Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 22:52

Le chef militaire de l’UFDR Damane Zakaria aux petits soins de l’armée française

 




Bangui 24 juin 08 - (Centrafrique-Presse)
- C’est à bord d’un Transal de l’armée française depuis Birao que le général Damane Zakaria a été transporté jusqu’à Libreville pour prendre par aux discussions ayant abouti à la signature de l’Accord de paix global, au grand dam de Bozizé qui l’attendait à Bangui pour le prendre à bord de son avion.

Alors qu’on l’attendait impatiemment à Libreville, Bozizé qui aurait dû gagner directement la capitale gabonaise depuis Cotonou sitôt le sommet de la CEN-SAD terminé, a cru  devoir d’abord rentrer à Bangui, se rendre ensuite chez lui à Benzambé (Bossangoa) avant de s’envoler pour Libreville.  Il est vrai que le refus des dirigeants de l’aile politique de l’UFDR que sont Michel Djotodia, Abakar Sabone et Charles Massi d’embarquer sur son vol  l’avait déjà passablement irrité ainsi que le fait que l’armée française ait embarqué le général Damane à Birao pour Libreville sans passer par Bangui. Sur le terrain en effet, ce dernier s’est imposé comme un vrai chef militaire contrôlant avec ses éléments, une bonne partie Nord Est du territoire centrafricain, chose que Bozizé n’est pas en mesure de faire. Entre amis, on s’adore…

 

 

Le « Guide » au secours de Patassé

 

Jeune Afrique - 22 juin 2008

 

Pour éviter de connaître le sort du Congolais Jean-Pierre Bemba - une éventuelle extradition à La Haye et une comparution devant la CPI (Cour pénale internationale) pour crimes contre l’humanité commis à Bangui en 2002-2003 -, Ange-Félix Patassé appelle au secours ses vieux amis. Depuis son exil de Lomé, il a notamment contacté le colonel Kadhafi. Bien lui en a pris. Lors de sa brève visite au Togo, les 13 et 14 juin dernier, le numéro un libyen a vivement conseillé au président Faure Gnassingbé de refuser toute demande du procureur de la CPI visant l'ancien chef de l'Etat centrafricain.

 

 

Efforts non récompensés

 

Jeune Afrique - 22 juin 2008

 

L’assainissement du climat politique et les réformes économiques en Centrafrique n’ont pas donné les résultats escomptés sur le plan de l’aide internationale. « Huit mois après les promesses qu’ils ont faites à Bruxelles, la plupart des bailleurs de fonds tardent à joindre le geste à la parole », constate, avec amertume, le ministre d’État chargé du Plan, de l’Économie et de la Coopération, Sylvain Maliko.

 

Le taux de croissance économique se redresse légèrement à 5 % en 2008, contre 4 % en 2007, malgré le renchérissement de l’énergie et des produits alimentaires (la Centrafrique étant un pays enclavé, les coûts sont encore plus élevés). Évalués à 1,5 milliard de dollars pour la période 2008-2011, les besoins sont couverts seulement à 30 % grâce aux apports de la France, de l’Union européenne et de la Banque africaine de développement.

 

Ndlr Centrafrique-Presse :

On savait bien que la fameuse table ronde de Bruxelles, ce n'était que du bluff ! La preuve..!

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation