Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 21:59
 
 

APA-Yaoundé 03-04-2008 (Cameroun) Le ciment de grande consommation est devenu invisible depuis une semaine dans les quincailleries de la capitale camerounaise, Yaoundé, a constaté APA sur place.

A l’entrée sud de la ville, des revendeurs en pick-up se postent dès les premières heures de la journée, attendant d’intercepter d’éventuels camions de marchandise en provenance de l’usine des Cimenteries du Cameroun (CIMENCAM), située à quelque 250 kilomètres de la métropole économique, Douala.

Les rares gros porteurs entrant dans la ville sont aussitôt pris en chasse, jusqu’aux lieux de déchargement où la cargaison s’envole aussitôt.

Ce ciment est alors revendu au prix fort, dépassant parfois les 10.000 FCFA le sac, contre 5500 FCFA (4900 FCFA précédemment), selon les nouveaux tarifs entrés en vigueur depuis le 28 mars dernier.

Cette pénurie intervient alors que CIMENCAM, filière du groupe français Lafarge, a engagé un bras de fer avec le gouvernement à la suite desdites augmentations de prix qui, en réalité, avaient été différées à la suite des émeutes contre la vie chère de février dernier.

Dans une correspondance adressée le 26 mai dernier au directeur général de CIMENCAM, qui détient le monopole de ce matériau au Cameroun et dans la sous-région, le secrétaire général des services du Premier ministre, Jules Doret Ndongo, jugeait «cette décision inopportune et incompréhensible».

Il estimait cette mesure «en contradiction avec les récentes mesures prises par le Chef de l’Etat dans le sens de la baisse des prix des produits de première nécessité et de l’amélioration substantielle du pouvoir d’achat des ménages».

A l’appui de son argumentaire M. Ndongo invoque l’ordonnance du 7 mars dernier du chef de l’Etat, Paul Biya, qui entre autre baisse de 10 à 5 pour cent les droits de douane sur l’importation du clinker, composant réactif du ciment.

Nullement démontés, les responsables de CIMENCAM justifient la hausse des prix du ciment par l’«inflation du prix du pétrole, l’augmentation des coûts des matières et la croissance vertigineuse des prix du fret à des niveaux jamais atteints, depuis plus de 24 mois, mais aussi un renchérissement accéléré des principaux coûts de production».

De plus, l’opérateur annonce des besoins financiers de l’ordre de 26 milliards FCFA, en terme de nouveaux investissements destinés à satisfaire la demande en forte croissance.

 
 
 
 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE