Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 16:33

 



 

N'DJAMENA (AFP) - jeudi 24 avril 2008 - 15h17 - Avec l'entrée au gouvernement de quatre opposants, le président tchadien Idriss Deby Itno amorce une "ouverture" réclamée par la communauté internationale pour restaurer la paix, et divise une opposition auparavant unie depuis la "disparition" d'Ibni Oumar Mahamat Saleh.

 

Dans l'équipe formée mercredi par le nouveau Premier ministre


                                                               PM Youssouf Saleh Abbas

Youssouf Saleh Abbas, un ex-rebelle rallié au président Deby dont il était devenu le conseiller diplomatique, deux figures historiques de la politique tchadienne, les opposants Wadal Abdelkader Kamougué et Jean Bawoyeu Alingué, obtiennent respectivement les portefeuilles de la Défense et de la Justice.

 

 

 

 

Deux autres membres de la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC) décrochent des postes: l'Aménagement du territoire pour Hamit Mahamat Dahalob, porte-parole adjoint de la principale coalition de l'opposition, et l'Agriculture pour Naimbaye Lossimian.

 

"Le pays doit aller de l'avant, il ne peut pas s'arrêter", affirme à l'AFP l'opposant sudiste Kamougué, expliquant que la communauté internationale plaidait auprès du chef de l'Etat en faveur d'une telle "ouverture".

 

Après un dialogue réussi entre le pouvoir et l'opposition, qui avait permis la signature, le 13 août 2007, d'un accord censé aboutir à des élections démocratiques en 2009, tout contact avait été rompu après l'attaque rebelle ratée des 2 et 3 février à N'Djamena.

 

A l'issue de ce raid, qui a failli faire tomber Idriss Deby, trois opposants ont été arrêtés, selon des témoignages concordants, par les services de sécurité tchadiens. Deux d'entre eux ont depuis recouvré la liberté, mais le troisième, le porte-parole de la CPDC Ibni Oumar Mahamat Saleh, est toujours porté "disparu".

 

Jusqu'ici, la CPDC faisait de sa "libération immédiate et inconditionnelle" un préalable à toute reprise du dialogue, notamment au sein du comité de suivi de l'accord du 13 août.

Nombre d'opposants estiment toutefois, sous couvert de l'anonymat, qu'Ibni Oumar est décédé. "En entrant au gouvernement, ils semblent avoir fait son deuil", souligne un observateur étranger qui a également requis l'anonymat.

 

"Nous ne faisons pas le deuil de notre collègue, nous n'avons pas mis de côté notre revendication le concernant", proteste le nouveau ministre de la Défense.

Mais déjà, des voix discordantes se font entendre au sein de l'opposition, à commencer par celle du parti de l'opposant "disparu", qui "regrette" l'entrée au gouvernement "alors que nous sommes toujours sans nouvelles d'Ibni".

 

"Ils vont au gouvernement à titre personnel, à leurs risques et périls", renchérit un autre responsable de la CPDC, Salibou Garba, évoquant des "débauchages individuels". "La CPDC en tant que telle n'est pas au gouvernement".

 

Selon lui, "Deby essaye de diviser la CPDC, et c'est de bonne guerre".

Plusieurs opposants redoutent enfin que ces ministres n'aient guère d'influence au sein d'un gouvernement dominé par des proches du chef de l'Etat, comme le titulaire des Infrastructures Adoum Younousmi, son collègue de l'Intérieur Ahmat Mahamat Bachir ou encore l'ex-directeur du cabinet présidentiel Mahamat Hissène, nommé à la Communication.

 

"C'est la CPDC qui crédibilise le gouvernement", note Saleh Kebzabo. Or, déplore-t-il, elle n'y représente que "la portion congrue". "Quel rôle va-t-elle jouer? J'ai un doute là-dessus".

"La CPDC risque de voler en éclats", pronostique déjà un observateur proche du pouvoir, "car ceux qui n'ont pas eu de postes sont en colère".

Le premier test de l'unité de l'opposition aura lieu dans les prochains jours, lorsqu'elle devra se prononcer sur une reprise de sa participation au comité de suivi de l'accord du 13 août.

 

 

 

TCHAD Quatre opposants au gouvernement

 

LIBREVILLE, 24/04 - L`entrée de quatre membres de la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC) dans le nouveau gouvernement tchadien "c`est peu", a estimé jeudi Saleh Kebzabo, l`une des personnalités de cette coalition de l`opposition.

"Je pense qu`on aurait pu au niveau de la CPDC être à un plus haut niveau tant en nombre qu`en qualité. Quatre personnes pour la principale organisation de l`opposition qui a permis les accords du 13 août (2007) et les crédibilise, c`est peu", a indiqué à l`AFP M. Kebzabo à Libreville.

Cet accord entre la majorité présidentielle et l`oppo-sition prévoit le "renforcement du processus démocratique au Tchad", ainsi que des élections libres et transparentes en 2009.

"Je pensais que la CPDC devait prendre la tête parce que sans la CPDC, le gouvernement n`a pas de crédibilité. C`est la CPDC qui crédibilise le gouvernement. La portion congrue revient (dans le nouveau gouvernement) à la CPDC. Quel rôle va-t-elle jouer? J`ai un doute là-dessus", a-t-il ajouté.

 
"Elle a eu la Défense et la Justice, qui sont deux postes considérés comme extrêmement sensibles. C`est un piège. Kamougué, tout général qu`il est, aura du mal à commander (l`armée), car c`est (le président) Deby qui nomme juqu`à la moindre brigade de endarmerie. Quant à la Justice, aucun criminel n`a jamais été jugé (...) Le Tchad est un pays où règne l`impunité par excellence", a précisé M. Kebzabo.

 
Le nouveau Premier ministre tchadien Youssouf Saleh Abbas avait offert vendredi à l`opposition "d`entrer dans son gouvernement" pour travailler à "la restauration de la paix". Il lui a confié mercredi quatre ministères dans son exécutif.


Wadal Abdelkader Kamougué, une figure de l`opposition originaire du sud du Tchad, a obtenu la Défense. Jean Bawoyeu Alingué est le nouveau garde des Sceaux, alors que le porte-parole adjoint de la CPDC Hamit Mahamat Dahalob est devenu ministre de l`Aménagement du territoire et qu`un quatrième membre de la CPDC Naimbaye Lossimian a obtenu l`Agriculture.

 

 

 

TCHAD: L`opposition entre dans le nouveau gouvernement

 

N`DJAMENA, 24/04 - L`opposition tchadienne a fait mercredi son entrée dans le gouvernement du nouveau Premier ministre Youssouf Saleh Abbas avec quatre ministères dont la Défense et la Justice, a annoncé la radio nationale citant un décret du président Idriss Deby Itno.


Wadal Abdelkader Kamougué, un opposant connu du sud du Tchad, a obtenu le portefeuille de la Défense. Jean Bawoyeu Alingué, autre membre de la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC), principale coali- tion de l`opposition, est le nouveau garde des Sceaux, alors que le porte-parole adjoint de la CPDC Hamit Mahamat Dahalob hérite, lui, du ministère de l`Aménagement du territoire, de l`Urbanisme et de l`Habitat.

Un quatrième membre de la CPDC Naimbaye Lossimian obtient le maroquin de l`Agriculture.

Nommé le 16 avril, le nouveau Premier ministre tchadien Youssouf Saleh Abbas, ancien conseiller diplomatique du président Deby, avait offert vendredi à l`opposition "d`entrer dans son gouvernement" pour travailler à "la restauration de la paix".


Ancien chef rebelle et ex-opposant en exil qui a rallié le pouvoir actuel en 2006, M. Abbas avait affirmé que sa "première priorité" était "de former un gouvernement d`ouverture.

 

 

 

Quatre ministres d'opposition pour jouer l'ouverture

 

par Laurent Correau

 

Article publié le 24/04/2008 RFI

 

Le nouveau Premier ministre, Youssouf Saleh Abbas, possède maintenant un gouvernement. Sa composition a été annoncée mercredi soir par décret. Quatre membres de la CPDC, la coalition de l'opposition, ont été intégrés à la nouvelle équipe.

 

L'opposant Wadal Abdelkader Kamougué obtient le ministère de la Défense. C'est l'annonce la plus spectaculaire de ce gouvernement. Mahamat Ali Abdallah, le sortant, celui qui était resté à la présidence lors de l'attaque sur Ndjamena les 2 et 3 février... Mahamat Ali Abdallah, qui semblait prendre depuis une place croissante au sein du régime, se trouve relégué à l'élevage.

 

Ils ne sont finalement que quatre opposants de la CPDC, la Coalition des partis pour la Défense de la Constitution, à faire leur entrée dans ce gouvernement annoncé comme gouvernement de « large ouverture ». Outre Kamougué qui prend la Défense, on trouve Jean Alingué à la Justice, Hamit Mahamat Dahalob l'Aménagement du territoire, l'Urbanisme et l’Habitat. Le quatrième, Naimbaye Lossimian, occupera le ministère de l'Agriculture...

 

Le ministre des Affaires étrangères sortant, Ahmat Allam-Mi quitte le gouvernement. Il est remplacé à la tête de la diplomatie tchadienne par Moussa Faki, ancien Premier ministre et actuel président du Conseil économique et social. Autre partant : Abbas Tolli, ministre des Finances et neveu du président.

 

Deux proches du chef de l'Etat sont maintenus à leur poste : Adoum Younousmi, le ministre des Infrastructures et Ahmat Bashir, celui de l'Intérieur. La Communication échoit au directeur de cabinet civil du président Déby, Mahamat Hissène.


Liste du gouvernement tchadien

 

APA-N’Djamena 24-04-2008 (Tchad) Voici la liste du nouveau gouvernement tchadien formé mercredi par le Premier ministre Youssouf Saleh Abbas :

Ministre de la Défense : Kamougue Wadal Abdelkader

Ministre des Affaires Extérieures : Moussa Faki Mahamat

Ministre de la Justice Garde des Sceaux : Jean Bowoyeu Alingue

Ministre de la Communication Porte-parole du Gouvernement : Mahamat Hisseine

Ministre des Infrastructures : Adoum Younousmi

Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique : Ahmat Mahamat Bachir

Ministre de l’Environnement, de l’Eau et des Ressources Halieutiques : Mme Khadidja Abdelkhader

Ministre des Finances et du Budget : Abakar Mallah Mourcha

Ministre de l’Economie et du Plan : Ousman Matar Breme

Ministre de l’Elevage et des Ressources Animales : Mahamat Ali Abdallah

Ministre de la Santé publique : Pr Avocksouma Djona

Ministre de l’Education Nationale : Abderaman Koko

Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et la Formation Professionnelle : Dr Oumar Idriss Alfaroukh

Ministre de l’Agriculture : Naimbaye Lossimian

Ministre des Mines er de l’Enrgie : Emmanuel Nadingar

Ministre du Pétrole : Mahamat Nasser Hassane

Ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme et de l’Habitat : Hamid Mahamat Dahlob

Ministre de l’Action Sociale, de la Solidarité Nationale et de la Famille : Mme Ngarmbatina Camel SOU IV

Ministre chargé des Droits de l’Homme et des Promotions des Libertés : Mme Fatim Issa Ramadane

Ministre de la Fonction Publique et du Travail : Mme Fatime Tchombi

Ministre des postes et des Technologies de l’Information et de la Communication : Pahimi Padacke Albert

Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat : Mahamat Abdoulaye Mahamat

Ministre chargé du Contrôle Général d’Etat et de la Moralisation : Mahamat Bechir Okormi

Ministre de a Culture, de la Jeunesse et des Sports : Djibert Younous

Ministre du Développement Touristique : Ahmat Barkai Animi

Ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé de la Décentralisation : Abderaman Djasnabaye

Ministre Secrétaire Général du Gouvernement Chargé des Relations avec l’Assemble Nationale : Kalzeube Payimi Deubet

Secrétaire d’Etat aux Affaires Extérieures Chargé de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine Djidda Moussa Outman

Secrétaire d’Etat à la Défense Nationale Chargé des Anciens Combattants et Victimes de Guerre : Hassan Saleh Algadam Aldjinedi

Secrétaire d’Etat à l’Agriculture Chargé de la Formation Professionnelle et de la Sécurité Alimentaire : Dr Haoua Outman Djame

Secrétaire à l’Economie et au Plan Chargé de la Microfinance et de Lutte contre la Pauvreté : Mme Azziza Baroud

Secrétaire d’Etat aux Finances Chargé du Budget : Oumar Boukar Gana

Secrétaire d’Etat aux Infrastructures Chargé des Transports : Hassan Terap

Secrétaire d’Etat à l’Environnement Chargé de l’Hydraulique villageoise et Pastorale : tahar Sougoudi

Secrétaire d’Etat à l’Education Nationale Chargé de l’Enseignement de Base : Mme Hapsita Alboukhari

Secrétaire Général du Gouvernement Chargé des Relations avec l’Assemblée Nationale : Yaya Dillo

 

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE