Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 00:27



 

Les grecs de l’antiquité ne se doutaient  certainement pas un instant  que les jeux qu’ils avaient fini par instaurer et qui au départ sont de simples compétitions athlétiques, hippiques et de lutte organisés  entre  cérémonies religieuses et sacrifices  pour honorer  leur dieu ZEUS, allaient traverser bien des siècles, après plusieurs  transformations à travers civilisations et courants de pensées.

 

De la sacralité grecque à l’universalité.

 

Désormais la sacralité grecque a fait place au fil du temps à l’esprit universel que l’historien et pédagogue Pierre de Frédy connu sous le nom du baron de Coubertin a su insuffler à l’esprit de ces jeux pour ainsi les moderniser avec le célèbre « l’essentiel, c’est de participer ». Athènes n’est plus l’unique citée où l’on pouvait organiser ces jeux et en exclure les barbares et autres métèques. De nos jours, on assiste à la participation de populations diverses aux mœurs variés. Nul doute que l’esprit originel et divin des jeux est ici respecté, cependant avec quelques évolutions. Désormais, Zeus, Confucius, Mohamed, N’gakola, les dieux bantous, Bouddha, Jésus… sont honorés en même temps à travers la participation des athlètes. 

 

Des  jeux aux enjeux politiques

 

Au-delà de cette maxime bienveillante du jeu pour le jeu  se cache souvent des enjeux politico économique insoupçonnable. Ainsi en 1894, lors du congrès olympique   et sous l’influence de l’esprit des philosophes des lumières axé sur la volonté de redécouvrir la Grèce antique, les congressistes ont décidé de se réunir sous le signe d’un idéal internationaliste afin d’occulter  l’exacerbation ambiante des nationalismes qui n’ont cessé de gêner l’organisation des jeux.

 Tout comme quelques années auparavant, la naissance de l’état grec en 1830 après une guerre d’indépendance meurtrière qui a marqué l’histoire dans un rapport difficile et conflictuel avec l’empire ottoman. C’est ainsi que pour les nationalistes grecs, le premier jeu olympique de l’ère moderne était conçu uniquement pour renforcer les liens avec l’Europe occidentale.

L’influence d’un  autre conflit vient également souffler sur la bonne organisation des jeux. Il s’agit des conséquences de la guerre de 1870 franco-allemande  qui a vue l’Allemagne  se refusant de garantir sa participation jusqu’en 1894  et ne revient qu’aux jeux de 1896.  

En ce qui concerne les jeux de 1916, puis  ceux de 1940 et 1944, ils ont été simplement annulés pour  des raisons de guerre. Après la deuxième guerre mondiale des manifestations  politiques sont organisées ou  des mouvements essais d’influencer  voir  de récupérer   l’organisation de ces jeux. C’est ainsi qu’en 1968,1972 et 1976 de nombreux pays africains ont boycotté les Jeux afin de protester contre le régime de l'apartheid instauré en Afrique du sud. On retiendra  pour mémoire qu’en cette année  1972 lors des Jeux olympiques de Munich, un commando de terroristes palestiniens ont prit en otage onze membres de la délégation israélienne dans le village olympique. La police allemande a rétabli l'ordre au prix d'un massacre qui marquera les esprits.

Quand aux jeux de 2008 organisés à Beijing, ils  ont  déjà fait l’objet de plusieurs controverses, manifestations, menaces et déclarations politiques contre le pays organisateur.

Des jeux aux enjeux économiques

Les enjeux sont également de plus en plus d’ordre  économique avec des  retombées touristiques,  en infrastructures et équipements sportifs, en ouvrages de génie civil, en parc  hôtelier pour les villes organisatrices. Toutes ces retombées en matière économique incitent plusieurs villes à être candidates pour les prochaines échéances donc à se livrer une autre compétition avec des moyens quelques fois inavouables comme la corruption, tant les enjeux sont colossaux.  

Selon les experts les jeux organisés à Beijing  semblent être le plus grand succès commercial de l’histoire des jeux olympiques. Les commanditaires ont déjà dépensé des sommes astronomiques, environ 67 milliards dollars investis seulement dans la construction des sites olympiques. Volkswagen, Adidas et Johnson & Johnson dépensent de très gros montants. Certains contrats  dépassent un montant de 100 millions dollars.

Le groupe Caterpillar  par exemple a enregistré une très forte demande d’équipements, parmi lesquels son excavateur hydraulique, utilisé à la construction de l’Aquacube, le bassin olympique officiel.

 Hohhot, une petite ville de la Région autonome Mongole de la Chine, qui, d’ailleurs n’héberge aucun événement sportif, bénéficie d’un nouvel aéroport dont les coûts s’élèvent à 70 millions dollars et une autoroute qui la lie au Beijing. La mesure a été prise pour le cas où le mauvais temps rendrait plus difficile le trafic sur l’aéroport de Beijing. Environ 1,3 milliard de touristes sont annoncés à Beijing à l’occasion de ces jeux.

Pour sauver les jeux olympiques

Nous voyons bien que les jeux olympiques ne sont devenus aujourd’hui que des prétextes pour couvrir les véritables enjeux qui sont politique et économique. C’est pourquoi ces jeux pour retrouver leur esprit originel et la splendeur d’autrefois, ne doivent t-ils pas être organisés alternativement tous les quatre ans à Athènes d’où ils sont nés et sur un ou plusieurs sites en Afrique  parce  que l’Afrique est le berceau de l’humanité. Cela éviterait que les jeux olympiques ne soient confisqués.  

 



            Franck SARAGBA

 

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion