser un atelier national sur la prolifération des armes légères et des journées d’information et débat citoyens en octobre 2006.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société