Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 02:38
enfant-r-fugi-s-centros.jpg
République centrafricaine : Conditions de vie précaires des personnes déplacées près de Kabo

Mars 4, 2008 par Brice Blondel HDPT RCA - Plus de 2700 personnes déplacées vivent actuellement sur un site près de Kabo, en République centrafricaine, et de nouvelles personnes arrivent chaque jour. De retour du site, une mission conjointe d'évaluation, comprenant  le personnel de l'OCHA et le BONUCA, ainsi que des représentants des donateurs, a décrit la situation humanitaire comme très précaire.
 
Rencontre avec le maire de Kabo, les membres de la mission ont appris que les ONG avaient réussi à régler les problèmes les plus urgents. Par exemple, l'ONG Solidarités a installé une pompe à eau fournir de l'eau potable sur le site et les personnes déplacées du centre de santé local reçoivent l'aide de Médecins Sans Frontières (MSF). La capacité actuelle du centre n'est que de 56 lits, et doit être rapidement augmentée d’autant que la population du site continue de croître. La sécurité alimentaire reste une préoccupation importante, comme la plupart des gens ont dû abandonner leurs champs et les cultures pour échapper à la violence. Et la prochaine priorité devrait être l'éducation d'urgence, car il existe actuellement une seule école d'environ 3000 élèves qui séjournent dans la ville et sur le site de déplacés. Malgré les récents efforts humanitaires, les besoins de Kabo sont encore immenses, et les moyens de les satisfaire sont rares.
 
La mission a également signalé la présence de plus de 400 autres personnes qui avaient fui en 2003 Kabo pour chercher refuge au Tchad, et sont à présent rentrées en Centrafrique. Toutefois, confrontés à la difficulté des conditions de vie dans Kabo, ces gens ont été forcés à rejoindre le site des déplacés. La plupart des maisons de la ville ont été gravement endommagées au cours des violents combats entre l'armée et les forces rebelles en 2006 et 2007. Par conséquent, même la plupart des services sociaux de base ont été rompus, et il va falloir des années avant que l'économie locale soit reconstruite et que la population de Kabo puisse retrouver son train de vie d'avant.

Même si le récent cessez-le-feu entre le Gouvernement et les forces rebelles a amélioré la sécurité dans et autour de Kabo, les attaques imprévisibles de bandits de la route (Zaraguinas) sont toujours là pour empêcher les personnes déplacées de regagner leurs villages. Marquée par des mois de violence, la population de Kabo travaille déjà d'arrache-pied pour soutenir les personnes déplacées et les réfugiés qui rentrent chez eux, bien que davantage d'aide humanitaire reste indispensable.
 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation