Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 01:33

 

La Tribune (Algiers)

10 Avril 2008

 

Smaïl Boughazi


Alger

Selon la Banque africaine de développement

Selon le dernier rapport de la Banque africaine de développement (BAD), qui vient d'être publié, l'Algérie figure parmi les quatre pays les plus riches d'Afrique aux côtés de l'Afrique du Sud, du Nigeria et de l'Egypte, lesquels sont de loin les plus riches, si l'on considère leur PIB en croissance substantielle depuis 1995.

Plus explicite, le document, réparti en six chapitres et 260 pages, souligne que les pays africains richement pourvus en ressources naturelles sont plus riches (en termes de recettes, de PIB et de PIB par habitant) que les pays pauvres en ressources naturelles. Cet écart s'est réduit, ajoute-t-il, entre 1980 et 2000, mais à cause du récent boom des ressources naturelles, il se creuse de nouveau. Parmi aussi les conclusions du document, les pays riches pourvus n'ont enregistré qu'un taux de croissance moyen de 2,4% entre 1981 et 2006, niveau nettement inférieur aux 3,8% constatés en moyenne dans les pays pauvres en ressources naturelles.

Le rapport en question fait également état des richesses du continent noir. Selon lui, l'Afrique possède près de 650 millions d'hectares de forêt, soit 17% de la couverture mondiale, et 3 025,8 millions d'hectares de terres exploitables. En termes de ressources non renouvelables, l'Afrique produit environ 10 millions de barils de pétrole par jour, soit 12% de la production mondiale de pétrole brut, 18% des gaz naturels liquéfiés. Le continent est le premier producteur mondial de platine et d'or. Il renferme aussi un éventail varié de minéraux précieux, ferreux, non ferreux et industriels.

Néanmoins, le document de la BAD relève que l'exploitation de ces ressources a peu d'impact sur le taux de croissance et l'amélioration des conditions de vie des populations.

Il recommande, de ce fait, plusieurs conditions, dont l'amélioration de la gouvernance et de la transparence, l'éradication de la corruption et le renforcement du cadre macroéconomique, afin de tirer les dividendes de ces richesses. Par ailleurs, quatre principaux objectifs sont visés dans ce rapport.

Entre autres buts figurent la définition en termes opérationnels, la signification contextuelle des ressources naturelles et la façon dont elles s'articulent avec le développement durable et les résultats sociaux, l'examen et l'analyse des bonnes et mauvaises pratiques de gestion dans le contexte des ressources naturelles de l'Afrique, la présentation et l'analyse de la thèse selon laquelle l'amélioration de la gestion des ressources naturelles, en particulier l'utilisation de la richesse en ressources naturelles, est l'un des moyens les plus directs d'enrayer la pauvreté et le malaise économique en Afrique et, enfin, la proposition de solutions concrètes pour que les différents acteurs du secteur de l'exploitation des ressources naturelles puissent contribuer à l'amélioration des politiques et de la gouvernance publique dans les pays riches en ressources.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE