Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 17:44



 

 

APA-Abidjan 2008-05-19 (Côte d’Ivoire) Le commandant de la zone de Séguéla (nord ouest d’Abidjan), Koné Zakaria, a été limogé dimanche de son poste par le premier ministre ivoirien, Guillaume Soro, par ailleurs leader de l’ex-rébellion ivoirienne, a appris APA de bonne source à Abidjan.

 

Selon cette source, ce limogeage est intervenu dimanche soir après un conseil militaire présidé par le général de brigade, Soumaïla Bakayoko, chef d’Etat-major des Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN, ex-rébellion), en présence du porte-parole des Forces Nouvelles, Sidiki Konaté, également ministre du tourisme et de l’artisanat.

 

Koné Zakaria qui dirigeait la zone de Séguéla depuis septembre 2002, date du déclenchement de la crise ivoirienne, a été remplacé par le commandant Issiaka Ouattara, dit Wattao qui occupait jusque là le poste de sous chef d’Etat major des FAFN.

Officiellement, il est reproché au « seigneur » de la guerre son absence constante lors des opérations de regroupement des ex-combattants.

 

Koné Zakaria, a brillé par son absence sur le terrain alors que Guillaume Soro a achevé dimanche en fin de matinée une visite de 72 heures dans la région de Séguéla où il a assisté samedi à la cérémonie de regroupement de 500 ex-combattants des FAFN à Kani (environ 50 km au nord ouest de Séguéla).

 

Une source proche de Guillaume Soro, contactée par APA et ayant requis l’anonymat, a révélé que le commandant Koné Zakaria était en train de préparer la reprise de la guerre.

« Il s’apprêtait à frapper mais quand il a vu qu’il ne maîtrisait pas la situation avec l’arrivée du Premier Ministre, il s’est enfui au Mali », a expliqué la même source.

 

Ces bruits de botte au sein de l’ex rébellion interviennent après le lancement le 2 mai à Bouaké du regroupement des ex combattants, première phase du désarmement. Au lendemain de la signature de l’accord de Ouagadougou le 4 mars 2007, par Guillaume Soro et le président Laurent Gbagbo, certaines informations ont fait état de ce que des chefs de guerre ont exprimé leur désaccord à M. Soro, voyant en ce nouveau pacte avec « l’ennemi » d’hier une trahison de la lutte des Forces Nouvelles.

 

Le premier tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire qui passe nécessairement par l’identification et le désarmement est fixé au 30 novembre prochain.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE