Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 19:00

ARMEE POPULAIRE POUR LA RESTAURATION DE LA DEMOCRATIE

APRD

Présidence

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le Président de l'Armée Populaire pour la restauration de la Démocratie en République Centrafricaine informe l'opinion publique nationale et internationale de ce qui suit :

Ce jour 1er août 2008 l'Assemblée Nationale de la République Centrafricaine a été convoquée pour examiner des projets de loi parmi lesquels figurent trois projets de loi portant amnistie générale dont l'un concernerait l'APRD.

L'APRD a pris connaissance ce jour des dits projets de loi et manifeste sa désapprobation totale à l'égard de ces textes pour les raisons suivantes :

Par déclaration en date du 18 juillet 2008 le porte parole de l'APRD le colonel Laurent DJIM WEI avait attiré l'attention de l'opinion nationale et internationale sur les risques de rupture du processus de dialogue en cours par la volonté du Gouvernement d'écarter l'union des forces vives de la nation ainsi que l'APRD du comité d'organisation du dialogue national inclusif et son intention de concevoir tout seul le projet de loi d'amnistie générale. Les soupçons de l'APRD sont devenus aujourd'hui réalité.

Par devant son Excellence El Hadj OMAR BONGO ONDIMBA Président de la République gabonaise, président du Comité ad hoc de la CEMAC pour le règlement des crises Centrafricaines, le Gouvernement Centrafricain et l'APRD ont signé le 9 mai 2008 à Libreville un accord de Cessez le Feu et de Paix dont l'article 4 est stipulé comme suit:

« Afin de créer les conditions de sécurité et de paix pour la tenue du dialogue politique inclusif, les parties conviennent de l'arrêt de toutes poursuites judiciaires devant les juridictions centrafricaines pour toutes causes que ce soient déjà engagées à l'encontre des membres civils et militaires de l'APRD par l'adoption d'une loi d'amnistie générale et la libération de ses membres civils et militaires qui sont détenus.» fin de citation.

Le 21 juin 2008 toujours à Libreville et par devant son Excellence El Hadj OMAR BONGO ONDIMBA et cette fois ci en présence du Président François BOZIZE un accord de paix global a été signé et dont l'article 2 stipule expressément je cite:« La promulgation d'une loi d'amnistie générale à l'endroit des civils et militaires des combattants des mouvements politico militaire APRD, FDPC et UFDR pour des crimes et délits poursuivis devant les juridictions nationales centrafricaines à l'exception des crimes relevant de la compétence de la cour pénale internationale.

Que nulle part dans les deux accords précités il n'a été fait mention d'une procédure exceptionnelle de bénéfice ni d'exonération de la mesure d'amnistie générale.

L'APRD constate avec regret que le gouvernement a abusé de sa confiance et veut profiter des accords signés pour amnistier des faits dont lui seul a connaissance et qui n'ont jamais été exposés au public et dont le parquet n'a jamais été saisis.

L'APRD constate également que le gouvernement veut amnistier des actes commis par les forces de l'ordre dans l'exécution des missions de sécurité ou de maintien de l'ordre mais exclusivement depuis les évènements du 15 mars 2003 comme si l'Année Centrafricaine à la quelle a appartenu le Chef de l'Etat n'existait pas avant.

Fort de tout ce qui précède, l'APRD décide:

-De suspendre sa participation au processus devant conduire à la tenue du dialogue politique inclusif et se retire purement et simplement des accords du 9 mai 2008 et du 21 juin 2008.

En appelle au Président El HADJ OMAR BONGO ONDIMBA de constater la volonté manifeste du Gouvernement centrafricain de ne pas tenir ses engagements, et de convoquer toutes les parties signataires des accords.

En appelle aux autres mouvements politico militaires, à l'Union des Forces Vives de la Nation, UFVN, aux autres partis politiques, à la société civile, et à toutes les filles et fils de Centrafrique épris d'esprit de justice et de paix et soucieux du développement de leur pays de créer ensemble un front unique de l'opposition centrafricaine. A l'heure ou la communauté internationale au vue des accords de paix signés à Libreville a décidé d'être au chevet de notre pays pour nous aider à retrouver la stabilité et la paix et entreprendre le développement de notre pays dans la démocratie, le Gouvernement vient de commettre un acte qui démontre a suffisance ses intentions.

Fils et Filles de Centrafrique Soyez vigilants!

Le 1er Août 2008




Jean-Jacques DEMAFOUTH

Président de l'APRD

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique