Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 01:38

 

 

"For the success of the National Inclusive Dialogue on Central African Republic crises, Bonuca and its Representative, political elites, civil society members should emphasise on the fact that : It is compulsory to set this political forum abroad. And Libreville is well-indicated to welcome this forum ; regarding the output of the recent global political agreement between Mr Zacharie Damane of UFDR, Mr Jean-Jacques Demafouth of APRD and the governement."  

 

When crises turned to be toxic, it means that solutions have to taken. To get solutions, the better way is to reach talking. A real talking, a substantive talking, a very true one by which ideas, proposals, assertives could bring gain of settlement. Dealing with talking is a peaceful method adapted to the case of Central African Republic. This country is a nest of crises. Belonging to the global world policy by the effect of globalisation, this country through its elites must give end to these elusive crises. For that, elites are invited to be true in the process of talking. What does mean being true? It is easy to put hand on the obvious causes of  the crises which blocked Central African Republic in stagnation : greed to take the Power of State ; so by all means. Thus, democracy is plunged iin the trap of this greed : rebellions appeared ; security and peace are wiped out ; law and order are collapsed ; establishment members use oppression to cast away opposition. That means dictatorship. Right Central African Republic is in dictatorship.

 

Poverty is rampant. By the way the country is set on crises. Back to the question asked above about how to be true on that situation ? It is simple to reply : being true in talking means that  Mr Ange Felix Patassé should participate to the Inclusive National Dialogue. Mr André Kolingba has to take part in this talking. Mr  François Bozizé must get talking. This is being true. This is being relevant. The representative of Bonuca  is obliged to manage the participation of Mr Ange Felix Patassé in this talk. Being true, this Inclusive National Dialogue deserves to be organised abroad. Bonuca must be sensitive on this truth. That is why, Libreville is well-indicated. As the Secretary General of United Nations, Mr Ban Ki-Moon applauded the recent global political  agreement, this is a brilliant sign which could serve all parties in this process of Dialogue to opt for Libreville.

 

Authorities of African Union and Economic and Monetary Community of Central African  (Cemac) then the Department of  United States have given support to this agreement. The regime of Bozizé should act on the way success and not of failure. And the way of success resides in organising this Inclusive National Dialogue in Libreville. Bonuca in Central African Republic could finance the trip. for those who must attend  in this Dialogue. Central African Republic should be true. Talking is wise. But getting the wise of this talking is more better. Being true requires Libreville as suitable for the Inclusive National Dialogue. This is being true.

 

************************************************************************* 

 

Le monde traverse une crise économique très grave ; signifiée par l'énergie, l'inflation et la crise financière. De l'Europe aux Etats-Unis, de l'Afrique à l'Asie c'est la montée du mal être parce que le pouvoir d'achat baisse, devient insignifiant face à la flambée des prix. Voilà l'état du monde. Mais, la Centrafrique connaît une situation plus pire en plus de celle qui est créée par l'environnement international. Double crise, ou triple crise. Qu'importe, la Centrafrique est enserrée par des crises.

 

Mais, celles qui emportent réflexion, c'est celles dont les causes sont endogènes. Pour les éradiquer un dialogue vrai s'impose. Il est plus facile d'invoquer le dialogue. Il est plus rusé d'évoquer le dialogue. A l'instant les raisons pour lesquelles le dialogue est souhaité sont fondamentales. Donc,  l'intérêt de la Centrafrique. Cela dit, il est important que le dialogue soit constructif et pertinent. Pour parler de la Centrafrique ; il faut la présence des Messieurs Ange Félix Patassé, André Kolingba, François Bozizé et d'autres élites. Inclusif s'oppose à exclusif. L'inclusif exclut l'exclusif. C'est dire l'importance des concepts est à souligner à plus d'un titre.

 

Comprendre qui pourra. Et c'est une démonstration de la volonté d'asseoir la paix et la cohésion sociale que celle dire "dialoguons ensemble"  dans la diversité des idées. Ce qui est raisonnable ; c'est de ne pas exclure ; c'est de ne pas avoir peur ;  c'est accepter l'autre tel qu'il est. Le but est de mettre en valeur des idées de la démocratie de la liberté et du respect des Droits de l'Homme. Ainsi, le gouvernement de Bozizé, le Bonuca et les politiciens doivent se résoudre d'organiser le Dialogue Inclusif National à l'extérieur de la Centrafrique.

 

C'est un gage de l'inclusion de tout le gratin politique au débat national. C'est aussi faire preuve de maturité politique. L'Onu, le Département d'Etat américain,  l'Union Africaine et la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale ont applaudi les récents accords politiques entre le gouvernement et les rebelles. C'est dire que Bonuca, Bozizé et son gouvernement doivent accepter d'organiser ce dialogue à Libreville. C'est  la voie de la réconciliation et de la dynamique politique. Bonuca dispose de fonds alloués au bénéfice des processus de dialogue.

 

Et les participants à celui-ci peuvent user de ce fonds. A dire vrai la Centrafrique n'est pa en mesure d'accueillir ce forum politique. Bozizé tient trop au Pouvoir de l'Etat, il y voit sa propriété. Centrafrique est synonyme d'exclusion au sens du dialogue. Centrafrique est synonyme de répression, et d'arrestation au sens du dialogue. C'est une dictature la Centrafrique. Donc, la Centrafrique doit se parler à Libreville. C'est mieux et politiquement raisonnable pour parler vrai et utile. Et la Centrafrique exige l'utile : la liberté.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion