Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 02:15
Soldats-fran-ais---Abidjan.jpg
 
Par Zineb Dryef (Rue89)    20H23    03/03/2008
 
D'un côté, Nicolas Sarkozy déclare que "les temps ont changé et que la France n'a pas à jouer un rôle de gendarme en Afrique". De l'autre, son ministre de la Défense, Hevé Morin, assure que Paris continuera "bien entendu à avoir une implantation" et à "faire de la formation, à participer à l'organisation des forces". Rien de changé donc. De ces cinquante dernières années d'interventions militaires françaises sur le continent, Rue89 a retrouvé les images grâce à l'INA.
 
1961: "Tous les matins, Libreville fête son grand homme, Léon M'ba"
 
Avant l'inénarrable Omar Bongo, la France a longtemps soutenu le premier président du Gabon: Léon M'ba. Arrivé au pouvoir en 1961, il est renversé trois ans plus tard. Des parachutistes français sauvent son régime et le remettent en selle. A sa mort, en 1967, son vice-président, alors âgé de 32 ans, lui succède et devient le plus jeune chef d’Etat du monde. Dans les images qui suivent, le Gabon fête son premier anniversaire d'Etat "indépendant". Les commentaires sont... d'époque.
 

1978: "La première mission est de libérer Kolwezi"

 
Là encore, Nicolas Sarkozy fait jouer la mémoire et souhaite "que le 30e anniversaire de l'opération de Kolwezi soit l'occasion de rendre hommage aux militaires français qui, depuis trente ans, participent aux opérations extérieures". Le 18 mai 1978, le 2e REP (Régiment étranger de parachutistes) de la Légion étrangère a sauté sur cette ville minière du Zaïre pour secourir des otages européens aux mains des rebelles katangais. En révolte contre le dictateur Joseph-Désiré Mobutu, ils étaient parvenus à rallier une partie de l'armée zaïroise. Intervention réputée "propre" et réussie, la bataille de Kolwezi est mythifiée (pour son but humanitaire) mais aussi dénoncée pour les exactions qui y auraient été commises par certains légionnaires.
 

1983: Des Jaguar français à la rescousse d'Hissène Habré

 
Ex-dictateur tchadien, toujours poursuivi pour ses exactions et violences contre des milliers de personnes, Hissène Habré a bénéficié du soutien de la France durant les années 80. Arrivé au pouvoir par la force en 1982, il a très vite besoin de l'aide franco-américaine pour combattre la Libye, qui occupe le nord du pays. En août 1988, Paris envoie dix avions -des Jaguars et des Mirages- pour lutter contre l'offensive aérienne de Kadhafi.
 

1994: La dramatique opération turquoise

 
En juin 1994, les militaires français débarquent dans un Rwanda où le génocide est largement entamé. Leur mission de protection est encore aujourd'hui très controversée. Pourtant, la télévision française ne décrit que leur rôle humanitaire. Sur place, nombreux sont ceux qui ont dénoncé l'impartialité malvenue des militaires et l'inaction face aux crimes de masse. Des plaintes pour viol et participation aux massacres ont également été déposées contre plusieurs soldats français.
 

2003: MAM scelle la "réconciliation" avec la Côte d'Ivoire

 
En septembre 2002, la Côte d'Ivoire, jusqu'alors plutôt prospère et sereine, bascule dans la guerre civile. La France intervient. D'abord engagée uniquement dans la protection de ses ressortissant, la force Licorne doit rapidement honorer les accords entre Paris et Abidjan: intervenir en cas de tentative de déstabilisation. Ce qu'elle ne fait pas. Les relations se tendent alors rapidement avec Laurent Gbagbo, qui accuse son homologue français de soutenir la rébellion. Durant plusieurs mois, une vaste colère antifrançaise s'exprime dans les manifestations de la rue ivoirienne. Quelques mois après une réconciliation factice entre les deux pays, en novembre 2004, l'armée française tire sur une foule hostile.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE