Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 20:40

 

PARIS (AFP) - mercredi 07 mai 2008 - 15h18 - Des chercheurs du CNRS français ont découvert une sorte de "talon d'Achille" du parasite responsable de la maladie du sommeil, permettant "d'envisager des stratégies thérapeutiques prometteuses" contre cette affection mortelle.

 

Les chercheurs du Centre national de la recherche scientifique ont identifié une nouvelle protéine du parasite, BILB01, dont l'absence empêche celui-ci de s'alimenter. Transmis par les piqûres de la mouche tsé-tsé, le parasite trypanosome est responsable de la maladie du sommeil. De 50.000 à 70.000 personnes sont actuellement infectées dans 36 pays africains, d'après le chercheur en microbiologie Derrick Robinson, dont les travaux sont publiés dans la revue PLoS Biology.

 

La protéine identifiée permet la formation d'une poche grâce à laquelle le parasite s'alimente: quand on le prive de BILB01, il devient incapable de fabriquer cette poche. Il ne peut plus s'alimenter et meurt. "On ne connait pas encore la fonction vraiment précise de la protéine. On en est encore au stade très expérimental, mais on a trouvé une cible", a déclaré à l'AFP Mélanie Bonhivers, de l'équipe de recherche.

 

Cette découverte laisse entrevoir de nouveaux traitements. Les chercheurs ont observé des parasites génétiquement modifiés en laboratoire. Ils espèrent pouvoir bloquer cette protéine chez les trypanosomes, qui prolifèrent dans le sang et le liquide céphalo-rachidien des malades.

 

Au stade précoce, la maladie du sommeil, qui menace 60 millions de personnes dans 36 pays africains, se soigne "sans problème", explique Mélanie Bonhivers. Mais à des stades plus tardifs, les traitements actuels sont toxiques. Ils créent des effets indésirables "pouvant causer le coma ou la mort du patient", ajoute-t-elle. Ils s'administrent par ailleurs en plusieurs fois, ce qui est difficile dans certains pays africains. Des phénomènes de résistance sont en outre apparus.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Sciences