Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 21:20

Monsieur Michel Am Nondroko Djotodia Cotonou,                                                            le 9 juillet 2008
Président de l'U.F.D.R-Centrafrique :
Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement
Cotonou, République du Bénin


A

La Très Haute Attention de S.E.M. El Hadji Omar Bongo Ondimba
Président de la République du Gabon, Chef de l'Etat,
Haut Médiateur de la Zone C.E.M.A.C
Libreville, République du Gabon


Objet : Lettre ouverte.


Excellence Monsieur le Président de la République,

J'ai l'honneur de porter à la très haute attention de votre Excellence les explications relatives à la non participation de l'Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (U.F.D.R) à la signature de l'Accord de paix global :

En effet, du 24 au 25 Mai 2008, s'est tenue à Lagos, au Nigéria, une réunion du Bureau politique de l'UFDR dans l'objectif de faire le point sur la situation politique centrafricaine et sa participation à la Table ronde du Dialogue politique inclusif.

Lors de cette rencontre, les décisions suivantes ont été prises :

Renégociation de l'Accord de paix du 13 Avril 2007 sous les auspices de son Excellence Docteur Yayi Boni, Haut Médiateur Es Qualité.

Comme le Président centrafricain, Monsieur François Bozizé lui avait expressément demandé par lettre et il avait accepté en son temps, cette renégociation pourrait se faire en coordination avec la Zone Cen-Sad, le Colonel Muhammar Kadhafi, Guide de la Révolution libyenne.

Elle devra aboutir à :

A un Accord définitif de Cessez-le feu et prendre en compte tous les aspects financiers du cantonnement, du désarmement, de la démobilisation de la troupe et de l'intégration des cadres et combattants dans la vie politique et les Forces de Défense et de Sécurité centrafricaine..

1- Négociation et signature de l'Accord Global de Paix, à Libreville, sous les auspices du Médiateur de la Crise Centrafricaine, Son Excellence EL HADJ OMAR BONGO ONDIMBA.

L'accord Global de Paix, signé par toutes les parties prenantes à la crise politique centrafricaine : Gouvernement Centrafricain, groupes armés, partis politiques et la société civile, doit fixer de manière expresse :

a) - Les arrangements militaires, notamment, les conditions financières liées à la démobilisation, l'indemnisation des combattants, les critères détaillés et objectifs de leur intégration dans les Forces, mais aussi la réciprocité de la neutralisation des moyens de nuisance par les armes, la détribalisation des Forces de Défense et de Sécurité et la fin de la transformation de la République Centrafricaine en une garnison des Forces étrangères en soutien exclusif au régime tribaliste, corrompu et incompétent du Président BOZIZE.

b) Le retour de la confiance avec :

-les reformes radicales au plan politique et économique pour mettre fin de la politique d'exclusion avec le strict respect du principe de l'impartialité de l'Etat qui bannit toute discrimination fondée sur l'appartenance régionale, ethnique ou religieuse ainsi que la mise hors d'état de nuire du monopole familial sur tous les rouages de l'Etat, les ressources financières et l'opacité de la gestion des richesses naturelles du pays.

2- Pour la sérénité des débats et la sécurité des participants, la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif doit se tenir à l'extérieur du pays et ses Résolutions immédiatement exécutoires.
Tenant compte du pourrissement de la situation économique et sécuritaire et la nécessité d'y apporter une solution radicale avec un Gouvernement de Consensus National et un Parlement au service du Peuple.

Excellence Monsieur le Président de la République du Gabon, votre bonne volonté symbolique dans la stabilité de votre pays demeure et reste pour nous un espoir et un fertilisant majeur pour la recherche de la paix et la réconciliation des filles et fils centrafricains. Le constat tant révélé et apprécié de toute la communauté internationale est votre sens de la mesure et votre esprit de dialogue avec la classe politique gabonaise. Une telle sagesse devait être une source d'inspiration pour le Président François Bozizé pour redresser politiquement et économiquement la République centrafricaine afin de restaurer la dignité de notre peuple meurtri et permettre à la Centrafrique d'être moderne d'autant plus que pays béni du Ciel peut et doit briller à l'image de son diamant.

Excellence Monsieur le Président, vous êtes une auguste personne et l'Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement n'est pas une rébellion mais une force de Résistance, résistance face à la souffrance quotidienne que vivent les vaillants travailleurs qui restent des mois sans salaires, une population sans électricité et sans eau malgré toutes les potentialités du sol et sous-sol de notre cher pays. Enfin, résistance face à la gestion gabégique et ethnique des affaires de l'Etat par une seule famille bozizéenne. La Centrafrique est vieillie par les pesanteurs de la mauvaise gouvernance, le poids de la division entre ses enfants et l'UFDR a toujours parlé de dialogue mais jamais écouté par le pouvoir de Bangui.

raison pour laquelle, notre organisation lance cet appel solennel à l'endroit de votre très honorable personne à toujours mobiliser votre énergie, vos efforts et votre disponibilité aussi en faveur de la Centrafrique pour lui faire bénéficier cette sève nourricière qui a toujours assuré au Gabon et à son peuple, une croissance démocratique inégalée.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Excellence Monsieur le Président de la République, l'expression de ma très haute considération et de mes sentiments déférents et très fidèlement dévoués.

  Monsieur Michel Am Nondroko Djotodia

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique