Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 17:17

Coordination des signataires du Manifeste pour un

dialogue véritablement inclusif en Centrafrique

 

S/C Me Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO

Avocat -



Avenue Barthélemy BOGANDA - B.P. 1883 BANGUI -République Centrafricaine

Téléphone : 00 (236) 21 61 14 58  ou  00 (236) 75 04 41 04 (pour le Centrafrique)

Téléphone 00 (33) 6 25 24 95 66  ou  00 (33) 6 88 64 40 61 (pour l’Europe)

Site Internet : www.manifeste-dialogrca.com  

E-mail : manifeste.dialogrca@free.fr

 

Et

Le Mouvement Démocratique pour la Renaissance et

l’Evolution de Centrafrique « MDEREC »

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

La Coordination des signataires du Manifeste pour un Dialogue politique véritablement inclusif en Centrafrique a voulu organiser une Conférence de presse qui devait être animée par son président, Maître Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO dans la grande salle de Conférence du Centre Protestant pour la Jeunesse le Mardi 18 Mars 2008 à 10 heures.

 

Il s’agissait de présenter au public le « Manifeste pour un Dialogue véritablement inclusif en Centrafrique » qui est un appel au dialogue ouvert à tous les Centrafricains sans exclusion en vue du règlement pacifique des crises en République Centrafricaine.

 

Le 12 mars dernier lors de la publication de ce Manifeste dans la presse locale, une haute autorité avait convoqué Me Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO pour lui signifier que des rumeurs dans la ville font état de ce qu’il aurait ramené beaucoup d’argent de l’étranger qu’il distribue aux gens pour faire signer le Manifeste et qu’il doit faire très attention.

 

Ce à quoi Me Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO a répondu qu’il est venu pour un deuil dans sa famille et qu’en outre lui-même n’a pas d’argent pour se nourrir comment pourrait-il en distribuer à d’autres personnes.

 

Des informations sur des troubles planifiés ont conduit la Coordination à reporter la date de la Conférence de presse.

 

En effet, Mardi matin aux environs de 8 heures, le Ministre de la Justice, Monsieur Thierry MALEYOMBO a fait convoquer Me Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO en présence du Procureur de la République et lui a signifié que c’est lui-même qui a chargé le Procureur de la République de répercuter l’information sur les rumeurs mais malgré l’explication donnée ces rumeurs se font de plus en plus insistante et que c’est très inquiétant.

 

Le Ministre de la Justice a demandé à quelle heure se tient la Conférence de presse et si une autorisation a été demandée au Ministre de l’Intérieur car il craint qu’il y ait des troubles et s’inquiète pour la sécurité de Me Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO.

 

Me GOUNGAYE WANFIYO a répondu que la loi ne prévoit pas d’autorisation préalable pour une conférence de presse et que dans le passé il a eu à en organiser des dizaines sans qu’il lui soit opposé une autorisation préalable.

 

Quant à la question de sécurité, il s’agit de conférer avec la presse sur la question du dialogue en cours donc de la paix et il ne voit pas en quoi il y aurait un problème de sécurité.

 

Maître GOUNGAYE WANFIYO a insisté sur le fait que la démarche des signataires du Manifeste est officielle et publique et que des demandes d’audience ont été adressées au Chef de l’Etat, au Président de l’Assemblée Nationale, au Premier Ministre et au Ministre de la Communication, de la Réconciliation Nationale chargé du dialogue pour leur expliquer ce point de vue.

 

En réalité, un scénario a été conçu pour provoquer des troubles lors de cette conférence de presse devant justifier l’intervention des forces de l’ordre avec des arrestations, voire pire.

 

Des confidences font état de la volonté du Ministre de la Justice de retirer le passeport diplomatique de Me Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO, de lui interdire les sorties à l’extérieur du pays, voire de l’arrêter. La prétendue distribution d’argent, affabulation digne d’un scénario des régimes de type fasciste est destinée à servir de motifs à ce forfait.

 

Le Manifeste pour un Dialogue politique véritablement inclusif signé par une centaine de personnes est un appel au dialogue en vue de rétablir la sécurité et la paix en Centrafrique conditions de tout développement.

 

Le comportement des autorités trahit leur volonté de ne pas vouloir d’un vrai dialogue entre les Centrafricains.

 

La Coordination des signataires du Manifeste pour un dialogue politique véritablement inclusif en Centrafrique et le Mouvement Démocratique pour la Renaissance et l’Evolution de Centrafrique, cosignataire du Manifeste dénoncent :

 

- les intimidations et les menaces voilées distillées par le Ministre de la Justice contre les signataires du Manifeste et plus particulièrement contre le président de la Coordination, Me Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO,

- prennent acte que le gouvernement centrafricain ne veut pas d’un vrai dialogue pour ramener la sécurité et la paix dans le pays puisqu’il s’en prend aux Centrafricains qui veulent et demandent le dialogue,

- rendent le gouvernement responsable de toute éventuelle atteinte à l’intégrité physique et corporelle du président de la Coordination ou de tout autre signataires du Manifeste,

- appellent les Centrafricains et tous les démocrates à donner massivement leurs signatures au Manifeste qui sera distribué dans tous les arrondissements de BANGUI.

- précisent qu’une nouvelle date sera fixée pour la conférence de presse.

 

Fait à BANGUI le 18 Mars 2008

 

Le Président du Bureau de Coordination des signataires du Manifeste,

 

Me Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO

 Avocat.

 

 Le Président du MDEREC,   

Démocrate Joseph BENDOUNGA.

 

Partager cet article