Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 18:18



APA – Libreville 08-04-2008 (Gabon) Le «groupe de contact» sur la crise Tchado-soudanaise, mis sur pied le 13 mars dernier à Dakar (Sénégal), en marge du 11ème sommet de l’organisation de la conférence islamique (OCI), tient sa première réunion ministérielle, jeudi prochain à Libreville, a annoncé le ministère gabonais des affaires étrangères, dans un communiqué rendu public mardi dans la capitale gabonaise.

Outre les Etats membres du groupe de contact - Libye, Congo, Sénégal, Erythrée, Gabon, Tchad et Soudan -, cette réunion va enregistrer aussi la participation des secrétaires généraux de la Communauté des Etats sahalo-sahariens (CEN-SAD) et de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC).

Il n’est pas exclu que des représentants des Etats-Unis, de la France, de l’ONU, de l’Union européenne (UE) et de l’Union africaine (UA) y prennent part également, a indiqué, dans son communiqué, le ministère des Affaires étrangères.

Le groupe de contact a reçu pour principale mission de suivre l’application de l’accord de paix signé à Dakar par les présidents tchadien et soudanais Idriss Deby Itno et Omar Hassan El Béchir, en marge du 11ème sommet de l’OCI, sous les auspices du président sénégalais Abdoulaye Wade.

Cet accord, destiné à mettre un terme à la crise entre ces deux pays voisins qui s’accusent mutuellement de déstabilisation, dispose que les ministres des Affaires étrangères des pays membres du groupe de contact doivent se réunir une fois par mois dans une des capitales des Etats membres du groupe, en compagnie des secrétaires généraux de la CEN-SAD et de la CEEAC.

Conformément à l’accord de Dakar, le Tchad et le Soudan se sont engagés à tout mettre en œuvre pour que leurs territoires ne soient plus utilisés comme bases arrières par des rebelles ou mouvements visant à déstabiliser leurs régimes respectifs.

.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE