Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 16:39

 



 

AFP 02.06.08 | 14h09

 

Le général français Jean-Philippe Ganascia, commandant sur le terrain de la force européenne dans l'est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique (Eufor), a estimé lundi à N'Djamena qu'il était actuellement peu probable qu'il y ait une attaque de rebelles contre le Tchad.

"Actuellement, nous n'avons aucune information qui puisse nous laisser penser raisonnablement qu'il puisse y avoir un raid rebelle comparable à celui de février ni même à celui qui s'est produit le 1er avril", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

 

"Si cela devait néanmoins se produire nous devrions évidemment prendre des mesures particulières en ce qui concerne les camps de réfugiés et nos propres forces", dans l'est du Tchad voisin de la province soudanaise du Darfour en proie à la guerre civile depuis 5 ans, a ajouté le général Ganascia.

 

"Le dispositif tchadien est solide. ils ont tiré beaucoup de leçons de l'attaque de février. Selon moi, il n'y a pas d'attaque imminente et on peut s'interroger sur le potentiel militaire résiduel de ces groupes. Est-il suffisant? Est-ce que l'unité de commandement est suffisante? Est-ce que leur unité politique est suffisante".

 

"Cela fait deux mois qu'il y a une colonne fantôme de 300 pick-up qui circule un peu partout (au Tchad). Pour l'instant on ne l'a pas vue", a-t-il souligné. Des combats avaient éclaté le 1er avril dans l'extrême est du Tchad entre des rebelles et les forces gouvernementales, deux mois après l'offensive ratée des groupes armés hostiles au président Idriss Deby Itno qui, partis de bases arrière au Soudan, ont failli le renverser à N'Djamena les 2 et 3 février.

 

"Le mandat de l'Union européenne (pour l'Eufor) est de rester neutre. Le Tchad est entièrement responsable de la protection de sa frontière. Nous espérons contribuer à la sécurisation de la population. Le mandat n'a pas changé depuis le début de l'opération le 28 janvier", a-t-il souligné.

 

L'Alliance nationale (AN), qui réunit la plupart des groupes rebelles tchadiens, affirme être stationnée dans l'extrême est du Tchad notamment dans la région d'Adé, localité frontalière du Soudan. N'Djamena affirme qu'elle se trouve de l'autre côté de la frontière et est soutenue par Khartoum.

 

L'Eufor, la force européenne chargée de sécuriser l'est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique, avait fait état à la mi-mai d'un regain d'activité de rebelles tchadiens dans l'Est du pays. L'Eufor a entamé officiellement à la mi-mars un mandat d'un an pour faciliter le travail des humanitaires et protéger les réfugiés du Darfour dans l'est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique et les déplacés internes tchadiens et centrafricains, soit plus de 450.000 personnes au total. Cette force doit déployer à terme 3.700 soldats.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE