Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 01:26



 

Bangui, 14 juillet 08 (C.A.P) - On se souviendra que lors de la garden-party du 14 juillet 2007 à Bangui, de graves embrouilles avaient émaillé l’arrivée de Bozizé à la résidence de France au quartier Ouango. Il s’était en effet pointé avec quatre fois plus de gardes du corps qu’il n’en fallait mais surtout, ceux-ci avaient forcé le passage et s’étaient amusés à malmener les gendarmes français préposés à la sécurité de la résidence de France. L’incident était resté en travers de la gorge de l’ambassadeur de France Alain Girma qui a dû sans nul doute en rendre compte à Paris.

 

. Bozizé on le sait, en avait ultérieurement rejeté la responsabilité sur l’attaché défense de l’ambassade de France et du reste, n’a pas admis les critiques faites à ses gardes du corps. Pour les festivités du 14 juillet 2008, Bozizé qui est bel et bien présent à Bangui, s’est juste contenté d’adresser un message purement protocolaire à Nicolas Sarkozy et a boycotté la garden-party de Ouango.

 

En l’absence du premier ministre Faustin Touadéra, également de Célestin Leroy Gaombalet président de l’Assemblée nationale et aussi du ministre des affaires étrangères Kombo Yaya, tous en mission, c’est le ministre d’Etat à l’économie et à la coopération internationale Sylvain Maliko qui a sauvé les meubles à la résidence de France. Comme le Délégué de l’Union européenne à Bangui, Jean-Claude Esmieu, Bozizé de toute façon, ne porte pas non plus beaucoup l’ambassadeur de France Alain Girma dans son cœur. Ce dernier se prépare d’ailleurs à quitter définitivement la République centrafricaine dans une semaine. C’est sans doute la principale motivation de son refus de se rendre cette année aux festivités du 14 juillet à Ouango.

 

Bozizé n’a pas manqué une seule occasion pour se plaindre de ces deux diplomates dont il n’a eu de cesse de demander le départ du pays s’estimant mal aimé d’eux. Il est vrai que plusieurs affaires les ont toujours opposés à lui. Il s’agit notamment de l’affaire des permis forestiers octroyés en violation des textes en vigueur via des prête-noms par Bozizé à ses parents et amis et qui lui a valu un cinglant courrier signé des deux diplomates pour attirer son attention sur ce cas de mauvaise gouvernance ainsi que celle de Total Centrafrique et Uramin - Areva, toutes deux arbitrairement déclenchées par l’indéboulonnable ministre des mines et non moins neveu de Bozizé, le célèbre et tout-puissant Sylvain Ndoutingaï.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation