Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 16:06



 


Le président ivoirien, Laurent Gbagbo, a pris la parole hier au Conseil de sécurité de l’ONU à l’occasion d’une séance publique. Il a défendu la thèse qui lui est chère, à savoir que les problèmes des Africains doivent être réglés par les Africains, les Nations Unies ne devant qu’apporter un appui aux organisations sous-régionales.

 
Selon le département de l’information des Nations Unies, «M. Laurent Gbagbo, Président de la Côte d’Ivoire, a d’abord rendu hommage au Président sud-africain et à son attachement à la paix». «Avant de se rendre au Siège des Nations Unies, à New York, rapporte toujours le département de l’information de l’ONU, le président ivoirien a dit que la Côte d’Ivoire a fixé le premier tour de ses élections au 30 novembre 2008».

 

Et de préciser : «le Président Gbagbo a affirmé que cela constituait une «victoire pour nous tous» et a demandé à la communauté internationale d’appuyer le pays afin d’en finir avec cette période qui n’honore pas la Côte d’Ivoire. Il a rappelé que l’ONU avait été créée pour régler les problèmes de conflits entre États. Toutefois, il a estimé qu’en Afrique, on assistait à des conflits à l’intérieur des États et qui «visent à la destruction de l’État». Il a à cet égard cité les cas du Congo, de la Sierra Leone et de la Somalie. Le Président Gbagbo a fait part de son admiration pour les efforts entrepris par les Africains pour régler les conflits régionaux. Dans ce cadre, il a souhaité saluer tous les présidents de l’Union africaine, et particulièrement M. Konaré, président de la Commission de l’Union, et son successeur actuel, M. Ping”.

 
Toujours à propos du règlement des conflits en Afrique, le département de l’information rapporte que «le Président de la Côte d’Ivoire a demandé l’appui de l’ONU, affirmant que l’Organisation devait décentraliser les pouvoirs et qu’il s’agissait d’une «question de responsabilité et de structure». Il faut confier à l’Union africaine et à ses partenaires, comme la SADC, le règlement des conflits qui naissent aujourd’hui et sont d’un type nouveau, a-t-il proposé. Il a déclaré que la réforme de l’ONU passait aussi par cette nouvelle réorganisation du travail au niveau mondial.

 

Avec l’appui de l’ONU, il faut faire en sorte que les organisations régionales jouent un rôle plus grand, a-t-il insisté. Le Président Gbagbo a cité le cas de son pays, rappelant que, à chaque fois que des progrès significatifs avaient été faits, des Africains étaient en première ligne. Ainsi, il a souligné la médiation sud-africaine de 2005 et les progrès réalisés aujourd’hui par le biais d’une facilitation du Burkina Faso. Les Africains ont beaucoup à donner à l’Afrique en ce qui concerne la paix et ils doivent être épaulés par l’ONU», a-t-il conclu.


Le président ivoirien a ensuite été reçu au siège des Nations Unies à New York par le Secrétaire général de l’ONU, le sud-coréen Ban Ki-moon. Laurent Gbagbo recevra le samedi les Ivoiriens des Etats-Unis et sera de retour à Abidjan le dimanche 20 avril. Deux jours plus tard, le 22 avril, il recevra à son tour le Secrétaire général des Nations Unies à Abidjan.


Augustin Kouyo Source (Notre voie) : Centre des nouvelles de l’ONU 16 avril 2008

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE