Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 00:52

 



 

Bangui Jeudi 08 Mai 2008 - 14:38 (ACAP)-Le Chef de Délégation de la Commission Européenne En République Centrafricaine, M. Jean Claude Esmieu, a annoncé au cours d'une conférence de presse jeudi 8 mai 2008 à Bangui que « la République Centrafricaine va bénéficier d'un financement à hauteur de 137 millions d'euros pour le programme de coopération pour une période de cinq ans».

 

Au cours de cette conférence de presse tenue à la veille de la Fête de l'Europe, M. Esmieu a souligné que la Commission Européenne a décidé de créer dans l'arrière- pays centrafricain des pôles de développement pour enrayer la pauvreté.

 
Le Chef de Délégation de la Commission Européenne a également annoncé la mise en oeuvre prochaine d'un projet de 10 millions d'euros destiné à renforcer la justice et à restructurer la police centrafricaine.


Dans le domaine de la sécurité, M. Esmieu a demandé au gouvernement centrafricain de prendre des mesures susceptibles de favoriser un développement harmonieux du pays. Il s'agit notamment de supprimer toutes les barrières sur les voies de communication, de mettre un terme aux recrutements déséquilibrés dans l'armée et la police et de mettre également fin à l'impunité dont bénéficient les auteurs de violation des droits de l'Homme ainsi qu'au maintien en détention des mineurs.


Il a ajouté que la prise de toutes ces mesures serait, selon lui, de nature à redonner confiance non seulement à la population, mais aussi aux bailleurs de fonds afin d'aider la Centrafrique pour son développement.


Abordant le sujet des accords de paix avec les groupes rebelles, le diplomate européen a affirmé qu' « il faut associer la Communauté Internationale au discussion de ces accords de paix ».



Ndlr CAP : L'octroi de ce financement est assorti de beaucoup de conditionnalités que le régime de Bozizé aura grand mal à réunir le respect des droits humains étant manifestement le dernier des soucis du pouvoir bozizéen. Le démantèlement des barrières destinées au racket de la population est un voeu pieux. Celles-ci rapportent tellement de fric à ceux-là mêmes qui les implantent qu'il est illusoire d'envisager de les enlever. Autant dire que cette enveloppe ne sera jamais décaissée sous le régime Bozizé. Tout cela contribue à la mauvaise gouvernance dont doit discuter le dialogue politique inclusif afin que des solutions radicales soient trouvées.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation