Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 14:54



 

16 Juillet 2008 10:33:34 GMT Source: Reuters

  Par Joe Bavier


BANGUI, Juillet 16 (Reuters) - Les donateurs sont monté en puissance d'aide à distance, négligés République centrafricaine, car ils craignent que les conflits transfrontaliers dans les pays voisins du Soudan au Darfour et au Tchad ne puissent se développer et se nourrir de la vacuité de l'autorité de l'État.

 
Affectée par des décennies de dictature, de troubles, de tentatives de coup et des rébellions, la vaste ancienne colonie française avec sa faible densité de population, est classée parmi les pays les moins avancés États.


Les infrastructures de base sont en ruines, des bandits sillonnent la brousse n'est pas cochée par l'armée ou la police des frontières et sont laissés sans surveillance.

 
"Tout le monde a entendu parler du Congo, au Darfour, et les Grands Lacs, mais nous avons soudainement réalisé qu’il y a ce grand pays vide au milieu de tout cela avec des frontières très perméables, a dit à Reuters Fiona Ramsey de la délégation de la Commission européenne à Bangui. "Même si c'est un conflit beaucoup plus faible,  c’est un vaste territoire. Il permet la contrebande de ressources naturelles. Elle permet la circulation des armes», a-t-elle ajouté.


Sans littoral en Afrique centrale, la République qui revêt une importance stratégique au coeur de l'Afrique, a été largement ignorée jusqu'à ce qu'une rébellion anti-gouvernementale ait éclaté en 2003  au Soudan dans la province de l'ouest au Darfour, ce qui a déclenché des conflits ethniques et politique qui a envoyé et répandu des pillards et des réfugiés dans les pays voisins comme le Tchad.

 
Les combattants à la fois du Tchad et du Soudan, - disent les analystes et les observateurs de ces États - qui mènent une guerre par procuration à travers les rebelles des uns et des autres, sont connus pour avoir utilisé des hors-la-loi du Nord pour chercher refuge ou lancer des attaques.

Plus récemment, le groupe rebelle ougandais Armée de résistance du Seigneur s’en est également pris à la République centrafricaine, où en Février et Mars, il a attaqué les villages du Sud Est, pillant des biens et enlevant de civils pour en faire des combattants ou esclaves sexuels.

Ces conflits externes ajoutés au chaos déjà causé par plusieurs rébellions internes contre le gouvernement du Président centrafricain François Bozize qui, combiné avec le banditisme qui sévit en milieu rural, ont déplacé quelque 300.000 personnes au cours des dernières années.

"La République centrafricaine est, quoi qu’on en pense, pire qu’un État faible: il est devenu pratiquement un État fantôme, dépourvu de tout sens de capacités institutionnelles au moins depuis 1979",
a déclaré dans un rapport publié l'an dernier le groupe de réflexion International Crisis Group basé à Bruxelles.


ESPOIRS DE RAPPROCHEMENT


Le mois dernier, Bozize a signé un accord de cessez-le-feu et de consolidation de paix avec des groupes d'insurgés des trois provinces du nord, et une conférence nationale est due à rassembler le gouvernement, les rebelles et l'opposition civile pour la réconciliation pourparlers.

Des bailleurs de fonds étrangers espèrent que cela aidera à concentrer davantage l'attention internationale sur la République centrafricaine.

 
En 2006, la République centrafricaine a reçu plus d'assistance humanitaire qu’elle n’en avait reçu durant les trois années précédentes réunies. Ce montant a été triplé en 2007 et devrait encore doubler cette année.


«Ensemble, cette année, entre le développement et l'aide humanitaire, la République centrafricaine a reçu probablement $ 350 à $ 400 millions," a déclaré à Reuters Toby Lanzer, coordonnateur humanitaire des Nations Unies à Bangui.


Une petite unité de la force militaire de l'Union européenne déployée dans l'est du Tchad pour protéger les réfugiés du Darfour est basée dans le nord-Centrafrique. Mais les critiques s'interrogent sur l'efficacité de l'UE dans la lutte contre les raids des groupes transfrontaliers lourdement armés.

 

L'ampleur de l'enjeu du développement auquel font face les donateurs en République centrafricaine est redoutable.


De sa maison isolée dans le sud-est de ville d’Obo, Pierre Paitilite 74 ans, a vu son pays en constante régression depuis son accession à l'indépendance en 1960.


Ancien combattant de l'armée coloniale française, il se rend encore à Bangui une fois par an, afin de recueillir sa pension militaire. Un voyage qui devrait durer 24 heures prend une semaine si des pluies ou des arbres abattus n'ont pas complètement bloqué la route.

"Nous avons été oubliés", a-t-il dit que des fonctionnaires de l'ONU ont finalement visité sa ville, des mois après que les rebelles ougandais de la LRA ont attaqué sa ville. "Si vous, la communauté internationale, êtes ici, cela signifie que vous avez effectivement pensé que nous sommes des gens."

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation