Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 00:14



 

La veille des festivités du 5ème anniversaire du coup d’état du 15 mars 2003 de Bozizé célébrées cette année dans la ville de Damara située à 85 km de Bangui, s’est produit un grave incident qui a failli coûter la vie au député de la localité pourtant KNK, Eric Sorongopé Zoumandji. Prévu dans le programme pour accueillir aux côtés du maire de Damara le général président Bozizé, le député qui y possède une résidence secondaire, a cru devoir rejoindre Damara le soir de la veille pour passer la nuit. Mal lui en a pris.  C’était compter sans les nervis de la garde présidentielle de Bozizé qui avait déjà investi les lieux en réquisitionnant la villa du député Sorongopé sans même lui en avoir parlé ni obtenu préalablement son accord.

 

Arrivé de Bangui avec son épouse, le député se présente tranquillement devant l’entrée de sa résidence secondaire et découvre avec stupéfaction que la maison est totalement encerclée par des soldats armés jusqu’aux dents qui lui ordonnent méchamment de déguerpir des lieux faute de quoi il serait criblé de plomb. Le pauvre député de protester gentiment tout en signifiant aux soldats que c’était tout de même sa propriété. Ces derniers qui se font de plus en plus menaçants finissent par lui dire que la villa est réquisitionnée pour abriter le chef de l’état durant son séjour le lendemain dans la ville. Devant l’insistance du député à prendre possession néanmoins de sa maison ne serait-ce que pour y déposer ses affaires, les soldats étaient carrément sur le point de faire feu avec les armes lourdes dont ils étaient munis.

 

Il a fallu les interventions de l’épouse du député, de plusieurs femmes qui passaient par là ainsi que celle du maire ainsi que du pasteur de la ville, entre temps arrivés sur les lieux pour que la sérénité revienne quelque peu et que le député soit éloigné des lieux et aille trouver hébergement chez des parents. L’incident aura eu pour conséquence que le nom du député qui était prévu par le protocole dans le programme officiel pour accueillir le président Bozizé, soit purement et simplement rayé. Bozizé a donc été reçu par seul le maire de la ville sans le député Eric Sorongopé de la circonscription.

 

Ce fâcheux fait divers rappelle un autre qui s’est passé à Bangui où la villa d’un particulier a été réquisitionnée de force et de manière pour le moins cavalière, pour y loger le président Denis Sassou Nguesso lors d’un de ses récents séjours dans la capitale centrafricaine.

 

centrafrique-presse.com

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation