Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 02:57






APA-Bangui
2008-08-02 (Centrafrique) L’Union des Forces Vives de la Nation (UFVN), regroupant les partis d’opposition démocratique, a décidé au cours de l’Assemblée Générale de suspendre sa participation du processus du dialogue politique "caporalisé de bout en bout".

Selon l’UFVN, les raisons de leur suspension sont entre autres le décret fixant la composition du Comité d’organisation pris en violation de principes du consensus et de la parité convenus pour l’ensemble des acteurs à ce dialogue.

L’opposition ajoute à ces griefs le projet de loi d’amnistie des auteurs de crimes politico-militaire, élaboré en violation de principes et qui contient des dispositions d’exclusion de certains acteurs, rendant "le dialogue exclusif".

Le Président François Bozizé s’est auto amnistié ainsi que ses compagnons impliqués dans le coup d’Etat de mars 2003, de tous les crimes graves et massifs commis sur l’étendue du territoire centrafricain, et dont les stigmates sont encore vives dans notre pays, ajoute l’UFVN.

Pour l’UFVN, avec le second projet d’amnistie, le président Bozizé envisage l’amnistie des éléments tristement célèbres de sa garde prétorienne qui "ont semé et sèment toujours la désolation depuis le 15 mars 2003 jusqu’à ce jours tant à Bangui que dans le Nord-Ouest du pays".

"Ils tuent, pillent et violent sans retenue, comme l’ont souligné les rapports de l’Union des Journalistes centrafricain (UJCA), International Crisis Group (ICG), Human Rights Watch et les systèmes des Nations-Unies", indique l’UFVN dans son propos.

La formation de l’opposition estime que le troisième projet exclut de fait les responsables politiques et les responsables des rébellions pour des actes commis avant le 15 mars 2003, demandant à l’Assemblée nationale de "rejeter ces projets de loi pour leurs esprits contraires aux intérêts supérieurs de la nation en péril".

Elle appelle la communauté internationale à obtenir du Président François Bozizé le retrait de ces projets de lois "scélérates" et la rédaction par tous les protagonistes de la crise de projets de loi d’amnistie consensuels.

L’UFVN regroupe les partis d’opposition comme le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (Mlpc), le Rassemblement démocratique Centrafricain (RDC) l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP), Association Londô, Association pour la Solidarité et la démocratie (ASD).

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique