Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 01:49



 

(Témoignage) Source: La Fondation Reuters

Par Joe Bavier

BAMBOUTI, République centrafricaine, 3 Août 2008 (Reuters) - "Nous ne sommes pas au Soudan, n’est-ce pas ? Parce que nous ne sommes pas autorisés à nous y rendre."
La question, posée par un assistant admirablement respectueux des règles, m'a fait sourire. Ici, dans ce coin oublié de l'Afrique, où trouver tout simplement une frontière internationale exige de la patience et la technologie du 21è siècle, nous n’aurions jamais su que nous étions ici.
"Toujours en République centrafricaine ?», dis-je, en regardant le GPS sur mon téléphone satellitaire. «Je pense."

Un ami et collègue a dit une fois que la République centrafricaine a un rachat de qualité - il est facile à trouver sur une carte. Après tout, l'itinéraire est dans le nom. Mais son histoire montre combien cette pauvre ancienne colonie française a été une victime de cette géographie. En sandwich entre certains pays les plus instables, il a été diversement sillonné par des guerriers pillards de la République démocratique du Congo, un coup d'assistance des mercenaires tchadiens, des rebelles du sud du Soudan, des milices Djandjawids et du Darfour.

J'étais dans la forêt dense à la frontière orientale sur la piste des plus récents intrus de  la Lord's Resistance Army (LRA) – les rebelles du nord de l'Ouganda qui sont dirigées par l'auto-proclamé mystique Joseph Kony et tristement célèbre pour l'utilisation des garçons comme enfants soldats et des filles comme esclaves sexuelles.

Les envahisseurs

À la fin Février et début Mars, le long des 100 km (60 milles) de la "Route Nationale Numéro 2», le nom grandiose de la grande piste praticable  vers l’Est de la capitale Bangui au Soudan, la LRA a enlevé quelque 150 villageois. Ils sont entrés depuis leurs bases à proximité du Congo et en plus de 10 jours d'opérations, ils n’ont  pas tiré un seul coup de feu.

 "Ils savaient qu’il n'y avait pas de police, pas de soldats ici, donc ils l'ont fait en plein jour. Ils sont restés toute la journée," m'a dit Vincent de Paul Koumboyo, maire de Bambouti, ville la plus orientale de la RCA, le jour d’arrivée de la LRA. "Après deux mois, les autorités de Bangui ont envoyé des gens pour faire une enquête. Ils sont restés 48 heures puis sont repartis," a dit Koumboyo.

La violente incursion de la LRA dans cette région éloignée a ravivé les craintes de l'ouverture d'un nouveau front  dans un enchevêtrement de conflits liés impliquant le Soudan, le Congo et l'Ouganda. Les fonctionnaires de l'ONU craignent une possible offensive militaire conjointe de ces pays voisins contre la LRA – a admis en Juin comme stratégie si les rebelles ne font pas  la paix – qui pourrait pousser les rebelles ougandais dans le sud-est de la République centrafricaine à faible densité de population.

Et si le pays a été largement oublié par le monde extérieur, les habitants de l'Est de la République centrafricaine ont pratiquement disparu, de même dans les pensées de leurs propres compatriotes. "Si la République centrafricaine est le trou du cul du monde, alors Bambouti est le trou du cul de ce trou du cul", "a résumé sans détour un assistant humanitaire. En me promenant en ville, j'ai vu non seulement les résultats de la récente incursion de la LRA, mais l'héritage d'une longue lignée d'envahisseurs.

Le Bureau du maire brûlé. Le commissariat de police abandonné  il ya longtemps. Le centre de santé  pillé par les rebelles du Sud du Soudan voisin, jamais reconstruit. L’école sans toit comme une coquille vide. "Imaginez que vous habitez dans un village en Écosse, et les Vikings arrivent,  violent, pilent et détruisent tout. C'est comme ça," a expliqué un haut fonctionnaire des Nations unies, plus de boissons, avant, j'ai vu la suite pour moi-même.

À la ligne insensée

Peu de temps après mon arrivée à Bambouti - après 14 heures de randonnée en 4x4 et de l'aide d’un villageois d'une tronçonneuse pour couvrir les 100 km (60 milles) à partir du prochain règlement important,  je suis tombé sur un soldat.

La vue d'un homme vêtu d'un nouvel uniforme, son AK-47 en bandoulière sur une épaule, n'aurait pas été particulièrement remarquable si on ne m'avait pas dit que l'armée centrafricaine n'a pas un seul soldat posté en une journée de conduite. Je me suis approché, et remarqué mon reflet dans le miroir de ses lentilles de lunettes de soleil, et tenté un 'bonjour'. "Il ne parle pas français », dit le jeune homme assis à côté de lui. «Il est Soudanais." N'est qu'à ce moment que je remarque l’écusson sur son épaule portant un petit drapeau et les mots «du Sud Soudan».

Dans le cadre d'un partage du pouvoir de paix visant à mettre fin à des décennies de guerre civile dans leur pays, les rebelles du sud soudanais font maintenant officiellement partie de l'armée gouvernementale de Khartoum. Mais je n'ai pas pu m'empêcher de me demander s’il ne pourrait pas être  parmi les combattants qui ont mis le feu à Bambouti il y a quelques années ?

Ensuite, l'invisible ligne de démarcation entre les deux pays n'a pas empêché les rebelles du Sud du Soudan, d’effectuer des raids pour s’approvisionner et recruter des combattants. Et aujourd'hui encore, un homme armé ne quitterait pas le contrôle de  la frontière pour faire se déplacer juste par curiosité au sujet de certains étrangers en visite. Quelques jours plus tard, ayant du temps à tuer et du fait de mon intérêt suscité par ma rencontre avec ce qui semblait être un envahisseur, j’ai convaincu certains assistants de me conduire à la frontière.

 Une course chaotique dans un pick-up qui a déchiré mes bras et des saignements dus à  l'épineuse vigne suspendue au-dessus de la piste, et nous y étions. Rien. Aucun poste de contrôle. Pas de gardes-frontières. Au bout de quelques minutes, en jouant de poitrine à travers de hautes herbes, nous avons finalement trouvé un marqueur concret de la frontière. Nous posons pour une photo de groupe pour prouver que nous avions été là, je me suis appuyé contre lui, et il est même tombé.

Comme j'ai essayé de mettre le marqueur en place, un peu inquiet, je viens peut-être de commettre  une infraction internationale, j'ai arrêté. Qu'a fait cette frontière, si souvent violée par des hommes armés avec de  malveillante intention, vraiment à quiconque et n’importe comment ? Certes, rien à la population de Bambouti. Encore moins pour les assassins que leur proie.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation