Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 03:33

 

 



REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE


Chef de l'Etat: François Bozizé
Chef du gouvernement: Elie Doté
Peine de mort: abolie en pratique
Population: 4,2 millions
Espérance de vie: 43,7 années
En vertu de mortalité-5 (m / f): 183/151 par 1.000
Alphabétisation des adultes: 48,6 pour cent

 




  Les groupes armés, les soldats gouvernementaux et les groupes criminels ont tué des civils, détruit et incendié des biens et maisons, pillé, enlevé et violé en toute impunité. Des dizaines de milliers de civils dans le nord de la République centrafricaine (RCA) ont continué à fuir vers le sud du Tchad, le Cameroun et d'autres pays voisins, la violence et les violations des droits de l'homme.


Contexte


Tout au long de l'année, le gouvernement centrafricain a été sous la pression pour trouver un règlement pacifique au conflit armé entre les forces gouvernementales et les groupes armés qui ont commencé à la mi-2005. En Février, avec la médiation de la Libye, le gouvernement a signé un accord de paix avec le Front démocratique pour la libération du peuple centrafricain, FDPC), et le 1er avril, le gouvernement a signé un accord avec l'Union des Forces Démocratiques pour l'unité (Union des forces démocratiques pour le rassemblement, UFDR). Les deux accords n'avaient pas été pleinement appliqués à la fin de 2007, cependant en juin, le gouvernement a publié les noms de 18 membres présumés coupables de l'UFDR. En Décembre, le Président Bozizé a nommé un organe consultatif pour le dialogue national.

 
Les forces gouvernementales, en particulier ceux de la garde présidentielle, ont été accusés de tuer les évaluations des civils, tandis que les groupes armés ont enlevé et tué ceux qui ont refusé de les soutenir.


Des bandits armés, connus sous le nom de zaraguinas, dont certains soldats démobilisés centrafricains et des pays voisins, ont volé des voyageurs - tuant et en blessant quelques-uns - et enlevé des adultes et des enfants contre une rançon. L'insécurité généralisée dans le nord a causé des déplacements massifs de centaines de milliers de personnes qui ont peu ou pas accès à l'assistance humanitaire.

 
Exécutions extrajudiciaires commises par les forces gouvernementales


A la suite d'attaques par des groupes armés contre les forces gouvernementales et les édifices publics du nord de la République centrafricaine, la Garde présidentielle et d'autres forces de sécurité ont effectué des attaques punitives contre la population locale, tuant et blessant des habitants et brûlant les maisons. Les membres présumés des groupes armés ont été arrêtés et souvent exécutés sommairement. De nombreux habitants ont fui en brousse et se sont cachés pendant des semaines ou des mois.


• Ahmat Yacoub Mahmat a fui Paoua après que les soldats du gouvernement ont détruit des maisons, volé de l'argent, battu les habitants et enlevé et tué trois personnes en représailles à une attaque d’un groupe armé le 6 Janvier. Le 12 Février, à la suite des attentats du 15 zaraguinas ont volé 15  têtes de bétail de Ahmat Yacoub Mahmat.


• En Mars, Raymond Djasrabaye, un des nombreux villageois de Beboura, vers Paoua qui ont été blessés ou tués par les forces gouvernementales, a reçu une balle dans le bras qui a développé une gangrène. Il a fui au Tchad où son bras a été amputé.  Son père et sa mère ont été tués.

 
• Les soldats des Forces armées centrafricaines (Forces armées centrafricaines, FACA), en particulier ceux de la Garde présidentielle, ont commis des exécutions extrajudiciaires des personnes qu'ils soupçonnaient d'appartenir à des groupes d'opposition armés.


• Le 5 Janvier, des soldats FACA à Kaga Bandoro ont exécuté au marché public, deux hommes âgés de 22 et 27 ans. Ils auraient traîné les corps des victimes dans les rues et pris des photos avec. Le gouvernement n'a pas pris des mesures contre ces soldats ou leur commandant.


• Dans le nord de la RCA, FACA ont répondu à des attaques contre les forces gouvernementales par des maisons incendiées. Au début de 2007, plus de 2000 maisons auraient été incendiées entre Kaga Bandoro et Ouandago, le déplacement de plus de 10000 personnes. Les soldats gouvernementaux ont pillé les biens des habitants  et brûlé ce qu'ils ne pouvaient pas emporter.


• Le 27 et 28 Janvier, les membres de la Garde présidentielle basés à Bossangoa auraient brûlé neuf villages le long de l’axe Bozoum - Paoua - Pendé, et sommairement exécuté au moins sept civils non armés, et  ligoté un homme à un grenier et l’auraient brûlé vivant. Les membres de la Garde présidentielle sous le même commandant auraient abattu deux catéchistes de l’Église catholique du village Bozoy III. Au moins 10 autres personnes auraient été tuées par des membres de la Garde présidentielle le long de l’axe Paoua - Bozoum.


Exécutions extrajudiciaires commises par des groupes armés


Les droits de l'homme et les organisations humanitaires, ainsi que des réfugiés dans le sud du Tchad, a indiqué que dans le nord du CAR des groupes armés ont attaqué des civils non armés. Les victimes étaient accusées de collaborer avec l'appui ou le gouvernement.


• Les membres d'un groupe armé ont battu Djibrilla Adamou alors qu’il se promenait de à Letele vers Bocaranga le 19 Mars, parce qu'il n'a pas pu leur donner de l'argent. Il a été si gravement blessé que le groupe armé l’aurait laissé pour mort.


• Le 11 Juin une jeune femme française qui travaillait bénévolement avec Médecins sans frontières (MSF) a été abattue par un membre d'un groupe armé, l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (Armée populaire pour la restauration de la démocratie, APRD). L'APRD aurait déclaré par la suite que le meurtre a été une erreur, effectuée par un de ses combattants, qui aurait été exécuté par l'APRD sans un procès équitable.


• En Janvier plus de 50 présumés zaraguinas déguisés en tenue militaire, aux visages couverts de turbans, auraient attaqué les habitants du village Voudou le long de l’axe Bozoum-Bossangoa, tuant quatre civils.


Enlèvements d'enfants et d'adultes


Les scores des enfants et des adultes ont été enlevés par des bandits armés, en particulier dans le nord-ouest de la RCA. Pratiquement aucune mesure n'a été prise par le gouvernement pour prévenir les enlèvements ou arrêter les auteurs. La plupart des victimes semblaient être membres de l'ethnie mbororo, ciblés parce qu'ils sont les pasteurs qui peuvent vendre leur bétail pour payer la rançon que les paysans n'ont pas les moyens de payer.


Certaines victimes ont été enlevées en revanche pour la lutte contre les activités des Zaraguina par les membres de leurs familles. L'épouse d'un dirigeant de la communauté Mbororo, Garga Souley, a été enlevé à la fin de 2006 et ne serait pas remis avant avril 2007, date à laquelle Souley Garga aurait versé une rançon de FCFA 4 millions (US $ 8000). Trois hommes enlevés en même temps ont été entre autres qui ont continué à être sequestrés par des zaraguinas qui exigeaient une rançon de 9 millions de FCFA.


La plupart des personnes enlevées ont été Mbororo enfants. Certains ont été enlevés à maintes reprises jusqu'à ce que leurs familles aient fui, faute de ressources pour payer la rançon,.


• les zaraguinas ont enlevé deux enfants de Weti Bibello en 2005, et pris un d'entre eux en fin de l'année 2006. Les membres d'un groupe politique armé et zaraguinas ont volé la plupart de ses 150 autres bovins au début de 2007. Un groupe d'opposition armé a tué plusieurs membres de sa famille en Janvier. Craignant de nouvelles attaques, Weti Bibello a fui avec sa famille au Tchad en avril.


• les zaraguinas ont enlevé Damsi Mahmoud, 10 ans, et plusieurs autres enfants à Paoua à 4 heures du matin en Février. Son père, Ibrahim Damsi, a payé 550.000 FCFA pour sa libération après avoir vendu beaucoup de ses vaches. Les Zaraguinas l’ont battu sévèrement quand il les a rencontré pour payer la rançon.


• La fille de Ousmane Bi Yunusa, Fatimatou, cinq ans, a été enlevée en Janvier et son père a payé sa rançon par la vente de la dernière vache qu'il possède. Fatimatou a été libérée après un mois de captivité.


• Des représentants des organisations humanitaires ont été pris pour cible par des bandits armés. Le 19 Mai deux travailleurs d'une organisation humanitaire italienne, Cooperazione Internazionale, COOPI, ont été enlevés par des zaraguinas sur la route entre Bozoum et Bocaranga. Ils ont été libérés le 29 Mai. Plusieurs travailleurs de l'Office des Nations Unies en République centrafricaine, le BONUCA, ont été brièvement enlevés et leurs biens volés par zaraguinas en Septembre.

 

Les réfugiés et personnes déplacées


Plus de 200.000 personnes déplacées ont abandonné leurs maisons, les réserves alimentaires et autres biens, qui sont souvent pillés ou détruits par les soldats gouvernementaux, des groupes armés ou des bandits armés. Les personnes déplacées n'ont qu'un accès limité à l'assistance humanitaire, nombre d’entre eux ont succombé par manque de soins médicaux alors qu'ils tentaient de survivre dans la nature.


À la fin de l'année, il y avait quelques 50.000 réfugiés centrafricains dans le sud du Tchad, plus de 26.000 au Cameroun, et plusieurs milliers au Soudan. Les réfugiés dans le sud du Tchad ont un accès limité aux soins médicaux et autres formes d'assistance humanitaire, et avaient seulement peu de fournitures de denrées alimentaires. Les réfugiés centrafricains au Cameroun n'ont pas accès à l'assistance humanitaire et survivaient en grande partie grâce à l'assistance fournie par la population camerounaise et en vendant les animaux, pour s’enfuir.

 

Liberté d'expression


Michel Alkhaly Ngady, un directeur de journal et président du groupement centrafricain des éditeurs de la presse privée, a été arrêté le 12 Mars après que le Haut Conseil de la Communication l’ait accusé de diffamation. Il a été reconnu coupable de diffamation par un tribunal et emprisonné 63 jours.


Amnesty International visite / rapports


• Amnesty International ont visité le sud du Tchad et la République centrafricaine, en Mai.
• République centrafricaine: Les civils en danger dans la nature nord (AFR 19/003/2007)
• République centrafricaine: la guerre contre les enfants à l'état sauvage au nord (index AI: AFR 19/006/2007)


Thèmes: les réfugiés, des milices, des personnes déplacées, les exécutions extrajudiciaires, les enlèvements, de la liberté d'expression,

 

© Copyright Amnesty International

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation