Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 11:12

 

 

République Centrafricaine /QG/29/03/2008

N'Délé (RCA), le 29 mars 2008. - En date du 07 décembre 2007 à Tiringoulou, l'UFDR a rediffusé la Déclaration suivante qu'elle tient à rappeler à l'opinion nationale et internationale :
La nullité ou caducité du décret présidentiel no. 07.292 portant création du comité préparatoire du dialogue politique inclusif en République centrafricaine Par UFDR.

L'Union des Forces Démocratiques et du Rassemblement (UFDR) réitère à la population centrafricaine et à la communauté internationale son engagement, sa détermination et sa mobilisation pour le Dialogue Politique Inclusif en République Centrafricaine, le souhait ultime de la majorité écrasante de notre population qui y voit la condition sine qua none pour la sécurité publique, la réconciliation nationale, la paix effective qui permettra à notre peuple de se mobiliser pour le chantier de son
développement durable et soutenable.

L'UFDR rejette, à sa face même, le Décret présidentiel de François Bozizé No. 07.292 portant création du Comité préparatoire du Dialogue Politique Inclusif, pour des raisons majeures suivantes :
1. Ce décret crée un Comité pentadactyle (de vingt cinq entités) dont les membres reflètent non seulement le caractère exclusif de sa composition, mais aussi le caractère arbitraire que s'arroge le régime en place quant à la validation des personnes habilitées à faire partie de ce Comité select et exclusif;
2. L'approche autoritaire et dictatoriale manifeste pour imposer Bangui comme lieu du Dialogue politique, qui n'est inclusif que de nom, ainsi que pour fixer le nombre des représentants des seules cinq entités exclusivement choisies du Comité pentarchique, le pouvoir en place s'y arrogeant la part du lion.

Pour l'UFDR, cette tentative du régime actuel en République Centrafricaine de vouloir mettre sur pied un Comité préparatoire du Dialogue Politique Inclusif en excluant la voie de la majorité silencieuse de la population centrafricaine qu'incarne l'UFDR dans le noble combat qu'elle mène pour la justice, l'instauration d'un État de
droit et d'une bonne gouvernance dans la transparence, vient confirmer clairement non seulement le manque de vision et de patriotisme, l'irresponsabilité, le désengagement, l'inefficacité et l'incompétence de François Bozizé, son gouvernement et ses acolytes, dont les intérêts pécuniaires sectaires individuels priment sur l'intérêt national, leur acharnement à se cramponner au pouvoir pour que notre pays continue à faire la manchette des pays mal gouvernés, très pauvres et lourdement endettés.

D'aucuns dans notre pays sont unanimes pour la tenue du Dialogue Politique Inclusif pour
sortir le pays du marasme dans le quel il est plongé depuis fort longtemps. Malheureusement, malgré le climat politique de trouble qui règne à Bangui et dans les régions en général, le Général François Bozizé a décidé sciemment d'étouffer ce Dialogue voulu à sa fondation même, l'UFDR prend en témoin l'opinion nationale, internationale, l'EUFOR et les bailleurs de fonds de Centrafrique.

En effet, de la composition du Comité préparatoire du Dialogue Politique Inclusif dépend la faisabilité effective du Dialogue tant attendu et voulu par toutes les forces vives du pays. Ce Comité préparatoire devrait définir les sujets à
discuter, l'échéancier, le lieu, le nombre et les critères de participants, le budget et d'autres thèmes collatéraux utiles.
Comme le Comité préparatoire décrété par Bozizé est exclusif dès le départ, son Dialogue politique ne pourra jamais être inclusif. En d'autres termes, Bozizé refuse sciemment au peuple centrafricain son Dialogue Politique Inclusif de salut national.

Le
Bureau politique et le Bureau militaire de l'UFDR avec la force de ses combattants de la justice dans ses bases nationales, soutenus par la majorité silencieuse de la population, convaincus de leur mission sont plus que jamais mobilisés pour la tenue de ce Dialogue. L'UFDR fait appel à tous les Centrafricains de bonne volonté et leurs amis de vomir le sectarisme et d'œuvrer avec elle pour qu'enfin le peuple de notre pays, la République Centrafricaine, se débarrasse du régime kléptocratique de Bozizé retrouve sa dignité et se mette sur la voie de la prospérité qu'il mérite. Fin.

Bozizé nomme un inconnu de l'UFDR, Cheikh Tidiane Deya, représentant de l'UFDR au comité préparatoire de son dialogue exclusif Quand le ridicule ne tue pas, Bozizé vient de reconnaître, par décret présidentiel lu à la radio nationale en date du 30 novembre 2007, Monsieur Cheikh Tidiane Deya de nationalité soudanaise, comme représentant de l'Union des Forces Démocratiques et du Rassemblement (UFDR) au Dialogue politique national soi-disant inclusif. L'UFDR déclare et affirme solennellement qu'elle n'a jamais eu un individu nommé Cheikh Tidiane Deya dans ses rangs. L'UFDR proteste avec véhémence contre la tactique vile et criminelle qu'utilise Bozizé pour nommer les représentants que l'UFDR ne connaît même pas à son Comité des préparatifs de son simulacre de Dialogue.

L'UFDR réitère à tout qui veut
bien entendre qu'elle est une force politique nationale qui incarne la majorité silencieuse des forces vives de notre pays. Elle souligne que toute tentative de vouloir organiser les préparatifs du Dialogue politique national inclusif, en l'excluant, signifie que non seulement Bozizé refuse à notre peuple son Dialogue véritablement inclusif, à l'issu duquel notre pays, la République Centrafricaine, se dotera d'un programme politique et de développement au potentiel énorme émanant de ses forces constructives, mais surtout que Bozizé se disqualifie lui-même faute de vision et de compétence pour diriger notre pays. L'UFDR demeure solidaire avec toutes les forces vives nationales de bonne volonté qui s'expriment dans d'autres organes politiques que le nôtre du pays, et qui voient, comme elle, que le régime de Bangui ne veut pas du tout de Dialogue politique inclusif. Le silence de l'UFDR sur le terrain est un message adressé aussi bien à notre peuple et ses amis qu'à l'opinion internationale pour souligner sa mobilisation pour un véritable Dialogue politique intracentrafricain inclusif. Pour des raisons que nous mentionnions déjà le 28 octobre 2007, l'UFDR ne participe donc ni aux préparatifs du « Dialogue type François Bozizé et François Lonsény Fall qui d'ailleurs n'a pas compris la raison de l'échec de son prédécesseur le général Lamine Cissé en Centrafrique » ni au simulacre de Dialogue qui en découlerait.

La Haute Autorité de l'UFDR tend la main à tous les exclus par le Régime de François Bozizé du Dialogue politique et leur demande de faire preuve de grandeur d'âme, de solidarité et d'unité pour notre salut national condition sine qua none pour la victoire finale en Centrafrique!
À bon entendeur salut.

Fait à N'Délé (RCA), le 29 mars 2008


Pour la Haute Autorité de l'UFDR-RCA,
Justin KOMBO, Responsable des opérations
E-mail : Justin.ufdr@yahoo.fr

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique