Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 23:56

 


Source: Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires - Integrated Regional Information Networks


Date: 10 2008

 
BOZOUM, 5 mars 2007 (IRIN) – Des bandits s'acharnent à extorquer de l'argent en enlevant contre rançon éleveurs dans le nord-ouest de la République centrafricaine (RCA) ont forcé des milliers de personnes à chercher refuge dans les zones urbaines où beaucoup sont devenus pauvres, disent les travailleurs humanitaires.

 .
Les bandits, connu sous le nom de «Zaraguinas», enlèvent principalement les enfants et les jeunes adultes à partir des villages et les retiennent jusqu'à ce que leurs proches soient en mesure de payer les énormes rançons exigées, selon Hamadou Nabeti, une victime du racket. Il a fui le village de Tantale, 45 km au nord de la ville de Bozoum, dans l'Ouham-Pende, l'an dernier, après paiement des ravisseurs pour obtenir la libération de ses enfants.

 
Les résidents de la région pensent que les enlèvements ont commencé à cause de l'insurrection en cours dans la région, car les bandits profitent de ce que l'armée nationale ne se préoccupe que de la lutte contre l'insurrection armée.

 
On estime que 15 0000 personnes ont fui leur foyer en raison des fréquents affrontements entre les forces gouvernementales et les rebelles de l'Armée populaire pour la restauration de la république et de la démocratie (APRD), et les bandits dans le nord-ouest de la RCA depuis octobre 2006.

 
"J'ai quitté mon village après autoroute voleurs ont frappé notre village, le 17 octobre 2006", a dit à IRIN Nabeti. Les bandits armés et des enfants enlevés ont emporté vivres et du bétail, a-t-il dit.

 
«J'ai dû vendre tous mes bovins pour payer la libération des enfants gardés en captivité", a-t-il ajouté. Il vit maintenant avec ses deux épouses et 12 enfants dans une maison louée à Bozoum où il a du mal à payer son loyer mensuel monté à 4 $ US, dit-il.

 
Les Zaraguinas sont apparemment attirés par la richesse de l'élevage dans la région.
Al Hadj Salle, 45 ans, éleveur de bovins à Paoua, a déclaré qu'il avait été contraint de fuir à Bozoum après 13 ans, son fils a été enlevé par les Zaraguinas. Il a été contraint de verser 1,5 millions de francs CFA (3000 $ US), par la vente de ses animaux.
«Il y avait 7000 personnes déplacées dans la ville il y a deux mois, mais seulement 3798 d'entre elles sont enregistrées», a déclaré Léonard Bangue, le maire de Bozoum.

 

 Il a confirmé qu'ils s'étaient installés dans la ville pour des raisons de sécurité.
Le maire s'est plaint que les résidents de la zone avaient été abandonnés par les militaires et étaient maintenant à la merci des bandits. Les patrouilles de l'armée nationale sont rares, et la porosité des frontières permet aux maraudeurs des pays voisins tels que le Tchad et le Cameroun de venir sans entrave.


"Nous nous attendions à la FOMUC (Force multinationale en Centrafrique) pour aider à rétablir la sécurité dans la région, mais nous sommes bouleversés de découvrir qu'ils n'ont pas de mandat pour lutter contre les bandits", a déclaré Bangue. Il a dit que la réticence apparente des soldats à sévir contre les bandits a exacerbé le problème.
"La plupart de ceux qui attaquent le bétail gardiens sont les étrangers qui ont l'appui d'un petit nombre de ressortissants qui connaissent bien la région," a dit le maire. Selon lui, les ravisseurs ne parlent pas les langues locales.


Vivre sur la charité


Le nombre croissant de personnes déplacées dans la région a créé plus de problèmes humanitaires. Beaucoup de ceux qui ont cherché refuge dans les villes après avoir fui les extorqueurs n'ont pas d'argent pour la nourriture, le logement ou les soins médicaux de base pour leurs familles.


«Je suis vivant à la charité parce que toute ma famille se fonde sur les vivres distribués par les organismes d'aide et deux de mes femmes sont mortes parce que je n'avais pas d'argent pour acheter des médicaments pour elles», a déclaré Nabeti. La charité italienne Cooperazione Internazionale (COOPI) et Caritas ont une présence dans la zone.


Le coût de la vie a augmenté dans les zones urbaines, avec l'afflux de personnes déplacées, les hôpitaux et les écoles ont du mal à faire face à la hausse des chiffres. Certains enfants issus de familles déplacées ne peuvent pas être inscrits dans les écoles parce que les salles de classe sont pleines.


L'insécurité a perturbé l'agriculture. Les agriculteurs évitent leurs champs de crainte d'être enlevés et si la sécurité alimentaire est attendue à souffrir.
«Nous sommes à court de semences agricoles pour la nouvelle saison, car nous n'en n’avons pas assez et nous sommes susceptibles de consommer le peu que nous avons», a déclaré Benoit Bédoumdé, 42 ans, chef de village de Bemal, 55 km au nord de Paoua .


Le préfet de Bozoum, Raymond Ndougou*, a exhorté le gouvernement à résoudre le problème de la sécurité afin que les gens puissent reprendre leurs activités économiques.
"Le gouvernement devrait trouver une solution pacifique à la crise et améliorer  la sécurité et le calme dans la région du nord", a déclaré Ndougou.


Ndlr : * Raymond Ndougou qui fut préfet de l'Ouham-Pendé est actuellement ministre de l'intérieur. Cette préfecture demeure jusqu'ici sans préfet.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société