Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 21:15

   

DECLARATION N° 001 /08/UFDR/PR

 

DU BUREAU POLITIQUE DE L’U .F.D.R

Relative à sa participation au Dialogue Politique Inclusif

 

 

 

Du 24 au 25 Mai 2008 , s’est tenue à LAGOS au Nigeria, une réunion du Bureau Politique de l’UFDR, dans l’objectif de faire le point sur la situation politique nationale, définir la stratégie politique et militaire de l’Organisation au regard du raidissement de la position du Gouvernement suite à la désignation du Colonel Charles MASSI, Coordonnateur Politique et fixer les conditions à la participation de l’UFDR à la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif.

 

Les participants à ces travaux, ont tenu à rendre un vibrant hommage à Leurs Excellences, EL HADJ OMAR BONGO ONDIMBA, Médiateur de la Crise Centrafricaine, Président de la République Gabonaise, Thomas BONI YAYI, Président du Bénin,Médiateur es qualité choisi par les Autorités Politiques Centrafricaines, le Colonel KADHAFI,Guide de la Grande Jamahiryia, Médiateur de la Zone CEN SAD et Nicolas SARKOZY, Président de la République Française dont les contributions multiformes ont contraint le Président François BOZIZE à accepter l’organisation d’un Dialogue Politique Inclusif en vue d’un règlement pacifique de la crise centrafricaine

 

Alors que les Membres Fondateurs de l’UFDR se trouvaient dans l’impossibilité d’entrer en négociation avec le Gouvernement Centrafricain, ce dernier a signé, hâtivement, le 13 Avril 2007 à Birao, un Accord de Paix avec le Chef militaire de l’UFDR, sans la moindre garantie de bonnes fins et sans information préalable au Bureau Politique.

 

C’est pourquoi, le Bureau Politique de l’UFDR,avait dénoncé l’Accord de Paix du 13 Avril 2007, au lendemain de sa signature par son Chef d’Etat-Major, car il comportait les germes de violentes contestations futures comme ce fut le cas des anciens compagnons d’armes du Général BOZIZE, le 17 Avril 2004 à BANGUI.

 

 Malgré le chantage éhonté du Président BOZIZE ,à l’endroit de l’Etat-Major de l’UFDR,pour les amener à se désolidariser du Bureau Politique, suite à la désignation du Coordonnateur Politique, la Direction du Mouvement à qui l’écrasante majorité de la troupe est restée fidèle, réitère son rejet de l’Accord de Paix du 13 Avril 2007 et porte à l’attention de l’opinion nationale et internationale, les conditions de sa participation à la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif comme suit :

 

1-Rénégociation de l’Accord de Paix du 13 Avril 2007, sous les auspices de Son Excellence Thomas YAYI BONI, Président du Bénin,Médiateur es qualité, comme son Frère le Président François BOZIZE , le lui avait expressément demandé par lettre et qu’il avait accepté en leur temps.

 

Cette Renégociation pourrait se faire en coordination avec le Médiateur de la zone CEN SAD, le Colonel KADHAFI, Guide de la Grande Jamahiryia. Elle devra aboutir à un Accord définitif  de Cessez-le feu et prendre en compte tous les aspects financiers du cantonnement, du désarmement, de la démobilisation de la troupe et  de l’intégration des cadres et combattants dans la vie politique et les Forces de Défense et de Sécurité centrafricaine..

 

2- Négociation et signature de l’Accord Global de Paix, à Libreville ,sous les auspices du Médiateur de la Crise Centrafricaine, Son Excellence EL HADJ OMAR BONGO ONDIMBA.

 

L’accord Global de Paix, signé par tous les parties prenantes à la crise politique centrafricaine :Gouvernement Centrafricain, groupes armés, partis politiques et la société civile, doit fixer de manière expresse :

 

a)-les arrangements militaires, notamment,les conditions financières liées à la démobilisation, l’indemnisation des combattants, les critères détaillés et objectifs de leur intégration dans les Forces, mais aussi la réciprocité de la neutralisation des moyens de nuisance par les armes, la détribalisation des Forces de Défense et de Sécurité et la fin de la transformation de la République Centrafricaine en une garnison des Forces étrangères en soutien exclusif au régime tribaliste, corrompu et incompétent du Président BOZIZE.

 

b)-Le retour de la confiance avec :

-les reformes radicales au plan politique et économique pour mettre fin de la politique d’exclusion avec le strict respect du principe de l’impartialité de l’Etat qui bannit toute discrimination fondée sur l’appartenance régionale, ethnique ou religieuse ainsi que la mise hors d’état de nuire du monopole familial sur tous les rouages de l’Etat, les ressources financières et l’opacité de la gestion des richesses naturelles du pays.

 

3- Pour la sérénité des débats et la sécurité des participants, la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif doit se tenir à l’extérieur du pays et ses Résolutions immédiatement exécutoires.

Tenant compte du pourrissement de la situation économique et sécuritaire et la nécessité d’y apporter une solution radicale avec un Gouvernement de Consensus National et un Parlement au service du Peuple, le 15 Juin 2008 doit être considérée comme date butoir pour l’organisation de la Table Ronde du Dialogue Politique Inclusif.

 

Par ailleurs S’agissant du Coordonnateur Politique, le Colonel Charles MASSI, des informations en provenance de BANGUI confirme que le Président BOZIZE, a engagé contre lui une vaste campagne disproportionnée de représailles contre lui, les siens et ses biens  et indirectement contre l’UFDR .

 

Si le Bureau Politique de l’UFDR qui s’est déjà engagé dans le processus de paix avec le pouvoir a choisi de faire appel au Colonel Charles MASSI , c’est que le Président BOZIZE qui, en lui fermant les portes du Parlement et du Comité Préparatoire du Dialogue Politique, l’a privé de tous ses droits. L’UFDR, lui a fait appel dans un cadre pacifique afin qu’il l’aide à élargir sa base politique en prenant en compte les préoccupations de la Nation toute entière.

 

L’UFDR qui a gardé toute ses capacités militaires et pourrait les accroître si nécessaire, prend à témoin l’opinion Nationale et Internationale des conséquences fâcheuses des  actes du  pouvoir contre le Coordonnateur politique et dégage, par avance, sa responsabilité d’une rapide dégradation de la situation militaire sur le terrain si le Président BOZIZE et ses aventuriers devaient mettre à exécution leurs menaces contre sa personne, les proches et les biens.

 

Fort de ce qui précède,le Bureau Politique de l’UFDR en appelle à l’intervention des Médiateurs des zones CEMAC et CEN SAD,les Nations Unies, l’Union Africaine, l’Union Européenne et la France, pour qu’ils prennent toutes les mesures nécessaires à une organisation rapide du Dialogue Politique, pour le retour de la confiance, la sécurité et la stabilité politique dans la sous région d’Afrique Centrale.

 

Le Bureau Politique à mis en place une structure chargée de la Prévention des violences contre les populations civiles et de la Protection des Droits humains dans les zones sous son contrôle.

Le Bureau Politique à mis en place une structure chargée de la Prévention des violences contre les populations civiles et de la Protection des Droits humains dans les zones sous son contrôle.

Cette structure travaillera en étroite collaboration avec le Bureau des Nations Unies en Centrafrique, les organisations de défense des droits de l'Homme.

Le Bureau Politique félicite le Président de l'UFDR pour avoir rapidement mis en place un nouvel Etat-Major militaire et l'invite à monter en grade les Officiers d'Etat-Major et de la branche politique du Mouvement.

 

Fait à LAGOS le 25 mai 2008

 

Capitaine Abacar SABONE 














Colonel Charles MASSI 



Capitaine André KOGBE

Commandants Coordination Militaires

Michel Am Nondroko Djotodia – Président de l'U.F.D.R.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique