Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 22:08

 

APA Bangui 2008-06-11 (Centrafrique) Un officier français retraité, le capitaine Paul Barril, serait dans le collimateur du tribunal pénal international (CPI), pour son implication présumée dans les exactions commises par les troupes de Jean Pierre Bemba en Centrafrique, a appris APA mercredi à Bangui des sources proches du bureau local de la CPI.

 

Selon ces sources, le capitaine Barril ferait actuellement l’objet d’investigations judiciaires de la CPI dans le dossier Jean-Pierre Bemba et Ange Félix Patassé. Les mêmes sources ont affirmé à APA que le capitaine Paul Barril figure bel et bien parmi les présumés «criminels» qui ont prêté main forte à l’ancien président centrafricain Ange Félix Patassé entre 2002 et 2003 alors que son pouvoir était menacé.

 

Les habitants de Mongoumba, localité située à 200 km au sud de Bangui, frontalière avec la République démocratique du Congo (RDC), auraient été victimes de l’intervention des éléments rebelles du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean Pierre Bemba, placés sous le contrôle de Paul Barril.

 

Toutes les batteries avaient mises en marche pour favoriser l’entrée dans la ville des hommes de Bemba qui ont passé au peigne fin les maisons et tout détruit sur leur passage. A l’époque, Paul Barril était chargé de briser toute résistance intérieure, afin de mener des contre-attaques visant à réprimer les opérations militaires menées par les forces armées centrafricaines (FACA) en faveur des populations civiles qui subissaient les exactions des hommes de Jean Pierre Bemba.

 

Les rebelles «Banyamulenges» ont perpétré des pillages, des viols et des tortures pour prendre d’assaut Mongoumba. Ils auraient même assassiné des malades dans le centre hospitalier local. Au cours de cette campagne criminelle, le capitaine Barril aurait été chargé de mettre en difficulté les éléments «amphibie» des FACA qui devaient stopper l’avancée des combattants du MLC.

 

L’arrestation de Jean Pierre Bemba le mois dernier en Belgique est un avertissement à l’endroit de tous les présumés complices des évènements de 2002-2003 en Centrafrique. C’est à la suite des enquêtes menées par de la CPI sur les crimes contre l’humanité commis sur le territoire centrafricain pendant la période allant du 25 octobre 2002 au 15 mars 2003, qu’un mandat d’arrêt sous scellés a été délivré, le 23 mai, contre Bemba.

 

Le leader du MLC, âgé de 45 ans, a été arrêté dans une banlieue de Bruxelles pour répondre de quatre chefs de crimes de guerre et de deux chefs de crimes contre l’humanité commis sur le territoire centrafricain.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse