Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 19:03



APA-Bangui 2008-08-10 (Centrafrique) Le Coordonnateur principal pour la Majorité présidentielle, le ministre Job Isima, a dans un communiqué de presse diffusé samedi soir, demandé à l’Armée Populaire pour la Restauration de la Démocratie (APRD) et le Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDPC) à revenir à la table du dialogue politique inclusif.

Le ministre Job Isima a « exhorté l’Union des Forces Vives de la Nation (UFVN) à jouer son rôle d’opposition démocratique dans la sphère politique centrafricaine ».

Le ministre Job Isima, « en appelle à la vigilance du peuple centrafricain tout entier face à la campagne de la désinformation à l’esprit de division et de déstabilisation entretenu par cette frange de la classe politique ».

Il a pris à témoin l’opinion nationale, les institutions et les organisations sous régionales, régionales et internationale pour le non respect de l’une des dispositions importantes de l’accord global de paix qui prévoit le règlement des différends entre les signataires.

Il est à retenir qu’en convoquant le 1er août dernier, la session extraordinaire pour examiner les lois d’amnistie générale débouchant aux assises effectives du dialogue politique inclusif, l’APRD dans un communiqué de presse signé par son président Jean Jacques Démafouth, s’est retiré du processus du dialogue, à cause de cette « loi d’amnistie partielle ».

Tandis que, l’UFVN a qualifiant cette « loi de scélérate » et de « désolation » s’est également retiré de ce processus.

L’APRD avait décidé début août de suspendre sa participation au processus devant conduire à la tenue du dialogue politique inclusif, en appelant au Président Omar Bongo Ondimba « pour constater la volonté manifeste du gouvernement centrafricain de ne pas tenir ses engagements, et de convoquer toutes les parties des accords ».

Des accords avaient été signés entre le pouvoir et l’opposition les 9 mai 2008 et 21 juin dernier à Libreville, au Gabon, pour la tenue d’un dialogue politique inclusif.

Jeudi dernier le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Centrafrique, François Lonseny Fall, a appelé à une nouvelle médiation du président gabonais Omar Bongo Ondimba, pour aider la République centrafricaine à surmonter la crise politique actuelle qui empêche la tenue du dialogue politique inclusif, forum censé ramener une paix définitive dans le pays.


Ndlr Centrafrique-Presse : Le clan Bozizé ferait mieux de s’interroger sur les véritables raisons pour lesquelles tous les mouvements armés et l’UFVN ont interrompu leur participation au processus du dialogue en réaction aux projets de loi scélérats d’amnistie soumis aux députés. Bozizé n’est pas un homme qui tient parole. Aucun Centrafricain n’est dupe de ce que réellement Bozizé ne veut pas du dialogue politique inclusif et son objectif inavouable est de gagner du temps sur le chronogramme des présidentielles de 2010. Toute autre tentative d’explication  est vaine…

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans DIALOGUE INCLUSIF