Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 17:19

 

Le Messager (Douala) 25 Juin 2008



Selon le gouverneur de la Béac, les banques commerciales sont davantage enclines à traiter les petites transactions. Une activité qui représenterait 80% des actifs financiers.

En marge de la conférence sur le développement du secteur financier dans la sous-région Cémac tenue tout récemment à Yaoundé, le gouverneur de la Béac a dénoncé la sous financiarisation de cette zone. Selon Philibert Andzembé, une économie basée sur les exportations et centralisée dans les capitales serait à l'origine des faiblesses du secteur financier dans la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cémac). Le gouverneur de la Béac a expliqué que le secteur financier de la Cémac serait actuellement dominé par les banques commerciales, davantage enclines à traiter les petites transactions, et dont l'activité représenterait 80% des actifs financiers. Philibert Andzémbe a regretté que le poids du secteur financier, mesuré par le total des actifs par rapport au produit intérieur brut (Pib), n'en représente que 18,6%, contre 40% pour les autres pays de l'Afrique subsaharienne et 244% dans les pays émergents. "Dans notre zone, le système bancaire est extrêmement inégal entre les pays et au sein d'un même pays.

 

Les activités financières sont concentrées dans les villes au détriment du monde rural qui connaît pourtant de réels besoins de financement des activités agricoles ", a expliqué le gouverneur de la Béac. Pourtant, nombre de porteurs de projets recherchent en vain des financements bancaires. Les économistes dans la communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale n'ont de cesse de dénoncer la surliquidité bancaire dans cette région. Une dénonciation qui laisse de marbre les banques commerciales.

 

Performance

 

Il a par ailleurs expliqué que les économies de la Cémac sont à la charnière entre une croissance extravertie par le jeu des importations, et une croissance autocentrée par le jeu de la demande intérieure. La situation macroéconomique de la sous-région a été caractérisée en 2007 par une croissance du Pib réel de 4,2%, contre 3,1% en 2006, un allègement des tensions inflationnistes à 1,7% en moyenne annuelle, contre 5,3% en 2006 ainsi qu'un excédent budgétaire de 9,5%. Sur la même période, la Cémac aurait également enregistré un solde extérieur courant de moins de 0,6% du Pib. Pour l'exercice 2008, la Banque centrale prévoit une croissance du Pib réel de 5,6%, mais également un retour des tensions inflationnistes qui devraient s'élever autour de 4%. L'excédent budgétaire devrait augmenter de 12,1% du Pib et le solde extérieur courant positif de 4,5% du Pib pour un taux de couverture de la monnaie à 97,8% et une masse monétaire en progression de quelque 10,4%.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie