Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 22:54



Source: Humanitarian and Development Partnership Team - Central African Republic (HDPT CAR)

Date: 28 Juil 2008



Points saillants

- Le Général Abdoulaye Miskine, leader de l’Union des Forces démocratiques de Centrafrique (UFDC) se dit prêt à signer l’accord global de paix

- La Chine fait don à la RCA de matériels agricoles et de fournitures de bureau d’une valeur de 450.000 dollars.


Contexte et sécurité



Miskine prêt à signer l’accord de paix

Le général Abdoulaye Miskine, leader de l’Union des forces démocratiques de Centrafrique (UFDC), l’un des trois groupes rebelles basés au nord-ouest du pays, a déclaré être prêt à signer l’accord global de paix, prélude à la tenue du dialogue politique centrafricain prévu ce mois à Bangui. «Je suis prêt à signer l’accord global de paix afin de donner une chance à la tenue du dialogue politique inclusif qui est considéré par tous comme l’unique voie de sortie de crise», a indiqué, le général Miskine dans un communiqué de presse publié samedi à Bangui.

Le gouvernement centrafricain et les deux autres mouvements rebelles de l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) et de l’Union des forces démocratiques pour le renouveau (UFDR) avait signé, l’accord global de paix le mois dernier à Libreville au Gabon.

Ancien chef de la garde rapprochée de l’ancien président Ange Félix Patassé, Miskine est rentré en rébellion fin décembre 2005.


Dons de la Chine d’une valeur de 450.000 $

La Chine a fait don de matériels agricoles et de fournitures de bureau d'une valeur de 450.000 dollars à la République centrafricaine. Le Ministre d’Etat à l’économie, au plan et à la coopération internationale, Sylvain Maliko a réceptionné le 21 juillet, les legs qui comportent entre autres, 2 voitures, 100 ordinateurs, 50 ordinateurs portables, 50 imprimantes laser, 20 scanneurs, 100 onduleurs, 301 appareils fax téléphones, 10 climatiseurs, 4 photocopieurs numériques, 5 postes téléviseurs écran LCD ainsi que des machettes, pioches et pelles.

Au mois de juin dernier, la Chine avait octroyé une aide en médicaments antipaludéen d'un montant de 300.000 dollars. Le 16 juillet, elle a signé une convention de 9 millions de dollars avec la Centrafrique dans le cadre du renforcement des capacités des émetteurs du centre de diffusion de Bimbo.


Actualités



Appui semencier de la FAO

Financé par l’Union Européenne à hauteur d’1 million d’euros, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) lance un projet d’appui à la filière de production des semences dans les pôles de développement en RCA qui a débuté en avril et s’achèvera en mars 2010.

L’objectif du projet est de soutenir les efforts du gouvernement centrafricain dans la relance de la production agricole en reconstituant le capital semencier des principales cultures vivrières, de faciliter leur multiplication par les associations des réseaux des producteurs en milieu paysan et aussi faciliter leurs multiplications pour les distribuer aux ménages vulnérables en saison 2009/2010.

Le projet sera mis en œuvre en partenariat avec les groupements des réseaux multiplicateurs des semences (REPROSEM) et l’Agence centrafricaine de développement agricole (ACDA). L’arachide (10 tonnes), le sorgho (1,2 tonnes) et le niébé (6 tonnes) sont les principales cultures vivrières dont les semences sont en train d’être multipliées.

Pour en savoir plus : jean.nkusi@fao.org


La hausse des prix des aliments à Paoua


Le sous-bureau du Programme Alimentaire Mondial (PAM) de Paoua a suivi l’évolution des prix des aliments des marchés de Paoua et Beboy (25 km de Paoua). A Beboy, en dehors de fruits sauvages, des beignets et de la bière locale, il y’a pas de nourriture.

La plupart des produits alimentaires sont disponibles sur le marché de Paoua, mais à des prix élevés. Depuis le 30 avril, les prix de la plupart des principaux produits alimentaires sont à la hausse, sauf le mil. Par exemple, 12 kg de manioc en avril étaient à 1.200 FCFA contre 1.500 en juillet. Le sac de 50kg de riz était vendu à 22.000 FCFA, aujourd’hui il coute 30.000 FCFA.


Mission dans l’extrême sud-est de la RCA


Suite à la mission inter agences composée d’ONG et des Nations Unies qui s’était rendue dans l’extrême sud-est de la RCA du 24 juin au 15 juillet, celle-ci a formulé les recommandations suivantes :

- Assurer, renforcer et améliorer la sécurité des personnes et de leurs biens et leur libre circulation. Que les autorités déploient, renforcent et encadrent les forces de défense et de sécurité dans la zone pour la sécurisation des frontières et une meilleure protection des populations civiles.

- Condamner et dénoncer les enlèvements, pillages et recrutement des enfants et plaider pour la libération des personnes encore détenues par les forces de la LRA.

- Plaider pour le renforcement des capacités locales existantes dans la prise en charge et l’accompagnement psycho social des victimes des abus/viols basés sur le genre, mais aussi la prévention et la lutte contre ces abus.

- Sensibiliser les parents et les associations des parents d’élèves sur la convention relative aux droits des enfants.

- Assurer une éducation d’urgence (réhabilitation et équipement des écoles) dans la sous-préfecture de Bambouti, relancer le programme des cantines scolaires pour réduire le taux de déperdition scolaire (14,59%) et le programme food for training en faveur des maîtres-parents dans le haut Mbomou.


L’éducation dans la Bamingui-Bangoran


Le sous-bureau du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) à Ndélé a relevé au cours d’une mission d’évaluation de la région, le faible démarrage des activités scolaires. La sous-préfecture compte 1.521 élèves pour 10 écoles primaires dont 4 ont un cycle complet. A peine une cinquantaine d’enfants se sont présentés pour l’entrée en classe de 6ème.

Cette situation de crise scolaire serait une conséquence de l’inaccessibilité de la zone en raison du manque de moyens logistiques pouvant permettre la supervision pédagogique des enseignants, du manque d’enseignants titulaires et de la démotivation de ceux-ci due à la rareté des salaires ou à la prise en charge par l’Etat et par la Mairie.

Des besoins ont été mentionnés quant à l’accès à l’eau pour les écoles de la sous-préfecture et des cantines scolaires afin de maintenir et de remotiver les élèves du primaire mais aussi du secondaire.

Pour en savoir plus : dede@un.org


Pour toutes informations, veuillez contacter:
UN OCHA RCA


Nancy Snauwaert snauwaert@un.org |+236 75 54 22 78


Gisèle Willybiro willybiro@un.org |+236 75 54 90 31

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation