Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 01:14

.

 

"For the success of the National Inclusive Dialogue on Central African Republic crises, this forum should take place abroad. Amnesty for those whom were criminally accused  by Bozizé regime must be granted. It is to say Politicians talking could be scrapped from the rest of this Dialogue."

 

Once more but relevant and essential to those reflect, debate and observe plight conditions in which Central African Republic is plunged : the obligation to operate amnesty. It is a depth idea and a positive one. Yet, to reverse dictatorship, to stand a little bit over the crises, to unify freedom fighters(so-called rebellion) with National Army, to train doctors, and to establish provisional regime en route for democracy ; Bozizé regime is called to grant amnesty  to all  opposition members who should participate in political dialogue. Even if this amnesty is offered, dialogue among politicians must be undertaken abroad.  For the transparency and the importance which represents this dialogue.

 

To be true, the core of Central African Republic crises resides in politicians. It could be found in the behaviour of politicians. It could be shown from their greed to take the  Power of State by coup. What should be done now is to sensibilise politicians with the cause of new Central African Republic. Bozizé and its government do not yet understand the sense of amnesty to policymakers living abroad. To give opportunity for the revival of Human Rights respect, legitimacy, alternance on Power of State, good governance ; the now regime is obliged to organised talking between  only politicians alongside the National Inclusive Dialogue in abroad.

 

By doing so light will get out and serve the principle of change. As the course of this country demonstrated, those on the Power of State have only intention to preserve their own interests, so ignore the common best of the country. For that, politicians who are in asilyum have to require amnesty. And even if  this amnesty is given they require politicians dialogue to take place abroad. Because, Bozizé and his regime are versatile. They are so tricky. There is  no way to trust them. The better way to attain  positive solutions and proposals on the case of Central African Republic is to emphasise on the exclusively organisation of  politicians dialogue abroad.

 

With amnesty, it is not sure that security of such personalities like Prosper N'douba, Patassé, Demafouth , Franck Saragba, Djim-Arem Maïtart and so on could be preserved once in Bangui Capital of Central African Republic to attend the National Inclusive Dialogue. This remark is come in right. According, the state of Human Rights violation, menace, crimes assassinations, tortures which are permanent and daily in this country. So, to gain democracy, security, peace and consolidation of patriotism, the politicians dialogue a kind of Meeting-Room is welcomed  abroad not in Bangui.

 

It is wise to separate the trend of this Dialogue : the political one, which is more vital because the development of the country depends on it, and then the social.  The first one is to take  place abroad.  This is the way of modern Central African Republic. This is a framework of the  rupture with oppression. This a direction of freedom. Sure, obligation of amnesty is right, reasonable but not sufficient for the security of politicians. Those who think that Central African Republic crises  could be solved by Bozizé provisional regime will be severely dissatisfied.

 

Bozizé is not a solution, that is why National Inclusive Dialogue is organised. It is to say Inclusive National Dialogue does not mean provisional regime. Provisional regime is a pain on the shoulders of citizens. It is a leeway. It is a downturn and a slump for Central African Republic. What Central African Republic needs is democracy without Bozizé. This is a meaning of the coming National Inclusive Dialogue. Bozize constitutes an uncertainty for the country.  

 



Les intentions des politiques sont toujours difficiles à déterminer. Même dans les vieilles grandes démocraties l'on se méfie des propos des hommes politiques. Ceux-ci sont souvent cohérents en leur forme mais spécieux au fond c'est-à-dire quand il s’agit de leur mise à exécution.  Ainsi, l'on dit : imposteur, leurre, volatilité, versatilité, calculateur et opportuniste. Voilà quelques mots qui caractérisent les politiques.

 

Et la Centrafrique n'est pas à l'écart de cette réalité ; laquelle irrite les citoyens qui ne voient guère de solution à leurs difficultés qui s'amoncèlent devenant insupportables. Et par-ci, par-là l'on s'émeut. Et les citoyens exigent le dialogue pour aplanir les crises nées de la mauvaise gouvernance des politiques,  ignorants des Droits de l'homme,  tourmentés par la convoitise et l'avidité. Et de ce dialogue l'on espère. Oui, mais à condition qu'une amnistie soit accordée aux opposants exilés à l'étranger, accusés faussement de crimes par le réme Bozizé. Et aussi que le dialogue des politiques se fasse à l'étranger.

 

L'on est convaincu que le dialogue des politiques est le plus important. De ce dialogue des propositions peuvent être formulées au profit de la Centrafrique. Mais, pour la réussite de ce Dialogue National Inclusif, le mieux c'est que les politiques se rencontrent  à l'étranger pour débattre de la Centrafrique. Pour ce, le dialogue des politiques doit être séparé du reste des autres sujets qui peuvent être traités à Bangui par la composante sociale du Dialogue National Inclusif.

 

D'ailleurs, c'est aux politiques de décider de la paix, la sécurité, la liberté, le respect des Droits de l'Homme, et l'économie. C'est dire combien, il est utile que les  politiques se parlent à l'extérieur. Les conditions favorables de réflexion de fond ne peuvent être réunies qu'à l'étranger. Même si l'amnistie est accordée, il se posera la question de la sécurité des politiques appartenant à l'opposition. C'est pourquoi, il serait souhaitable de séparer le dialogue des politiques des autres débats qui se  tiendront à Bangui. C'est vrai l'amnistie est un atout mais pas une garantie suffisante pour l'instant.

 

L'on peut craindre si le dialogue des politiques n'est pas séparé de l'ensemble du forum. Car, la sécurité des opposants comme : Ange-Félix Patassé, Prosper N'douba, Franck Saragba, Djim-Arem Maïtart, Demafouth et autres, sera inquiétée. Il n'y a pas lieu que les politiques se rendent à Bangui. Aussi, le Dialogue National n'est pas celui de la transition. Mais celui de la rupture le régime Bozizé. Ce régime est la raison de ce Dialogue National Inclusif. C'est mal à propos d'évoquer une transition que personne ne perçoit les contours politiques positifs pour la Centrafrique. Ce n'est pas la transition avec Bozizé au Pouvoir de l'Etat qui est l'essence de ce forum national.

 

Mais, c'est son départ qui est la définition de ce dialogue National Inclusif.. L'on doit défausser si l'on pense entretenir une supposée transition avec Bozizé. Non la Centrafrique n'en veut pas. Bozizé n'aime pas la Centrafrique. Il n'a pas le sens patriotique.. Ce n'est pas la Centrafrique elle-même qui a causé sa dérive ; mais c'est Bozizé qui l'a mise en dérive. Former des médecins et faire intégrer les combattants de la liberté dans l'Armée Nationale sont des bonnes idées, mais qui ne peuvent être pertinentes que si le dialogue des politiques se tienne à l'étranger mais pas à Bangui. A dire vrai, la question de transition avec Bozizé est très mal posée. Transition par rapport à quoi? Au regard de quelle disposition Constitutionnelle? 

 

Il faut se dire d'emblée que Bozizé est au Pouvoir de l'Etat pour longtemps si l'on adopte la méthode de transition politique. Et le Dialogue National Inclusif perd sa raison d'être. C'est pourquoi l'on doit envisager ce forum national comme une issue de sortie pour Bozizé.et le rétablissement de la démocratie. Ce n'est pas Bozizé qui est la panacée de la crise de la Centrafrique. Il doit être évacué du Pouvoir de l'Etat. Il est trop flou, sombre et corrosif pour l'Etat centrafricain. A l'instant, il y a lieu d'éviter toute compromission avec l 'incertitude, c'est-à-dire Bozizé.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion