Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 12:56
                                     



Acting in politics is to be true and realistic. Asserting that poverty is to reduce means that defending the public good. Development infrastructures set up only  with strong determination of politics to transform landscape of the country in the aim to  quash plight, starvation and famine. Saying so deserves to make clear that evoking economy, finance, education, health, security and peace consolidation implies good policy. It  requires from politics, sacrifice and effort ; courage and faith. To develop the country politics must be coherent in plans they draw for this purpose. Lying and trick have to disappear on their lips. Action must lead their daily life as politics. Positive action..  No place to wobble. No place for laziness. No place for supposition. Citizens want to have a good or excellent standards of living. Policymakers have to know it and pay attention into. They are in the core of the decision which can bring development, progress and innovation.. Doing politics is not a game. Policymaker should avoid supposition. Supposition in politics, is a word without sense, a sloppy word, a word for those who lack decision. But, policymakers in Central African Republic have not yet understood this principle. It is to sustain that : Policymaker means action. Policymaker means growth. Policymaker means transparent finance. Policymaker means good education, health and well-being. All that may exist by action. To tell true, policymakers in Central African Republic are in obligation to be resourceful, capable to change the wing of events. Examples from developed countries and Asia emerging countries must serve as stimulus to them. Regarding how Central African Republic is led, there is matter of reflection : Why policymakers in this country prefer supposition over reality? What is better to do is move forward with democracy tackling dictatorship. Supposition resides in dictatorship. Supposition is the breed ground of dictatorship. Over the world, policymakers act in order to improve citizens conditions of life. Why not in Central African Republic ? Time is come to end the regime of supposition. Supposition is word experimentation. In politics it is to dare. It is to end the evil. The evil in this case is Bozize regime which  faces leeway.
 
 
L'on suppose des solutions. L'on suppose des situations invraisemblables, loin de reélles préoccupations des citoyens. Et cette supposition parfois rend ivre parce qu'elle ne reflète guère les réalités. Dans ce champ des adeptes de la suppositon tout est mystère et même plus, parce que l'on y croise les ténèbres. Elles détournent de la vérité. Mais jamais ne la tuent. Avec des suppositions ils ont détruit la maison Démocratie-Liberté. Parce qu'en réalité ce couple-llà  exige l'action. Une action positive, laquelle procure la croissance économique, l'amélioration de l'éducation, la bonne gouvernace et l'Etat de Droit. Les ténèbres sont les suppositions et ceux qui les organisent. Pourtant, le politique se détermine par des actions. Il prend des initiatives pour concrétiser ses idées. La supposition n'est pas du domaine du politique. L'on est politque pour agir et faire disparaître les suppositions. Ainsi à dire vrai le politique de la Centrafrique croît dans les suppositions. La conséquence se résume dans les crises qui tourmentent la Centrafrique. Le politique qui considère la supposition est un menteur. Le politique n'a pas à supposer. Les politiques des vieilles démocraties et de ceux  des pays  qui émergent n'ont jamais fait place aux suppositions. L'action est à la base de leur politique. Ces Etats sont devenus prospères parce que leurs politiques sont des courageux. L'action au service du développement et de la croissance économique. C'en est pas lecas de la Centrafrique où le politique sombre encore dans la suppostion. Et ils cohabitent avec la supposition c'est-à-dire avec la dictature. C'est vrai, l'on ne sait guère comment ce politique changer le cours de la vie quotidienne de ses citoyens. Avec des suppositions!!! Des préjugés!!! Cela se nomme la dictature. Cela se qualifie de non-sens. Alors que la supposition perdure. Elle se trouve danse le régime Bozizé. Evidemment la supposition était à la base de son coup d'Etat. Les citoyens ont mieux vu ce qu'est la supposition au travers ce régime. Hèlas certains ont cru dans ces suppositions. Et aujourd'hui c'est la désillusion. C'est pourquoi, le politique de la Centrafrique doit impérativement croire aux vertus de l'action pour asseoir la vérité et la légitimité. L'on ne suppose pas en politique. Mais l'on agit. C'est par l'action que Bozizé sera déchu du Pouvoir de l'Etat. La politique ; c'est agir avec responsabilité pour le bien de l'Etat et des citoyens. La Centrafrique mérite ce principe.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion